Comme ça s'écrit…


Des bas et des hauts

Posted in Non classé par Laurent Gidon le 23 avril, 2012

Vite, vite, il faut écrire quelque chose, s’exprimer sur ce premier tour, prévoir le second, s’engager ou au moins gesticuler.
Donc voilà, trois petites choses et puis m’en vais.

Dans mon village, nous avons été 85 à voter pour Eva Joly alors que 541 de mes voisins ont cru en Marine Le Pen. Vais-je mépriser, conspuer, voire haïr mes voisins ? Non. Juste leur dire – et encore mieux : leur montrer – qu’on peut vivre sans peur ni colère, sans haine ni jalousie. C’est un job à plein temps, mais il me plaît.

Faut-il laisser place à la rhétorique perverse du candidat président sur trois débats de rang ? Non. Il n’y a pas de débat avec cette façon de s’exprimer qui cherche à détruire, diviser, apeurer et réveiller toutes les jalousies par des sophismes tronqués.

C’est d’ailleurs un service à rendre au personnage qui incarne cette mécanique oratoire que de ne pas le laisser l’exposer trop longtemps. La technique du « si vous ne votez pas pour moi c’est que vous acceptez que vos enfants rendus incultes par des profs paresseux se fassent égorger par des bouchers halal vivant d’allocations familiales frauduleuses » finit par être trop visible.
Il faudrait que l’équipe de François Hollande utilise mieux cet argument. Au lieu de se replier derrière la tradition républicaine du débat unique, ils feraient mieux d’en appeler au respect de leur adversaire en l’empêchant de s’autodétruire dès le second débat sous les rires libérateurs d’une France enfin soulagée de ses peurs, colères, haines et jalousies précitées.

Bref, j’ai bon espoir en demain car la politique se fait ici, en se frottant aux autres, les urnes n’étant là que pour nous montrer quels maux nos voisins nous demandent de panser.

About these ads

2 Réponses to 'Des bas et des hauts'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Des bas et des hauts'.

  1. Tirésias said,

    J’aime ton espoir Laurent, et j’aimerais y croire mais…

    Les maux ne seront pas pansés, ils ne le sont jamais. Parce qu’il faut bien que l’histoire se répète, demain viendra la guerre et le sang des autres – des infidèles, des innocents ! – giclera en rivières, mouillant les rives insondables d’un horizon de larmes.

    Ou quelque chose comme ça, si Hollande ne prend pas la mesure de son destin.


    • Oh oui, aime mon espoir, aime-le et partage-le !
      Hollande n’est parfois que ce que nous attendons pour ne pas agir. Alors prenons chacun la mesure de notre propre responsabilité dans ce que nous créons, et… voilà !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :