Comme ça s'écrit…


Mais que je suis donc djeuns !

Posted in Non classé par Laurent Gidon sur 29 mars, 2008
Tags: , , , , , , , ,

Sur les conseils avisés de Blandine Longre (ai-je été bien avisé de les suivre ? on verra…), je me suis penché sur le cas Myspace. Autant vous dire tout de suite que je ne me suis pas encore relevé. On a beau faire on a beau dire, quand on a passé l’âge il ne revient pas (Ha Ha).
Traduction : je n’y comprends rien de rien.
À quoi ça sert, ce truc ? Je tape myspace dans google, et je vois une page avec des tas de petites images et un cadre avec « Myspace pour tous » en gros, et « Crée ton propre espace et montre aux autres qui tu es. »

Honnêtement, sans vouloir dire du mal de mon nombril, je ne vois pas l’intérêt. Enfin si : créer de l’espace, je veux bien. Je ne sais pas ce que j’en ferais, mais c’est le seul truc qui me paraisse vraiment luxe de nos jours, la place… Ça et les amis qui passent dans mon espace où il y a toujours de la place, n’est-ce pas ? Alors créons de l’espace, on pourra toujours y ranger des trucs (c’est fou ce que ça prend comme place les skis, les planches à voile, les vélos, les cordes et les crampons…). Sauf que de l’espace, j’en ai déjà, et juste assez si vous m’en croyez mignonne, surtout les jours de serpillière ou de carreaux.
Quant aux amis, on en a jamais troooop (bango !). Mais des vrais, des qui respirent le même air que moi, laissent des traces sur le lino, du chaud dans le canapé et travaillent à voir venir le fond des bouteilles.
Parce que Myspace me propose de créer mon propre réseau d’amis. Propre comme « à moi tout seul » ? Les beaux amis que voilà, propriété privée de moi, réseau fermé, même pas sous creative commons…
Je galèje, on s’en doute. Et je ne suis sans doute pas le premier béotien à poil dur qui enfile des perles sur le concept Myspace. N’empêche que, tout vilain communicant que je sois, je trouve qu’un service qui ne dit pas plus clairement ce qu’il propose n’aura certainement aucun succès…
Ah… c’est trop tard ? Déjà un succès planétaire ? J’ai peut-être juste raté le train…
Bon, passons le cerbère de la page d’accueil pour plonger dans la page « Informations ».
Et là, j’ai beau faire mon djeuns à deux balles net, c’est cata et strophique main dans la main jusqu’au jugement dernier. Car au lieu de m’informer, on me balance une FAQ à faire fuir Freddy Kruger et la cassette de Ring.
Jugez plutôt :

1.          Comment supprimer le profil de mon enfant de MySpace ?
2.        Comment supprimer le faux profil d’un enseignant/membre de faculté ?
3.        Je pense qu’un utilisateur a corrompu mon compte : je ne parviens pas à me connecter et les choses semblent avoir changé !
4.        Comment rendre mon profil privé ?
5.        MySpace est-il gratuit ?

Avouez que ça fait peur. Comme si on vous vendait une voiture (alors que ça n’existe pas encore, ou en tout cas vous ne savez pas à quoi ça sert) en vous informant sur comment éviter de vous faire arnaquer au péage, comment ne pas vous faire voler votre autoradio, comment changer une roue crevée et comment empêcher que vos gosses se tirent en week-end avec la vôtre (de tire). En terme marketing, c’est pas seulement nul : ça relève du pénal. Franchement, je ne lui prédis pas une carrière mirifique, à ce Myspace…
Ah… trop tard ? Bon.

Allez, je vous la fais courte. Vous me reconnaissez, j’ose tout. Je clique donc sur « Inscription » et tombe sur un formulaire qui m’enjoint de rejoindre Myspace ici !
Après des tas de questions indiscrètes sur mon nom, mon prénom, mon âge et ma région, on me prévient que je dois lire les conditions d’utilisations, où j’apprends que

3.   Tarifs. Vous acceptez que MySpace se réserve la possibilité de facturer des redevances pour toute partie des Services MySpace et de modifier ses tarifs (le cas échéant) de temps à autre, à sa discrétion.

Ce qui vaut réponse au point 5 de la FAQ (voir plus haut). Mais vous le savez, vous êtes tous chez Myspace depuis lurette qu’elle est belle, et donc vous vous en secouez le gras, comme moi.

Ensuite, on me demande une photo, puis d’inviter mes amis… Je n’aime pas déranger les gens pour rien, surtout mes amis. Donc ne vous étonnez pas de ne rien recevoir : c’est normal, passez plutôt à la maison, tout le monde sera content de vous voir.

Voilà, c’est fait… je suis sur Myspace maintenant. Ça le fait grave, non ?

Bon, heureusement que Blandine m’a promis de m’aider à peaufiner un profil un peu plus classe, parce que là… comment que je fais pas djeuns, c’en est pitié.

Ceci dit, un truc qui sert juste à rencontrer des gens qui pensent comme vous et font les mêmes trucs que vous, c’est over flippant (djeuns ?). Je préfère les autres, qui font et pensent pas pareil. Ils ne sont pas toujours de tout repos, mais y a de l’aspérité, du grain à moudre, de la discuss jusqu’à point d’heure sur tout et rien qui vont si bien ensemble, marions-les. Sur Myspace (ou Yourspace, on verra) ça va être dur… Encore que…

J’ai vu le profil du Capitaine du Navire. Faut reconnaître, elle n’est pas la dernière pour la déconne, et ça se sent, même de profil. Sauf que je préfère l’avoir en face, na !

Publicités

6 Réponses to 'Mais que je suis donc djeuns !'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Mais que je suis donc djeuns !'.

  1. Citrouille said,

    Dis donc ! Tu as 2 amis ! Tom (qui lui en a 230295674 d’amis), et la MySpace family. Quand on sait que les amis de nos amis sont nos amis… 😉

  2. frehelle said,

    Alors ça c’est top. J’ai jamais foutu mes pieds sur myspace, à part il y a 2 min en cliquant sur ton lien (oui, j’ai cliqué avec les pieds, et alors?). Et paf, v’la t-y pas qu’il me dit « Don lorenjy fait partie de ton réseau étendu », en grand placard, en haut de page.

    Non mais ça va pas, non? J’ai pas de profil donc pas de réseau, kesse c’est que ce bazar? Pis si j’avais un réseau, j’en prendrais soin, moi, monsieur, j’y ferais des crèpes et du chocolat chaud. J’irais pas l’étendre sur un ring. Réseau étendu toi-même, Mr Myspace.

    Ah, c’est pour faire genre-et-donner-envie-aux-gens?

    Ben pour moi, je crois que c’est raté…!

  3. Don Lorenjy said,

    Voilà Frehelle, t’as tout compris.
    C’est Tom et Myspace France qui vont être déçus de pas devenir tes amis sur le ring…

  4. Blandine said,

    Quelques précisions (je ne cherche pas à convaincre les réfractaires !) on peut virer Tom et myspace france et choisir ses amis (certains les collectionnent mais c’est sans grand intérêt… se méfier des invitations venant de ceux qui ont plus de 1000 amis…) – le principe est un peu semblable à ce blog, en fin de compte – un « espace » virtuel dont on dispose comme bon nous semble… que l’on peut modérer, sur lequel on peut écrire, aussi, poster des images, des musiques, dialoguer… L’avantage : aller à la rencontre de nouveaux lecteurs…, ou d’éditeurs, etc. Voir entre autres ce post :
    http://blongre.hautetfort.com/archive/2008/03/19/myspaciens-de-l-edition-suite.html

  5. Don Lorenjy said,

    Merci pour ces précisions.
    Je me noie dans quelques verres d’une eau saumâtre pour l’instant (comment virer Tom ? Dois-je aller à la pêche aux amis ou les laisser venir ? Comment faire un blog, et cela a-t-il un intérêt quelconque au regard de ce blog-ci ? A quoi servent les commentaires ?…)


  6. […] Télérama, Wizzz Ceux qui ont de la mémoire et un rien de persévérance se rappellent que je me suis jeté tout nu dans MySpace. Après avoir réussi à me débarrasser de Tom comme ami, j’admets qu’il ne m’y […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :