Comme ça s'écrit…


C’est sûr, faut Imaginales…

Posted in Promo par Laurent Gidon sur 26 mai, 2008
Tags: , , , , , , ,

Il n’aura échappé à personne (surtout pas à mon épouse et à mes enfants) que je n’étais pas là pendant 4 jours.
Et pourquoi donc, dis donc ?
Eh bien parce que Le Navire en Pleine Ville fait bien son travail et s’est donc débrouillé pour que l’auteur d’Aria des Brumes soit invité aux Imaginales, le très excellent festival des mondes imaginaires d’Épinal. Et comme l’auteur n’était pas disponible, j’y suis allé à sa place (gag existentiel).

Donc, les Imaginales au pas de charge… pour les détails, faudra imaginer ou aller voir les photos sur le blog de Markus Leicht.

Jeudi 22 aux aurores, retrouve Marc Vassart et Alfred Boudry (traducteur et auteur Atalante) en bordure d’autoroute, fonçons vers Epinal en cueillant Patricia Gaillard (conteuse qui compte) à Saint-Amour, arrivons juste à l’heure pour percevoir badges et chambres d’hôtel, rencontrer Claude Ecken qui m’annonce avoir chroniqué Aria des Brumes (alors que moi pas au courant = honte), rencontre Pierre Bottero (auteur de la série Ewillan), lui promets de me jeter à ses pieds publiquement de la part de mon fils pour le remercier d’écrire ses livres, et le fais devant le public du Magic Mirror lors du premier café littéraire en compagnie de Sean Russel, Jean-Philippe Jaworsky, et donc aussi de Pierre Bottero (qui ne sait plus où se mettre devant tant d’effusions), enchaîne quelques dédicaces, retrouve Karim Berrouka, Magali Duez, Nathalie Dau, Li Cam de Griffe d’Encre, ainsi que Draco qui se fait passer (à merveille) pour Jeanne A. Debat, et toute l’équipe de djeuns qui n’en veulent avec lesquels je vais passer les meilleurs moments de ce festival (Vordaï, Gemme, Daelf, Maere, Yap, Nicky, Shigure, Fifo… chacun reconnaîtra les siens), commençons la soirée dans un boui-boui à pizza et pasta, la finissons autour de bières au sirop avant le retour déjà matinal en trottinette (Dieu ose tout) vers l’hôtel où j’allume la télé pour tomber sur une émission consacrée aux Imaginales sur une chaîne locale, d’où extinction vers 3 heures du mat’.

Vendredi 23, petit déjeuner les yeux dans le vague (manque de sommeil), prise de poste dans la bulle livres devant ma pile d’Aria des Brumes, constate que mon voisin de tablée sera Pierre Pelot soi-même, discute pendant plusieurs heures (en cumulé) avec Gisèle et Michel, couple de fans absolus de Pelot (le Monsieur affirme avoir tous ses textes sauf cinq, ce qui fait quelque 212 livres, revues, magazines ou BD) qui viennent rencontrer le Maître pour la première fois et n’osent l’aborder (le Maître n’étant pas encore là, c’est pas grave), jusqu’à ce que j’arrive à faire la connexion entre eux et le grand Pierre dans un moment magique d’une émotion poignante (oui, je poigne à mes moments perdus) où il apparaît que Michel détient des parutions que Pelot lui-même a oubliées, qu’ils ont tout pour se plaire, que la vie est belle (et moi, petite souris, je me gave de ces miettes de bonheur). Soirée Griffe d’Encre pendant laquelle Timothée Rey ne sait pas comment se débarrasser du reblochon odorant que je viens de lui offrir en représailles contre sa chronique d’Aria, Magali Duez me coache pour une conférence à venir sur le thème « Futurs en dérive » (on est mal barrés), et Nathalie Salvi illumine tout de son sourire.

Samedi 24, ça dédicace au ralenti, mon autre voisin de tablée (Jacques Modoloni) tente de me piquer mes rares lecteurs dès que paraît le carnet de chèques, Pierre Pelot m’enjoint bourrument de cesser de l’appeler Monsieur, pique-nique gargantuesque au bar de la bulle livres pour cause de météo grinçante (ah, le foie gras de Jean-Claude Dunyach !), rencontre Muriel Carminati dont la pêche et le sourire me donnent la pêche et le sourire, rencontre deux jeunes filles connaissant ce blog par l’intermédiaire de Magda et dont j’ai bêtement oublié de noter le nom pour les remercier ici (laissez-moi un message siouplaît), écoute Marc Vassart nous expliquer que, n’en déplaise aux auteurs catastrophistes, l’humanité va peut-être se débrouiller pour survivre mais que ce sera probablement pire, passe aux toilettes juste derrière Henri Loevenbruck une des stars du salon (il est propre, ça va), me fais exploser les oreilles par le big brass band du concert lors de la remise des prix (mais que c’était bon !), rigole comme tout le monde au lapsus du Maire voulant citer Actu-SF mais n’arrivant qu’à bafouiller « Actu et fesses », fonds d’émotion devant l’émotion de Nathalie Dau qui reçoit son prix dans un état proche de l’évanouissement, entame la soirée avec Pierre Gévart, quelques autres et quelques bières, avant de la finir avec la bande des djeuns et Sir Alfred à la Baie d’Along (que je vous recommande).

Dimanche 25, petit déjeuner avec Sire Cédric et Robert Belmas qui a eu le prix Une Autre Terre à la place de Marc Vassart, dédicaces ronronnantes, déjeuner au Bureau avec l’équipe de l’Atalante et notamment la charmante Maria-Soledad (de Nantes), préparation sophro pour la conférence « Futurs en dérives », croise Vanessa Du Frat qui quitte tout juste les genoux de Bernard Werber, puis conférence elle-même en compagnie de Jacques Mondoloni, Elisabeth Vonarburg et Bernard Werber, où je ne dis pas plus de bêtises que les autres, finis sur une tentative de happening total en incitant toute l’assistance à se frotter différemment les uns aux autres (« Allez-y, faites-le, n’attendez pas demain pour commencer à changer le monde ! »), prestation remarquée puisque une dizaine de personnes voudraient se faire dédicacer Aria dans les dernières secondes, alors que Marc Vassart a déjà le pied sur l’accélérateur : c’est fini, il faut rentrer.

Dernier tour de piste, dernières signatures, des bises, des poignées de main, des promesses d’amour et de lendemains qui rêvent, et Pierre Bottero qui m’en serre 5 en avouant avoir du mal à m’appeler Don (Pierre, j’avoue que moi aussi, et c’est pour ça que je ne m’appelle pas ainsi).

Voilà, on part, à l’an prochain, merci Stéphanie.

Juste un détail pour conclure. Bernard Werber à côté duquel j’étais installé lors de cette dernière conférence a eu un geste d’intérêt qui m’a touché : en début de débat, il a simplement pris mon livre et en a parcouru la quatrième de couv pour voir de quoi ça parlait. Donc, quoi qu’en pense le sérail et pour citer Jean-Michel Ribes : Merci Bernard !

Et là, c’est bibi Lo au bord de l’eau, entre Daelf et Maere

(ce qui explique que je les confonde un peu).

Le salon des oubliés

Bon, à force de pas prendre de notes, j’ai oublié des tas de gens super bien. A commencer par Jeanne A. Debats, dont je suis en train de lire La Vieille Anglaise et le Continent (c’est court, mais je prends mon temps, quand j’aime j’ai le droit).

Karine, alias Lhisbei du RSF Blog, toujours si souriante et équipée d’un mari/copain/compagnon/porteur de sac tout aussi souriant (guettez le RSF blog, on nous y promet des photos d’Epinal).

Thomas Day, dont le t-shirt rouge avec faucille et marteau dorés s’accordait parfaitement avec le costume super 100 gris souris du maire d’Epinal lors de la remise des prix.

Publicités

14 Réponses to 'C’est sûr, faut Imaginales…'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'C’est sûr, faut Imaginales…'.

  1. Stéphanie said,

    Chouette compte-rendu 🙂 Ce salon est vraiment un petit bonheur d’ambiance!
    J’étais l’une des jeunes-femmes, la deuxième était Fashion Victim de Happy Few.

  2. nathalie said,

    J’ai pensé à toi pour cette seconde conférence! Bien passée, donc! Contente. 😉
    Moi, tu commences à me connaître, rien que les mots « une conférence, Nathalie? » et je prends la poudre d’escampette! Pas glop pour ma modeste carrière d’auteure. ^^

  3. Don Lorenjy said,

    Ouf, merci Stéphanie. Adresse notée, tout bien. Vivement le prochain salon où l’on se croisera, comme lecteurs tous les deux cette fois.

    Nathalie, tu n’as qu’à sourire comme tu le fais tout le temps pendant ta conf’, et tu seras lancée à des altitudes stratosphériques !

  4. Ness said,

    En tout cas, tu as impressionné mon copain, qui t’a trouvé très intéressant pendant la conférence ! J’avoue être partie avant la fin, j’étais un peu malade (bref, je ne vais pas raconter ma vie).
    J’étais contente de te voir enfin, même si ce n’était que le dernier jour, et juste avant la conférence…


  5. Je suis flattée d’être traitée de jeune fille… :))) Ce fut un plaisir de te rencontrer, je te souhaite plein de succès! signé : la jeune fille rousse

  6. Magda said,

    Tu brilles dans les salons maintenant! Pas mal… Et Fashion se balade donc à Epinal? Mais c’est très mondain tout cela jeunes gens! Bisettes.

  7. Don Lorenjy said,

    Oh, fashion, toi flattée ? Ce n’est que te rendre justice !
    Et merci Magda pour les bisettes !


  8. Ben voilà, la jeune fille a lu Aria des brumes et elle a beaucoup aimé. Elle aurait bien voulu poser une ou deux questions au jeune et sémillant auteur mais d’adresse mail sur ce blog, elle n’en voit point (mais peut-être a-t-elle mal cherché, la cyberquichittude n’étant pas un vain mot chez elle). Alors si tu as deux minutes (et si tu en as envie), tu peux m’envoyer un mail à sanseverina7@aol.com . Dans tous les cas, mon billet sera en ligne demain matin.

  9. Jeanne-A Debats said,

    la « cyberquichitude »? c’est trop beau j’adopte :))

    eh Don, t’as tellement pas parlé de moi que tu l’as fait deux fois :))

    à croire que toi aussi je t’ai confondu avec Martin Winckler X_X

  10. Don Lorenjy said,

    Mail parti pour Sanseverina, jolie chiquita à la cyberchiquitude sans pareil (parce que t’es une chick chic, pas quiche, capiche ?)
    Jeanne-A, c’est parce que je te lis (incontinent, mais sans bière anglaise) que j’en reparle.

  11. camille said,

    à jeanne…..ahhhh (pardon à don lo de squatter son espace pour m’adresser à toi mais je n’aime pas le forum de griffe d’encre)

    j’ai lu….ton continent cétacé….et n’ai pas pu m’arrêter avant la fin

    j’avoue que j’ai eu envie de plonger ds tes eaux après avoir passé un divin moment de spéléo……..et *tout* fut….. parfait

    conquise je suis…….irrémé diablement!

    ta première dédicace…..souviens-toi

    merci pour le plaisir reçu de tes mots……je ne m’y attendais pas! 😉
    gros bisous,
    camille

  12. Don Lorenjy said,

    Sens-toi ici chez toi, Camille. Je suis sûr que Jeanne sera contente d’y trouver ton commentaire (sauf qu’il faut toujours s’attendre à beaucoup de plaisir avec Jeanne A. !)

  13. Jeanne-A Debats said,

    o_O

    mais…
    Vous voulkez bien laisser mes chevilles tranquilles tous les deux !
    m’enfin
    c’est vrai quoi…

    allez,venez, on va se prendre une infusion

    ou une bière…

  14. Don Lorenjy said,

    Incontinent !!!

    (enfin… tout de suite, quoi)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :