Comme ça s'écrit…


Spaghetti carbonara

Posted in Djeeb par Laurent Gidon sur 8 septembre, 2008
Tags: , , , ,

Ou comment passer pour une nouille et se cramer à vie auprès d’un ou plusieurs éditeurs en deux temps trois mouvements.

Temps 1
Mouvement 1 : prendre contact en posant une question dont la réponse est encadrée en haut de la page «soumission de manuscrit» sur le site de l’éditeur.
Mouvement 2 : envoyer le mail personnel (avec cher(e) + prénom) sur l’adresse d’un collaborateur au lieu de celle du destinataire nommé pour être sûr de passer à la trappe à Spam.

Temps 2
Mouvement 3 : mal se relire et s’apercevoir après envoi qu’un superbe « Chère » a été accolé au prénom d’un joyeux rugbyman portant moustache et tatouages.

A moins que les éditeurs ne soient dotés d’un humour en titane toasté, surtout les lundis sur le coup des 11 heures, je ne vois pas comment Djeeb, qui a pourtant triomphé des pièges d’Ambeliane, pourra s’en sortir avec les honneurs dans la jungle éditoriale. D’une manière générale, on se souviendra que les auteurs sont parfois moins malins (ou moins Chanceur) que leur héros…

Éditeur chéri mon amour, si tu passes par ces lignes, accepte mes plus humbles excuses et dis-toi que ce n’est pas si grave (le Cheyenne dixit).

Bon, qu’est-ce que je fais moi, maintenant, pour décoller les pâtes brûlées du fond de la gamelle et rattraper le coup ? Des idées ? Quelqu’un ?

14 Réponses to 'Spaghetti carbonara'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Spaghetti carbonara'.

  1. Yap said,

    Toi, tu manques de sommeil.
    🙂

  2. Don Lorenjy said,

    Merci… Pas mieux comme conseil ? T’es un vrai pote, Yap, un vrai.

  3. Pibole said,

    Précipitation… Hâte… l’ennemi principal de l’auteur…

    ben tu recommences à zéro, sans t’excuser, ni rien. Si on te dit quelque chose, tu parles d’Alzeimer précoce, par exemple: comment? je vous l’ai envoyé en double? olalalalala c’est ma touche envoi de manuscrit qui est bloquée…
    Mais avant, tu relis ton manuscrit. Si tu l’as fini la semaine dernière, il mérite un peu de repos avant d’entamer la Grande Quête…

  4. Don Lorenjy said,

    Alzeimer… bonne idée. Merci. ça pose tout de suite son jeune auteur qui ira loin… 😉
    (mais j’ai fini tout le travail vendredi soir, relecture comprise, heureusement)

  5. Yap said,

    Ou tu dis que c’est ton stagiaire qui a un peu cafouillé. Mais il débute à peine et il est très volontaire. Ce n’est qu’une erreur de jeunesse.

  6. Don Lorenjy said,

    Tiens, c’est une idée. J’ai un stagiaire qui s’appelle Benoit, ça marche, merci.

  7. Yap said,

    Oups 😕
    Du coup, c’est moi qui vais être grillé. (Tu me diras chez quel éditeur je ne dois pas soumettre…)

  8. Don Lorenjy said,

    Bah, tu changes de casquette, tu quitte tes lunettes noires, et ils n’y verront que du feu…

    Et puis surtout, attendons un prochain billet pour remettre les pendules à leur place au sujet de cette crainte irraisonnée de l’éditeur et de ses humeurs, ouais !

  9. J. said,

    Un écrivain en panne d’inspiration ? Allez, un petit coup de main :
    –> J’ai un jumeau maléfique qui envoie des mails à ma place.
    –> Une faille spatio-temporelle a dû provoquer un ajout de caractères / et de questions supplémentaires.
    –> C’est mon chat qui a écrit le mail.
    –> Des terroristes engagé par une secte millénaire dont le but est de me discréditer ont pris possession de mon ordinateur.
    –> Je suis un psychopate et j’aime bien appeler les barbus mademoiselle

    Voilà, avec ça tu as un tas de bonnes raisons valables et pertinentes 😉

  10. Don Lorenjy said,

    Ouf, merci J., tu me sauves.
    Et dire que tu te considères comme non-écrivain. Un scandale de plus dans la jungle hostile de l’édition, pour sûr !

  11. J. said,

    Je pense que j’ai choisi le titre de « non-écrivain » parce que je ne réponds pas aux « qualités » qui font un « écrivain », aujourd’hui (oups, ça fait beaucoup de guillemets) : narration du vide, style narratif expérimental, grosse paire de seins… mais je m’égare !
    En tout cas, je suis ton blog depuis quelques temps, même si je n’ai jamais posté de commentaires. Il faut croire que rechercher sur le net des « Salopes russes » permet de tomber sur des blogs sympas 😉

  12. Don Lorenjy said,

    Les qualités dont tu parles n’ouvrent les portes que de quelques maisons (sauf les seins, plus universels). N’abandonne pas la quête, plein d’éditeurs cherchent des bonnes histoires bien écrites.
    Il me reste quelques guillemets de l’an dernier : je te fais un prix ?

  13. martin said,

    Nan rien, c’était juste pour dire que je me suis bien poilé à lire ce billet. Une de mes amies ferait bien d’en prendre connaissance, elle qui déjà, par deux fois, s’est vue refuser ses envois, la pauvre est en pleine parano et perte de confiance. Argh, c’est dur la vie d’artiste !
    Bonne journée 🙂

  14. Don Lorenjy said,

    Merci. Dis bien à cette amie que le monde de l’édition est un jardin de marshmalows peuplé de bisounours tout souriants 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :