Comme ça s'écrit…


« Je » me passionne et m’ennuie

Posted in Non classé par Laurent Gidon le 18 novembre, 2008
Tags:

« Je » ne suis pas le mec sympa, fondamentalement égoïste, avec la colère facile et le jugement souvent trop hâtif, épidermique, mais je fais des efforts (autant pour ne pas sauter à la gorge de mes contemporains que par peur de me faire démonter la gueule), ce qui me fait souvent passer pour hypocrite. J’assume cela, craignant tellement de déplaire et d’être obligé de haïr en retour. Je ne voudrais pas m’avoir pour copain, les miens ont de la chance : ils ont le choix, moi pas.

« Je » ne supporte pas la violence, alors que je sens bien qu’il suffirait de me pousser un rien pour que je me livre à cette sauvagerie, et c’est sans doute cela qui me fait peur, ainsi que quelques expériences sidérantes qui m’ont vu rester pantois tremblant alors que j’aurais dû serrer les poings et foncer. On ne se connaît bien que dans l’échec.

« Je » voudrais avoir une idée simple et évidente pour changer le monde ou mettre un peu de soleil dans le regard de deux ou trois personnes, mais je ne trouve pas la clé, ne sachant même pas où la chercher, et d’autres avancent, essaient, découvrent ou se plantent, alors que je ne fais souvent que subir par peur de rater ou tout simplement par flemme, allez savoir.

« Je » jouis de mon corps et de ma tête, inquiet de la déchéance à venir de l’un comme de l’autre, et donc pressé d’en tirer le maximum tout en veillant jalousement à l’entretien, ce qui peut me faire sauter de l’intégrisme nutritionnelle à la gabegie alcoolique, tabagique ou pire. Ceux qui m’entourent ne comprennent pas toujours, et moi non plus, mais ça tient encore, alors je grimpe, je skie, j’escrime, je planche, je lis, je regarde, j’admire et j’écris…

« Je » écris pour le plaisir, tout en comptant bien épater le lecteur, tout en gardant une modestie profonde sur chacune de mes lignes, tout en espérant être remarqué, tout en étant persuadé qu’il y a imposture et que je n’ai aucune légitimité à quêter cette approbation, tout en jouant les matamores prêts à en découdre avec la littérature toute entière, tout en changeant dix fois d’avis sur un mot pour en mettre finalement un onzième, tout en n’étant pas capable de m’endormir sans penser à une histoire, à des formules, à la course des doigts sur le clavier, tout en gardant une admiration sans borne pour les écrivains qui me font frémir et un ennui abyssal pour tout ce qui ne me surprend pas (dont moi).

« Je » suis inquiet pour l’avenir de mes enfants, autant parce que je m’en sens responsable que parce que je crains de ne pas les avoir assez autonomisés (je sais, ça ne se dit pas ni ne s’écrit, mais ça se comprend) alors qu’il va leur falloir retrousser les manches que j’aurai laissé pendre trop longtemps, et même si je ne suis pas le seul ce n’est pas une excuse, mais au moment où le barrage craque et que le flot se prépare à tout emporter, ce n’est pas d’excuses dont on a besoin, ni de rien à part un dieu compatissant, et même ça, désolé mais on ne l’a pas.

Les bons jours, « je » pense à la mort sans peur excessive, mais il y a des mauvais jours (une mauvaise nuit suffit, d’ailleurs), et alors là, c’est dur de se dire qu’on va y passer et que toutes les philosophies censées nous aider n’ont pas réussi à faire reculer du moindre pet la limite finale. Merde alors : si même toute l’intelligence des siècles cumulés ne peut rien contre la mort, buvons un coup, vite !

Voilà, j’ai parlé de « je », non parce que je n’avais rien d’autre à dire, mais parce que comme ça c’est fait, tout est sur la table, et ceux qui sont restés jusqu’au bout se demandent encore pourquoi alors que ceux qui sont partis le savent. Moi-même, je reste et me demande. Vous avez des questions ?

About these ads

12 Réponses to '« Je » me passionne et m’ennuie'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to '« Je » me passionne et m’ennuie'.

  1. Yap said,

    C’est intéressant… pour ce que j’y trouve en commun avec moi. Ces questions sur soi, sur la mort, sur sa propre force, etc. qu’on se pose certainement tous arrivés à un certain âge.
    Si j’ai des questions je te fais signe;

  2. Don Lorenjy said,

    Pas trop de questions, j’ai si peu de réponses… merci en tout cas d’être resté jusqu’au bout.

    Et ton blog n’apparaît toujours pas.
    Pourtant, il est là : http://ipsevenenabibas.wordpress.com/

  3. Marco said,

    Diable! don lo, nos façons de « fonctionner » sont encore plus proches que ce que j’imaginais… Je signe presque tout (mais pas le sport, hein: moi je suis une larve d’entrée de jeu, et je le resterai sans ambiguité:). Et puis bravo, vraiment, parce que cette mise à nu de ton « je » est vraiment sans concession.

  4. Don Lorenjy said,

    Oui, c’est ça : à poil Don Lo !
    (et merci toi)

  5. martin said,

    Bon, si ça t’as fait du bien c’est toujours ça de pris !
    Pour les questions, je propose qu’on boive d’abord un bon coup, nan deux, et même trois si t »as encore des bouteilles et tant qu’on est encore en vie. Les questions on les posera après. Si on peut. Mais on pourra pas…


  6. Ni question ni réponse, juste merci pour ce texte.

  7. Don Lorenjy said,

    Pas de quoi… comme dit Martin, ça m’a fait du bien sans vous faire trop de mal.

  8. Nicolo said,

    J’ai l’impression que dans ton « je », peut se réincarner une grande majorité de gens, hommes ou femmes étant arrivés à ton âge, avec une famille, des enfants (peut-être sans l’écriture, mais il paraît que 50% des Français se sont essayés à un art durant leur vie), tous à un niveau plus ou moins grand.
    Par exemple, je me retrouve dans tes « je », sauf pour les enfants – avoir des monstres à la maison, non merci, déjà que j’ai du mal à chasser ceux qui sont dans ma tête… ;)

  9. Lucie said,

    Bon, ben… on fait un club ? Il n’y a pas un paragraphe où je ne me reconnaisse pas…

  10. Don Lorenjy said,

    C’était ça l’idée, merci d’avoir contribué : et si nos travers, nos faiblesses, nos peurs, nos petites et grandes hontes, étaient ce qui nous réunit plus sûrement que tout le reste ?

  11. Lunatik said,

    Diantre!
    Devrai-je donc en dévoiler tant que ça pour que tu daignes me bienvenuter sur AVP?
    Je ne m’en sens pas capable :(

  12. Don Lorenjy said,

    Ne te force pas


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :