Comme ça s'écrit…


Adieu bientôt

Posted in Non classé par Laurent Gidon sur 21 septembre, 2008

Notre petit chat se meurt.
L’expression a un côté vieillot, mais elle décrit précisément ce qui se passe sur le tapis du séjour. C’est de l’ordre du temps suspendu, de l’action arrêtée, de la décision entérinée.
Notre petit chat est couché, les pattes repliées, le cou étendu devant lui et le menton posé au sol. Il respire avec difficultés. Parfois, une toux crachante le secoue à le déchirer. Chaque fois, nous croyons que c’est la dernière. Mais un couinement bulleux nous apprend que la machine embourbée repart.
Depuis quinze jours, nous avons tout tenté. Antibiotiques, antidiarrhée, perfusion sous cutanée de réhydratation,  inhalations… Un acharnement sans résultat. Et de la colère. Il n’a pas trois mois. Pourquoi cette petite bête ne fait-elle pas un effort pour s’en tirer ? Elle ne mange plus, ne boit plus, ne se lave plus. Elle pue. Le poil collé crotté, elle se meurt et elle pue. Les enfants vont pleurer, ça nous révolte.
Le petit chat ne se révolte plus. Il a accepté. Il nous cherche un peu de ses yeux englués. Il nous suit en tremblant sur la pointe des pattes. Un câlin encore, peut-être le dernier. Non, il tousse. Ça repart. On voudrait l’aider. On ne peut pas. On dirait qu’il le sait : le câlin lui suffit.
Il va tenir un jour encore, peut-être deux. Il n’a pas peur, il ne s’énerve pas, pas de colère non plus. Nous voudrions bien accepter comme lui. Il va se laisser aller. Il y a pire, partout dans le monde, mais là, sur le tapis, c’est moche. C’est sûr, les enfants vont pleurer.

Je sais, ça ne fait pas un billet de blog.

Mais je me dis que, dans quelques temps, de son bref passage dans la famille il ne restera plus que ces quelques lignes et – ouf – des photos.

Advertisements

9 Réponses to 'Adieu bientôt'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Adieu bientôt'.

  1. Stéphanie said,

    pensées pour les enfants et le petit chat

  2. Marco said,

    Ok, super, je n’avais déjà pas le moral ce soir, là c’est la petite touche finale qui m’achève. Beau texte en tout cas.

  3. martin said,

    J’ai versé une larme quand j’ai enterré la Minouche dans le champ derrière la maison, ce champ, le sien, où elle avait passé le plus clair de son temps à faire le chat.
    Il y avait pire dans le monde en ce temps-là aussi, n’empêche…
    Beau billet pour un pauvre chat.
    Bonne journée quand même

  4. Lucie said,

    Bon courage. Je crois que le plus dur, pour les parents, c’est d’en parler aux enfants surtout quand, comme moi, on a évacué les « réconforts » du style « l’est au ciel »… A ma grande surprise, ma fille comprend et accepte mieux la mort (humains ou animaux) que moi

  5. Don Lorenjy said,

    Merci.
    Ce matin, le petit chat est mort.
    Les enfants vont bien, ils sont à l’école.
    Comme dit Lucie, ça les aide à entrer en contact avec la mort, puisqu’on leur cache celle des gens autour d’eux. Mais ça n’empêche pas de pleurer un peu avec eux.

  6. polipoterne said,

    Bien écrit, bel hommage au mignon greffier.
    Une de ses vies est immortalisée ici.

  7. Yap said,

    Bon courage à tous.
    (Mais maintenant, faut arrêter de faire chialer les gens de bon lundi matin. :’-( )

  8. Don Lorenjy said,

    Bon, OK, désolé, tout ça.
    Je suis en train d’écrire un gros canardage bien délire pour un éventuel recueil de Blaguàparts, ça vous remonte le moral ?

  9. nathalie said,

    Voilà une note très émouvante… câlins à tous.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :