Comme ça s'écrit…


Un bout de route ensemble

Posted in Lecture par Laurent Gidon sur 10 mai, 2008
Tags: , , ,

Tout a déjà été dit sur La Route, de Cormac Mac Carthy. Et son contraire. Ce que j’ai lu de mieux vient sans doute du blog de Marco, il y a déjà quelques semaines, sous le titre « Les histoires les plus simples ».

Alors je ne vais pas en rajouter.

En fait si. Parce que ça me trottine, cette affaire de route, un peu comme m’avait fatigué l’affaire bienveillante l’an dernier. Comment un livre dont tout le monde parle, que tout le monde a lu ou doit lire, que tout le monde a disséqué en public sans se priver, comment un tel livre peut-il encore me faire envie ? Je me connais, je vais résister à la mode et m’enorgueillir discrètement de ne pas avoir cédé.
Et pourtant, dès que la couverture blanche au bandeau rouge s’est affiché dans le rayon nouveautés de ma bibliothèque villageoise, je l’ai pris. Pour voir.
Je m’y suis engagé à reculons. On m’avait tout dit, la rudesse, l’âpreté, cette langue qu’on qualifiait de sèche, ces références bibliques qui me passeraient au-dessus du citron (bonne manière de ne pas me le presser).
On avait tellement glosé que l’on avait oublié l’essentiel, ou alors je n’ai pas su le trouver dans la masse : ce bouquin est une expérience personnelle, tellement intime qu’elle est intraduisible en quelques mots. Même les miens, donc je ne vais pas essayer.

Tout ce que je peut dire, c’est ça : La Route est un livre qui oblige à se positionner. Il m’a confronté au bout de ma route, quand il n’y a plus rien. Que me reste-t-il ? Ça me regarde. Ça vous regarde si vous le parcourez.

Il vient un moment où il faut s’arrêter, regarder et se taire ; et là, c’est le moment.

Publicités

4 Réponses to 'Un bout de route ensemble'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Un bout de route ensemble'.


  1. J’ai un problème avec mon agrégateur de flux, total je n’avais pas vu tes deux derniers articles. Pour la Route je résiste encore mais pour combien de temps ?

  2. Marco said,

    Sinon, quand on a encore des réticences, on peut lire « La Route » en écoutant la chanson de Raphaël « Sur la Route »: sur la rou-teu, la, lala, lala-lala, sur la rou-teu, la, lalal,lala-lala… ça amène de la légèreté.
    Ou encore: lire « La Route » en marchant sur la route (perso: la rue Bouvard, aussi déprimante qu’un monde après l’apocalypse); ça donne une lecture un peu cahotante, mais très suggestive.
    …. Ok, je sors.

  3. Don Lorenjy said,

    C’est à l’agrégateur qu’il faut résister, Loïs !
    Et Marco, tu en es déjà à relire La Route alors que d’autres n’en sont qu’à relire Proust ? Quel visionnaire tu es toi (même rue Bouvard) !


  4. […] il paraît long malgré ses 140 petites pages. C’est un livre expérience, au même titre que La Route de Cormac McCarty était pour moi un livre expérience. Un livre que chacun lit à sa façon, et […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :