Comme ça s'écrit…


Djeeb l’Encourseur

Voilà, c’est parti, Djeeb l’Encourseur vit sa vie en librairie et peut-être dans votre bibliothèque.

Pour voir tout ce qui se dit sur ce deuxième voyage de Djeeb Scoriolis dans l’Arc Côtier et jusqu’aux mystère des Confins, tous les liens seront recensés ci-dessous (critiques, dithyrambes et insultes comprises).

14/05/14 – Sur Price Minister, un certain Wolverine dit des tas de choses sympathiques sur Djeeb l’Encourseur, notamment "On ressort changé de cette lecture, tellement le verbe est sincère, et la langue aussi efficace que celle d’un Holdstock ou Peake mais avec cette volonté supérieure de nous montrer d’autres nuances linguistiques… Superbe !!!" Que dire de plus, à part m’excuser de n’avoir pas repéré cet avis datant de 2010 ? Merci Wolverine. http://www.priceminister.com/offer/buy/104072261/laurent-gidon-djeeb-l-encourseur-livre.html#filter=20&scroll=reviews

13/11/10 – Hugues, sur Biblioblog, rend compte d’une lecture exigeante. Pour lui, le plaisir est là "un bon livre de jours pluvieux ou de bord de mer, agréable, bien écrit et dépaysant", mais je peux tout de même faire un peu mieux : "Laurent Gidon est un nouvel auteur qui n’a, en tout et pour tout, que 3 livres à son actif. Il a donc tout le temps de porter à maturité le talent que l’on sent derrière les erreurs de jeunesse." Comment dire… Je vais sans doute continuer de me tromper un peu, histoire de rester jeune. Et je lui laisse la conclusion en lui piquant son introduction :

Djeeb est un héros d’une autre époque, beau parleur, imprévoyant, vivant d’expédients, d’esbroufes et d’effets de manches, tantôt naïf tantôt retors. Le monde dans lequel il vit le lui rend bien : plein de mystères, de créatures étranges, de civilisations plus étranges encore et de femmes faciles à séduire. Le tout décrit dans un style vif et nerveux, parfois un peut léger, mais sans défauts rédhibitoires.

Voilà. Il faut que je veille à ne pas rédhibiter. Enfin, pas trop…

5/11/10 – Marc Alotton a donné son avis sur ActuSF. Un avis très positif, ce qui m’enchante. Marc note que : "Assurément, le premier intérêt du roman est la plongée dans un monde médiéval à mi-chemin entre Robin des Bois et La Roue du Temps de Jordan". Assurément, il a tout compris. Note personnelle : lire La Roue du Temps, de Jordan.

Le second intérêt, qui s’amplifie à la lecture, c’est la petite musique intérieure gidonnienne ; le style qui lie élégance, ironie et fausse insouciance ; un regard altier, mais compatissant, sur le monde, où l’œil de l’auteur supplante parfois celui du héros ; une langue enjôleuse, mélodieuse ; un vocabulaire très riche ; un rythme de phrases longues, qui coulent et vibrent de l’intelligence du monde et de leur discrète audace.

Merci, vraiment, surtout pour cette "petite musique intérieure" qui me rappelle le plaisir que j’ai à me chanter les phrases avant de les écrire, voire pendant. Jamais après, faut pas exagérer.

1er/07/10 – premiers articles sur cet Encourseur.

Sur Psychovision , Stegg lui accorde un vibrant 9/10 (qu’est-ce que ça me fait plaisir !). Il a en plus compris l’enjeu divertissant de l’ouvrage, aussi bien que les liens entre personnage et auteur. D’ailleurs je lui laisse la parole, il le dit parfaitement : "Mais ce qui marque le plus dans ce roman, c’est la plume de son auteur, une plume évocatrice des émotions et des réactions de son personnage principal, une plume qui cherche à séduire et à surprendre, un peu comme Djeeb devant ses spectateurs."

Sur ScifiUniverse, c’est Manu qui lui octroie un très correct 7/10. En soulignant l’évidence de l’hommage (pillage ?) à Jack Vance, il me fait bien plaisir. Et presque plus quand il évoque, à la toute fin, son plaisir de lecteur à suivre mon saltimbanque de Djeeb. Il a aussi bien vu l’avenir et les tribulations futures puisque : "A la manière d’un Adam Reith, Djeeb est parti pour faire le tour de la région, à la rencontre de ses diverses peuplades. En tout cas, Laurent Gidon a la plume et l’imagination pour."

Ah tiens, encore une plume dans cette brassée de fleurs. Merci !

14/07/10 – En ce jour national, c’est la fête : Jean-Jacques Merlin tire le portrait de l’Encourseur sur Facebook. Il compare à ce qu’il a éprouvé en lisant De Cape et de Crocs, ce qui me flatte, et a tout compris à la musicalité du truc : L’écriture m’a beaucoup plu car j’ai pu sentir un choix des mots et souvent une mélodie accompagnant les aventures de Djeeb avec des changements de tempo accompagnant les changements de situations.
Mais je le laisse exprimer un défaut tout aussi flatteur :

Pour moi un bon moment de lecture qui se ponctue tout de même d’une note négative puisque notre Chanceur nous abandonne un peu rapidement. Mais comme dit Laurent, il ne sert à rien de pondre de la ligne si c’est uniquement pour faire des pages en plus.
Mais quand même, j’ai hâte de retrouver Djeeb!!

18/08/10 – la gentille Oph n’a pas hésité à lire l’Encourseur après le Chanceur et à dire ce qu’elle en a pensé. Plutôt du bien :

En tout cas, ce nouveau voyage dans l’Arc Côtier a été un grand plaisir, et je suis toujours partante pour un vol sur Air Don Lo.

Ce qui me plaît c’est qu’elle s’attache à critiquer le personnage de Djeeb plus que le livre, comme dans "J’ai trouvé le personnage de Djeeb un rien plus agaçant que dans le premier roman : s’il y faisait déjà des choix aux conséquences fortement dispensables, il n’avait alors pas de quoi comprendre ce qui l’attendait. Ici, à plusieurs reprises, on voit bien qu’il lui suffirait de savoir s’arrêter, ou s’abstenir, ou garder un profil bas, pour calmer le jeu. Mais Djeeb en est incapable, alors il met le bazar." ce qui prouve bien que l’écriture a fait son travail de passeur. Pour un écriveur, c’est une impression plus qu’agréable.

20/08/10 – Nicolas Soffray avait bien aimé le Chanceur et semble s’être éclaté avec l’Encourseur. Il le dit sur la Yozone, avec un certain talent :

Une nouvelle fois, Laurent Gidon nous sert une fabuleuse aventure, dans la lignée de Jack Vance. Il a aussi le mérite de nous livrer un univers complexe, original et mystérieux, avec suffisamment d’indices en 250 pages pour que le lecteur comprenne à quoi les personnages ont affaire. Une prouesse, là où des auteurs comme Robin Hobb allongent la sauce sur 2000 pages en nous laissant perpétuellement sur notre faim !

Me voilà entre Vance et Hobb, ce qui me rosit de joie confuse. Et le chroniqueur insiste, avec ce "Enfin, Djeeb comme son auteur persistent, malgré des péripéties toujours plus nombreuses, dans leur voie de la beauté, ne négligeant jamais la réflexion sur nos actes, le remords engendré, la paix et son prix." qui montre combien sa lecture est attentive. Heureusement, sa joie est tempérée par une soixantaine de coquilles qu’il a la gentillesse de nous détailler. Nicolas Soffray ? Une perle !

2/09/10 – J’aime bien Phenix Web, on y trouve des avis intéressants. Notamment celui de Miss Mopi qui a lu l’Encourseur et semble avoir apprécié le voyage. C’est vrai qu’on ne s’ennuie pas dans une virée avec un Djeeb qui "se définirait quelque part comme un artiste, un amuseur, mais un amuseur flamboyant monsieur ! D’aucun l’appelle Djeeb le Charmeur, et ce n’est pas pour rien." Certes, le début l’a un peu secouée : trop de phrases, trop de lieux, trop de personnages, pour le lecteur qui débarque dans l’Arc Côtier. D’ailleurs, elle semble partante pour un autre épisode :

Il reste de cette histoire une affection pour Djeeb, personnage qui aurait pu être insupportable si son auteur n’avait su le rendre attachant. Plus que l’univers c’est Djeeb Scoriolis qui nous ravit le long de ces pages et l’on se réjouit à l’idée de le retrouver dans d’autres aventures.

Et que voulez-vous, on se sent flatté…

6/09/10 – chouette, ce sont aujourd’hui mes camarade d’Outremonde qui donnent leur avis sur l’Encourseur, par la plume de Vlad. Il a bien compris l’ambition plaisir du roman, pour tous, lorsqu’il affirme :  "Quant à ceux qui se plaignent à corps et à cris d’une littérature de l’imaginaire insipide ou engoncée dans ses stéréotypes, laissez vous tenter par l’aventure, vous y trouverez des saveurs inoubliables auxquelles vous reviendrez. C’est du rêve qu’on nous vend là, tout simplement." Qu’ajouter à cela ? Tenez, ceci :

Non content de nous faire profiter d’une écriture élégante et fluide, le récit se permet de jouer sur plusieurs tableaux qui le font gagner en profondeur à chaque page, qu’il s’agisse d’emprunter au roman d’aventure un aspect palpitant digne de J.Vance ou de lorgner vers une approche esthétique que n’aurait pas renié Oscar Wilde.

Vance et Wilde… c’est tout moi. Merci donc, et bonne lecture à ceux que le mariage tente.

23/09/10Atemporel a trouvé l’Encourseur aussi bien que le Chanceur. "Suite directe du premier tome, Djeeb l’encourseur reprend le même personnage (Djeeb Scoriolis), le même style naratif (réussi) et le même univers.
Une recette qui fonctionne à nouveau !
"

Ils aimeraient rapidement un troisième tome. Moi aussi…

Le nouveau Djeeb, tel qu’en lui-même

21 Réponses to 'Djeeb l’Encourseur'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Djeeb l’Encourseur'.

  1. azarian said,

    Voila j’ai mon encourseur dégoté à la fnac de la defense comme le premier. Il en reste un autre exemplaire pour les amateurs ;)
    A cote je me suis achete un P.Bordage, un W.Gibson et un T.Sharpe donc bien entoure L.Gidon ^^
    Je lis ça des que je reprends le TGV (ce que je fais tout les week end). Et pour l’instant je voulais juste dire qu’en vrai la couverture est encore plus belle ;)

    • Don Lorenjy said,

      Merci, et surtout pour le boulot d’Aurélien Police sur l’illustration.

  2. Silk said,

    Alors, c’est simple : BRAVO ! Ce second opus étant meilleur que le premier, à mon goût personnel à moi qui, en fin de compte, est le seul qui m’intéresse vraiment au final mais c’est quand même un peu normal, non ? :-) , il ne me reste plus qu’à te souhaiter de continuer à progresser sur la même pente, et le plus longtemps possible !
    Mais pour le vrai bon savoyard que tu es, ça ne devrait pas poser problème, n’est ce pas ?
    Quant à nous, lecteurs désormais avides (et à vide), il ne nous reste plus qu’à prendre notre mal en patience pour une (des) suite(s) qu’on espère voir arriver… VITE ! ;-)

    • Don Lorenjy said,

      Chouette, merci.
      Pour la suite, l’écriture avance bien, mais la parution dépendra du planning de l’éditeur.
      Envoyez-lui un mail à l’occasion !

  3. Oph said,

    Je me refais un peu de pub, ça ne mange pas de pain.

    http://histoiresdoph.blogspot.com/2010/08/djeeb-lencourseur-laurent-gidon.html

    • Don Lorenjy said,

      Merci Oph ! Je ne t’avais pas oubliée : me permets-tu de te citer ci-dessus ?
      (dis oui, dis non, je le fais quand même)

      • Oph said,

        Pour toi, c’est toujours oui.
        Euh…
        Enfin, tant que c’est en tout bien tout honneur, hein !


  4. Juste pour t’annoncer en avant-première une critique assez dithyrambique qui devrait paraître assez rapidement sur la Yozone. Tu y es comparé à Jack Vance, et tu fais mieux que R. Hobb. Pas mal, non ?

    A.C. de Haenne

    • Don Lorenjy said,

      Faut reconnaître : ça me parle !
      C’est pas un peu trop, dans la dithyrambe ? On va faire des sceptiques…


      • Mais la critique ne sera pas de moi, vu que je n’ai pas (encore) lu Djeeb (c’est mieux de lire quand on veut critiquer…) Je te tiens au courant quand elle arrive sur le site…

        A.C.

      • Don Lorenjy said,

        Faut reconnaître, lire avant c’est tout de suite plus crédible. Oui, merci, tiens-moi au courant. Et le reste de la planète aussi ;)


  5. Elle paraîtra demain, sur le site de la Yozone !

    J’espère que l’info t’a été utile.

    A.C. de Haenne

    • Don Lorenjy said,

      Oh oui : je ne passe pas mon temps en veille Ternet. Merci de t’en être chargé pour la YoZ !


      • Mais avec grand plaisir !

        A.C.


  6. La critique qui passe en ce moment sur la Yozone est de moi (mais ce n’est pas l’un de tes livres…)

    A.C.


  7. Voici la critique de Djeeb, histoire que tout le monde en profite…

    http://www.yozone.fr/spip.php?article10800

    A.C. de Haenne


  8. Ça y est, je l’ai !

    A.C.

    • Don Lorenjy said,

      Félicitations !
      N’oublie pas de le libérer quand tu l’auras fini (ou au moins de faire tourner)


  9. Tu dois être content de la critique de Djeeb dans Bifrost ?

    A.C.

    • Don Lorenjy said,

      Oui, on m’a dit que c’était pas mal (on me l’a même envoyé par mail, mais je ne pourrai en faire état que lorsque j’aurai acheté la revue, non ?)

  10. Aurélien said,

    Et voilà, j’ai fini de suivre les aventures de Djeeb le Magnifique ! Et que dire ? Si ce n’est "Encore !".
    Encore un merveilleux voyage,
    encore une écriture fluide qui sait nous mener et nous surprendre
    encore un Djeeb qui se met dans de bien mauvaises postures mais s’en tire avec des pirouettes !

    J’aurai bel et bien dû me faire dédicacer les 3 volumes à OctoGônes :P
    Merci, bravo,et… à bientôt j’espère !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: