Comme ça s'écrit…


A l’ombre des morilles en fleurs

Posted in Non classé par Laurent Gidon sur 20 mai, 2008
Tags: , , ,

Adresse à l’usage de ceux qui viendraient en ces lieux pétris de l’espoir fou d’y trouver des morilles : il n’y en a pas, ni de martingale pour les débusquer. C’est capricieux la morille, surtout avec Google. En revanche, vous trouverez ici de quoi assouvir vos envies de lecture pour les livres que j’écris. Faites comme chez vous (faites-vous plaisir, quoi).

J’ai une théorie en ce qui concerne les morilles.

Pour en trouver dans un endroit donné, deux conditions complétives doivent être réunies :

1- il faut qu’il y en ait,

2 – il faut qu’on puisse les voir.

Voilà, ça n’a l’air de rien, mais pour peu que vous ayez déjà cherché quelque chose sans le trouver, vous voyez très bien ce que je veux dire par-là.

Certains appellent ça la théorie du réverbère, celle qui nous pousse à chercher nos clefs uniquement dans le cône de lumière éclairé par un réverbère. Elles peuvent être tombées ailleurs, mais comme on n’y voit rien, pourquoi chercher ailleurs, hein ?

Mais la théorie des morilles me paraît plus riche. En fait, dans l’histoire des morilles, on peut introduire un élément supplémentaire. Que dis-je un élément… soyons fous, introduisons deux éléments supplémentaires : le temps et l’espace.

Ce qui nous amène à la double question suivante : pour trouver des morilles, jusqu’où allons-nous chercher, et jusqu’à quand ?

C’est très intéressant comme question, dès qu’on s’y arrête un instant. Par exemple, si je n’ai rien trouvé à un endroit où je pensais en trouver (parce qu’il y en avait l’an dernier, par exemple), dois-je continuer à chercher plus loin ou chercher mieux là où j’ai déjà cherché ? Si je décide d’aller voir plus loin, il faudra bien que je m’arrête à un moment, et même alors, ai-je intérêt à faire un pas de plus, pour voir ? De même, si au bout d’un certain temps de base (disons une heure) je n’ai rien trouvé : quelles chances ai-je de trouver des morilles en rajoutant cinq minutes de recherche ? Et une minute de plus après les cinq minutes ? Et aussi : est-ce que le temps passé à chercher des morilles sans en trouver est du temps perdu ?

Les esprits chagrins se demanderont sur quel collier je compte enfiler ces tristes perles. Qu’à cela ne tienne, expliquons-nous. Sachant que vous êtes sur un blog d’obédience littéraire, vous verrez tout de suite quel enseignement tirer de la théorie des morilles et de ces questions corollaires, disons… en l’appliquant au travail sur un manuscrit. Jusqu’où chercher à l’améliorer, et combien de temps passer à cette recherche avant d’estimer qu’on ne fera rien de mieux ? Le lecteur fera-t-il la différence ? (non, bien sûr, puisqu’il n’aura pas lu les versions non-corrigées) Est-ce que cela changera quoi que ce soit au monde qui nous entoure ?

Mais vous pouvez aussi vous risquer dans le grand rien et appliquer ces fécondes interrogations à votre vie entière. Nous passerions alors d’une causerie littéraire à un grand fourre-tout existentiel, mais pourquoi pas… Alors, faut-il vivre jusqu’à avoir trouvé une morille ? Si je vivais un instant de plus, aurais-je vraiment une chance de trouver une autre morille ? A partir de combien de morilles trouvées peut-on estimer avoir réussi sa vie ?

Et surtout : il y a deux conditions complétives à réunir pour trouver le sens de sa vie :

1 – il faut que cette vie ait un sens,

2 – il faut que nous soyons capables de le discerner.

Bonne nuit les petits… Muhahahaha !

6 Réponses to 'A l’ombre des morilles en fleurs'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'A l’ombre des morilles en fleurs'.

  1. Citrouille said,

    T’es pénible ! Moi qui espérais dormir d’un sommeil paisible, me voilà avec des questions existentielles que je n’ai pas cherché pour ne pas les trouver et qui m’assaillent alors que je viens rendre une visite amicale a un mien ami auteur.

    Je te déteste… mais j’aime beaucoup le titre de ton post. 😉

  2. Don Lorenjy said,

    Moi aussi je t’aime, jeune fille en fleur à l’ombre fraîche…
    (ça tient toujours, notre rencard de dans deux jours ?)

  3. Citrouille said,

    Si les trains veulent bien me transporter jusqu’à toi, je serai au rendez-vous.

  4. EmmaBovary said,

    J’étais plutôt douée pour trouver des morilles avant, quand j’étais petite! Maintenant, un peu moins… Tiens, ça me fait penser à un poulet au vin jaune et aux morilles que j’ai mangé en pays jurassien: c’était absolument divin!
    Et sinon, comment va la vie? 🙂

  5. Marie said,

    Pour les morilles, je peux bien participer à cette interrogation existentielle en t’apportant deux-trois petites astuces là : http://lapiqure.blogspirit.com/archive/2007/04/12/petites-astuces.html#comments

    Sinon, j’ajoute que ça dépend des conditions météos : trop chaud, trop de bise, pas de pluie : pas bon du tout. Impératif de chausser les bottes les lendemains d’orage. Sinon, ça m’a tout l’air d’être fini pour la saison. Mais en juin, poussent les bolets d’été et les chanterelles communes, et ça, c’est cool aussi.

    Pour le reste, pas de solutions. Je m’interroge aussi.


  6. […] rendaient bien. Les habitués des salopes russes à gros seins, des poissons dans un bocal et de la chasse aux morilles sauvages continuent d’atterrir ici au gré de leurs requêtes Google, et manifestement par erreur. Quant […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :