Comme ça s'écrit…


Ça parle de quoi donc ?

Posted in Lecture par Laurent Gidon le 30 octobre, 2007
Tags: , , , ,

Mettez-vous à ma place (et vous êtes nombreux, pas vrai ?) : vous avez écrit un roman (ou autre chose), et malgré votre timidité maquillée en modestie, vous aimeriez bien le faire lire à des vrais gens.
Donc vous vous bottez les fesses et vous en parlez autour de vous, genre :
« … Bonjour aussi. Tu vas bien ? La météo, ça s’arrange pas, hein ? Saleté de réchauffement climatique. Tu sais que j’ai écrit un roman ?
— Ah ouais, ça parle de quoi ?
— Heu… »
Le piège.
Depuis des semaines si vous êtes rapide ou des années si pas, vous trempez dans cette histoire qui… que… Et voilà qu’un impatient de lecteur potentiel veut savoir de quoi ça parle avant même d’avoir lu. Impensable !
Et pourtant, la moindre des politesses avant de piéger quelqu’un à lire trois cents pages qu’il n’a pas choisies, c’est de lui faire la quatrième de couverture. Sauf que, c’est un métier, et ce n’est pas le vôtre.
Alors vous faites pitié.
« Ben, tu vois, c’est sur une planète, Aria la planète, comme le titre, Aria des Brumes, alors y a ce mec incroyable qui est tellement fort que quand il vient sauver la planète tous ses copains meurent… Non attends, c’est plutôt une sorte de réflexion sur le libre arbitre, ce qu’on fait et qu’on ne fait pas quand on est obligé à rien. Ou plutôt ce qu’on est quand on n’est plus rien. Mais surtout c’est une aventure, ça bouge, on ne sait jamais ce qui va se passer après. En fait, on peut dire que ça raconte l’accouchement d’un être humain par lui-même, mais tu comprends, pas tout seul parce qu’on ne peut pas être humain tout seul, il faut que… tu vois ? »
C’est confirmé, vous faites pitié.

Il n’est pas dans mes habitudes de donner des conseils à deux balles, pourtant : quand vous avez écrit un livre et que vous comptez en parler aux vrais gens, préparez à l’avance les deux ou trois phrases qui vont vous tirer de l’embarras dès que vous aurez suscité une légitime curiosité.
Exemple :
« Aria des Brumes, ça parle d’une planète où les hommes ne peuvent plus avoir recours à la violence. Une sorte de Super Rambo qui a perdu tous ses pouvoirs se retrouve piégé dans cette société vraiment très bizarre pour lui. Il doit apprendre de nouveaux comportements, de nouvelles relations avec les autres, et quand la violence finira par arriver de l’extérieur, il va devoir choisir son camp. »
C’est sûr, c’est un peu poseur et ça ne dit pas tout. C’est normal, il faut choisir un angle. Ou un autre :
« Aria des Brumes, c’est l’histoire d’un soldat envoyé sur une mission qui foire total. Il s’aperçoit alors que ses chefs lui ont menti sur toute la ligne pour l’envoyer au casse-pipe. Il aimerait bien se venger, ou au moins retourner chez lui, mais il est trop occupé à essayer de survivre. »
Et il y en a plein d’autres. À préparer et à choisir selon le public cible. Le but, c’est d’amorcer la discussion. Après, laissez l’interlocuteur poser des questions. S’il n’en pose pas, foutez-lui la paix et parlez du temps qu’il fait ou du nucléaire iranien.
Si j’avais suivi mon propre conseil, ça m’aurait évité de faire pitié en bafouillant des âneries sans queue ni tête quand on m’a demandé « et ça parle de quoi donc ? »
Mais bon, après tout vous faites comme vous voulez.

About these ads

8 Réponses to 'Ça parle de quoi donc ?'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Ça parle de quoi donc ?'.

  1. frehelle said,

    J’aime beaucoup c’que vous faites, cher monsieur. En revanche, ça me rassure pas beaucoup quand à mes capacités d’écrire un roman un jour:
    – J’ai pas de femme (et il n’est pas démontré que ça marche aussi avec un mari)
    – Je ne sais pas écrire vite, et lui pas lire vite.

    Bref, je suis mal.

    Mais bon, on s’en fout, j’aime beaucoup lire tes petits posts sur la génère d’Aria, je trouve ça assez fascinant (fascinant comme quand tu démontes ton vélo pour comprendre comment c’est foutu, hein, pas comme l’aura d’un gourou)

  2. Don Lorenjy said,

    Bah, je veux bien aussi l’aura du gourou, ça me tiendra chaud l’hiver… :)

  3. wiliam said,

    Monsieur et madame Dugourou ont une fille … ? Ok, ok… Pssst, frehelle, moi non plus, je suis pas rassuré, rapport à mon poil dans la main. Mais bon, les nouvelles, c’est bien aussi, hein.
    Allez, raconte encore, tonton Don Lo !

  4. Tietie007 said,

    Il faut que je finisse le mien …

  5. Laurence said,

    Ah, cette atroce sensation de descendre son propre travail en le décrivant n’importe comment, comme elle est bien racontée ! Effectivement on sent le vécu ;) Excellent conseil, celui de préparer quelques phrases simples qui donnent une idée juste et attrayante du roman ! Mais il faut faire attention aussi que ça n’ait pas l’air trop « préparé » non plus, même si on a répété son laïus 500 fois devant son miroir :)

  6. Don Lorenjy said,

    C’est juste… disons que réfléchir à une façon de présenter le bouquin permet aussi de comprendre mieux soi-même ce qu’on a voulu y mettre.
    Et surtout, on s’adapte, résumer l’histoire à ceux que ça intéressera, parler plus du sous-texte à d’autres…
    Mais ouais : c’est du vécu (séances épiques d’emmêlage de pinceaux devant des interlocuteurs médusés : « s’il écrit comme il parle, ça doit être une belle bouse, son roman »).


  7. J’aime beaucoup ton sens de l’autodérision :o)


  8. […] Je (donc un autre) Pourquoi ? Au départ pour partager l’expérience ô combien stimulante d’un premier roman publié. De l’idée initiale à la réception des exemplaires d’auteurs, je racontais tout, […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :