Comme ça s'écrit…


Je pose 40… et je retiens quoi ?

Posted in Promo par Laurent Gidon le 10 avril, 2008
Tags: , , , , , , , ,

Après m’être bien couvert de ridicule à défendre publiquement des positions qui ne regardent que moi, me voici prêt à reprendre la casquette du jeune auteur enthousiaste, tout frétillant à la lecture des critiques sur son livre tout neuf.

Non, attendez, encore un truc… Ceux qui ont regardé le remarquable "68" de Patrick Rotman ont-il été, comme moi, sensibles à la troublante similitude entre cette année-là et ce que nous vivons en ce moment ? Des JO ternis par la violence avant même leur ouverture, un bourbier de guerre où l’on ne sait plus qui soutenir (ceux qui meurent : je suis toujours du côté de ceux qui meurent, sauf lorsqu’ils prennent les commandes d’un avion de ligne), de l’agitation dans nos belles démocraties, agitation qui voit s’élever pour ou contre elle des voix intellectuelles et discordantes… et pourtant. La similitude s’arrête là.

Où sont en 2008 les rêves de vivre ensemble, de flower power, d’amour libre et de course nu dans les prés verts ? Où sont surtout les Janis Joplin, les Jimi Hendrix, les Jim Morrison… tous les talents qui portaient ces idées avec autant de naturel que le poil long et les cotons indiens, qui posaient les bases musicales et poétiques de toute une génération de contestants, qui mettaient un peu d’éternité dans la révolte ? Où sont-ils, ceux d’aujourd’hui dont le son, les mots, l’énergie, nous feront encore vibrer 40 ans après ?

En 2008, qui prend le relais dans le gueuloir ? 40 ans de posés, et je ne retiens rien de mieux que le son de 68. Est-ce l’argent ou le goût des gens, mais on a les grands artistes qu’on mérite.

Donc, c’est fini tout ça, je ne vous embête plus avec mes rengaines, et revenons à nos moutons : Aria des Brumes.

Il y a un gars, un gars qui n’a peut-être pas la visibilité des Doors, des Who ou des Led Zep, mais dont la voix d’aujourd’hui m’a fait chaud tout partout. Non, il ne chante pas dans le micro (encore que, peut-être…), non il ne se secoue pas sur scène devant des milliers de hippies subjugués (encore que), mais il lit et il écrit.

C’est Thimotée Rey. Vous en avez lu de lui, si vous choisissez bien vos anthos de l’imaginaire et vos fanzines. Il publie à la mitraillette, des nouvelles et des illustrations, voire des recettes de cuisines qui font passer Einstein pour un aimable touilleur.

Ce Tim’O vient de me faire le grand honneur et le confondant plaisir d’écrire une critique sur Aria des Brumes. Il n’est pas question que j’en donne des extraits ici : un tel monument (sa critique) doit être pris dans son ensemble et fouillé jusqu’au plus profond recoin. Alors allez-y, c’est sur Parchemins & Traverses, éditeur et chroniqueur de l’imaginaire. Prenez votre temps, c’est du lourd, de l’analyse érudite, de l’argumentation comme j’en ai rarement lu, une critique rétroactive qui transformerait presque son objet en chef d’œuvre (heureusement que TimO nuance son propos et évite ce travers).

Timothée, tu es peut-être pour moi ce qu’il restera de 2008 (bon, au moins de son début).

4 Réponses to 'Je pose 40… et je retiens quoi ?'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Je pose 40… et je retiens quoi ?'.

  1. richard said,

    Non tu ne t’es pas couvert de ridicule, au contraire. Et quoi que tu puisses en penser, je maintiens que nous partageons les mêmes idéologies…
    Je dois t’avouer que le fait d’avoir fini mon nouveau roman "L’homme sans lumière", qui parle de la solitude et de la vilenie humaine, n’est sans doute pas étranger à la véhémence de mes propos, surtout dans le ton que j’emploie..
    Je n’ai pas eu le temps de voir le documentaire de Patrick Rotman, mais je l’ai enregistré avec mon magneto made in China…Ca a l’air très bien…
    Je vais lire "Aria des brumes "
    Bien à toi
    richard

  2. Don Lorenjy said,

    Merci pour Aria.
    Si j’osais, j’oserais José…

  3. richard said,

    mais osez mon ami, osez…
    je vous appellerai bien Joséphine mais je ne te connais pas assez….:o)))

  4. auteure said,

    Mais si, il y en a des fleurs en 2008, des jaunes, des roses, des vertes … dans la nouvelle de H et M. On a les printemps que l’on mérite!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: