Comme ça s'écrit…


Faisons-nous des amis !

Posted in Non classé par Laurent Gidon sur 28 janvier, 2008
Tags: , , , , , , , , ,

Ceux qui ont lu Aria des Brumes jusqu’au bout (et il y en a) savent que les remerciements de l’auteur commencent par «Comme tout le monde, je n’arrive pas à grand chose de bon tout seul».

Il faut avouer que comme banalité, ça se pose un peu là… mais aussi que c’est vachement banalement vrai.
Pour rester dans ce qui nous préoccupe, prenons l’exemple du « lancé de bouquin en librairie ». Pour que ça marche, il faut du monde : une vraie équipe. L’auteur, on l’a, c’est moi, n’y revenons pas. L’éditeur, très utile pour faire retravailler l’auteur, c’est Le Navire en Pleine Ville, pas de problème. Et après ?
Un libraire, UN LIBRAIRE ! crient ceux du fond. Ouais, un libraire, d’accord. Donc l’éditeur va prendre sa petite camionnette (sa chaloupe, en l’occurrence), charger les cartons, et partir faire le tour de France des libraires pour livrer, telle la cigogne du printemps, les beaux bébés livres tout chauds. Et la marmotte ? Elle fume le chocolat sans le sortir du papier d’alu ?

Non, mes amis, mes frères, ne croyez pas la pub : elle vous ment. Croyez-Moi, c’est quand même mieux.
Donc, en vérité je vous le dis, entre éditeur et libraire il y a un diffuseur, sorte d’archange chargé d’annoncer la bonne parole et expliquer à un libraire pourquoi un livre qu’il n’a pas lu (l’archange) vaut le coup d’être vendu, je vous en mets une douzaine ma bonne dame ?

Chez nous, le diffuseur fait bien son boulot. Et heureusement, parce que du boulot, il en a.

Sachez que j’ai eu l’outrecuidance (oui, j’outrecuide et je danse, à mes moments perdus) d’envoyer un courriel à notre diffuseur, pour bêtement lui reprocher de n’avoir réussi qu’à placer un seul Aria en première semaine sur toute la région d’Annecy.
Voici ce qu’il me répondit, et c’est bien fait pour moi :

Monsieur
J’ai bien reçu vos remarques. Nous ne nous connaissons pas, mais soyez assuré que nous portons avec ferveur chaque livre que nous avons à vendre. Nous ne sommes qu’une petite équipe( 7 personnes pour la France, la Belgique, la Suisse) qui vend à peu près 70 titres par mois. Bien sûr nous ne pouvons pas aller partout. A Annecy nous avons deux libraires « relais » l’Imaginaire qui a pris 4 ex de votre livre et la Fnac. Les deux librairies spécialisées n’ont pas de compte chez nous.
Dans la proche région vous êtes présent à Grenoble, Chambery, Bourg en Bresse, Vevey, Aix les Bains, Thonon…
Nos efforts rejoignent les vôtres.
Bien à vous

Bon, en dehors du fait que la Librairie Imaginaire n’a commandé ses 4 Aria seulement après que je suis allé la supplier à genoux, avouez que c’est bien tourné et que je n’avais qu’à attendre un peu que les lecteurs se manifestent avant de râler. Mais il en ressort surtout que nous ne sommes pas seuls sur le Navire : le diffuseur bosse, et avec ferveur. Un archange, je vous dis. Merci (je lui dis).

Voilà. Une équipe, une vraie. Et ça marche.
Tiens, il y a quelqu’un qui n’est pas dans l’équipe, mais qui fait aussi du bon boulot. C’est le critique. J’attends d’en avoir plus à vous raconter, mais sachez déjà que la première critique de Aria des Brumes est en ligne sur le site de Khimaira, et bientôt peut-être dans la version papier du magazine qui le vaut bien.
Et là, je suis tout rose de modestie malmenée : cette critique est non seulement bonne, mais montre que Sophie Dabat a tout compris du livre et de ce que j’avais voulu y mettre. Voici entre autres ce qu’elle écrit :

Ce premier roman du jeune auteur Don Lorenjy est un très beau texte dont les nombreux thèmes de réflexion, centrés sur l’humanité, l’évolution, le développement personnel et le regard des autres, font écho à la critique de l’auteur sur une société inhumaine qui traite les hommes comme des machines, envisage le destin d’une planète en termes de rentabilité et détruit pour mieux posséder.

Ça fait plaisir (« jeune auteur », surtout !).
Si j’osais, je m’en ferais une amie aussi, tiens…

Publicités

23 Réponses to 'Faisons-nous des amis !'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Faisons-nous des amis !'.

  1. Pibole said,

    Cher Don Lo: demande au capitaine quel pourcentage du livre prend le distributeur pour mettre en place les bouquins en librairie…
    Ils peuvent souquer avec ferveur !

  2. Don Lorenjy said,

    Tu veux dire qu’il y a une question d’argent là-dessous ? Entends-tu le son cinglant d’un rêve qui se brise ? Mon archange aux poches pleines…

  3. Batô said,

    Déjà, le capitaine signale à son auteur chéri qu’elle aime et qu’elle adore qu’il ne faut pas confondre diffuseur et distributeur. Le distributeur, c’est le salopard qui se fait des couilles en or en faisant de la gestion de stock et des envois et des retours, se paye sur les ventes et non sur le CA, et qui tremble, bien fait pour lui, en voyant pointer le museau du livre électronique. Il prend 12% (ce qui, en fonction des retours, peut au final jfrôler les 20% les mois de retour…)
    Le diffuseur, c’est l’équipe de commerciaux qui va essayer de persuader le libraire de prendre le bouquin chez lui, même si ça peut lui coûter des sous au cas où il n’arrive pas à le vendre et même si ça lui prend de la place… Il prend 11% sur le CA, lui…(ce qui fait que ça reste vraiment 12%)
    Ceci dit, je pense aussi qu’Aria n’a pas la mise en place qu’il mérite, et je suis en train de coller quelques pincements à quelques derches…

  4. Don Lorenjy said,

    Merci Cap’ pour ces précisions (ah, j’imagine cette main vengeresse qui va cingler certains culs). Une fois n’est pas coutume, je m’en vas modifier mon billet en conséquence.

  5. Pibole said,

    J’aime la vigoureuse verdeur et la verve du Navire.
    Voilà clairement envoyé, petit scarabée!

  6. Marco said,

    Ah ben voilà ma critique: p. 75 « leurs » au lieu de « leur », p. 157 « voies » au lieu de « voix », p. 159 « fait » au lieu de « fais », p.162 « saurais » au lieu de « saurai » (plusieurs futurs indicatif transformés en conditionnels présent, en fait), p. 189 « fatiguant » au lieu de « fatigant ».
    Voilà, ça c’était les remarques de Marco le blaireau, le couillon de service qui ne voit que les coquilles. (cela dit, ça peut servir pour la future ré-impression:)
    Plus sérieusement, je mets ma critique (assez différente de celle de Sophie Dabat) sur mon blog d’ici la fin de la semaine. Parole d’Automax!

  7. Don Lorenjy said,

    Sévère mais juste, Marco : je n’attends rien d’autre d’un styliste comme toi, pour la critique s’entend.
    merci d’avoir pointé les coquilles et fautes. Je suis consterné de voir qu’il en reste autant après toutes ces relectures.
    Lecteur chéri, pourtant je te respecte… amis là, j’ai fauté.

  8. Marco said,

    … mais qu’il n’y ait pas de malentendu! Des coquilles, on en trouve dans tous les romans dans n’importe quelle maison d’édition! Tu n’as pas fauté, les relecteurs non plus: vous êtes justes humains (avec ou sans furet), comme nous tous, c’est plutôt rassurant :))

  9. posuto said,

    Hé ! Super conclusion !!!
     » C’est un livre prenant, fascinant, qui se lit d’un seul trait et avec autant de plaisir que de réflexion ! »
    Y’a de quoi être très fier !!!!
    Kiki 🙂

  10. Don Lorenjy said,

    Merci Kiki. Avez-vous vu en moi, la fierté triomphante bousculer l’humilité rampante ?
    (Oui, Marco, je sais, j’en vois aussi chez les autres… mais chez moi ?!!!)

  11. Batô said,

    @pipole : je bénis tes petits pieds…

    @Marco : je hais la correction, les correcteurs, même les bons (c’est pas vrai c’est juste pour masquer mon désespoir), et les coquilles. C’est la plaie du métier, je ne m’en remets jamais. Sauf quand je lis un pocket (vu le pognon qu’ils se payent) et que j’en trouve des pires chez eux.

  12. Marco said,

    (tiens, ben moi j’ai fait une faute dans mon commentaire précédent de 4 lignes: « justes » au lieu de « juste ». Comme quoi, décidément…)

  13. EmmaBovary said,

    Et la critique de Fréhelle sur « A vos plumes », elle est vachement bien aussi! 🙂
    http://avosplumes.xooit.com/t1030-Aria-des-brumes-de-Don-Lorenjy.htm#p15486

  14. Don Lorenjy said,

    Ouiiiii, Emma, merci (Emma Bovary, c’est pas moi)
    Marco : le fouet, et en cale avec des fers aux pieds !

  15. Pibole said,

    ça y est je l’ai. Librairie Privat, place Bellecour Lyon. Pas facile à trouver. il a dû souffrir d’un charme d’invisibilité. les filles ont mis une demie heure à le dénicher.
    Mais je l’ai.
    Et les libraires de Privat on bien mémorisé ton nom. ça c’est sûr.

    J’ai tellement de potes que chaque fois que je vais dans une librairie je passe mon temps à remettre leurs livres bien en vue. Quand je ressors, les étagères ressemblent à celles de chez moi!

  16. Don Lorenjy said,

    Pibole, ça doit être bien chez toi (une bibliothèque avec que des amis dedans).
    En tout cas, bien joué, merci ! (et bonne lecture)

  17. Zordar said,

    Je viens de le recevoir, il est doux ! J’ai un pavé de 850 pages à terminer et après j’attaque Aria.
    Bravo pour les critiques !


  18. ‘tain vous me faites suer, mon libraire ne l’a toujours pas reçu ! Excellent, Don, ton commentaire : « Emma Bovary, ce n’est pas moi ». Donc, tu ne t’appelles pas Gustave dans la vraie vie ;o)

  19. posuto said,

    Suis allée sur Amazon et j’ai lu :
    « Par Ph. Berger « Gourmand de livres »
    Une bonne première incursion dans la SF pour ceux qui n’en lisent pas. Ceux qui en lisent seront chez eux…
    Pas de jargon, pas de violence excessive, mais une aventure dont les tensions et les rebondissements ne paraissent pas factices. Et c’est très humain, avec un sous-texte intéressant sur le libre arbitre et la responsabilité personnelle. Peut-être un peu court… mais on peut y voir un atout ! »
    Ah !
    C’est donc de la fierté qu’il faut avoir !
    Kiki 🙂

  20. Don Lorenjy said,

    Merci pour ces retours (ce Berger gourmand, on croierait que je l’ai payé). Prime à Zordar pour le meilleur commentaire : effectivement, Aria des Brumes est doux ! tout doux !
    Loïs, désolé pour le sauna…

  21. Nath said,

    Je découve ton site en même temps que ton commentaire laissé sur Dentelle… et je suis ravie de voir que tu as réussi « l’examen » de passage des éditeurs. Bravo à toi donc pour cette prouesse que je n’arrive malheureusement à effectuer 😦
    Je te souhaite, ainsi qu’à ton oeuvre, une belle vie riche d’écriture et de rencontres.
    Si tu as des conseils…
    Bonne journée !

  22. Zordar said,

    Un peu de pub ça ne fait pas de mal !

    http://zordar.over-blog.com/article-16189808.html

  23. Don Lorenjy said,

    Merci Zordar, efficace et sympa !
    Et Nath, je t’ai répondu, mais tu mérites un billet à toi toute seule (que tu partageras avec Pibole et Stephen King).


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :