Comme ça s'écrit…


Va peut-être falloir pas trop exagérer… 2

Posted in Non classé par Laurent Gidon sur 1 décembre, 2008
Tags: , , ,

Tout le monde le sait, l’ex PDG et directeur de publication de Libération s’est fait amener devant l’instruction pour une affaire de diffamation… de plus. Je dis « de plus », non à charge contre M. Vittorio de Filippis, mais plutôt en pensant à la personne qui accumule les procès en la matière, tous perdus contre ce journal.

Le récit qu’en fait l’intéressé est énervant.

Ce qui l’est plus, c’est la réaction de couverture (normale au demeurant) de la ministre de l’Intérieur et de la Garde des Sceaux : aucune irrégularité, tout va bien.

Mais pour ne pas m’énerver sans cartouche, je suis allé lire le billet de Maître Eolas, qui justement pointe toutes les irrégularités de l’affaire. Et il y en a !

Admettons qu’elles ne concernent qu’une description partisane des faits (après tout, seule la victime s’est exprimée sur ce qui s’est passé), mais aucune des ministres n’a contesté ce qui a été rapporté. Non, elles trouvent que ce qu’a décrit M. de Filippis est conforme aux procédures. Outre leur méconnaissance desdites procédures, cela trahit un certain état d’esprit quant au respect des personnes (vous avez vu comme je manie la litote ?).

Voilà. Ils continuent d’exagérer. Et je m’énerve dans mon coin. Tenez, reprenons juste le dernier paragraphe d’Eolas :

À quelque chose malheur est bon : cela rappelle que ces lois qu’on ne trouve jamais assez dures quand elles frappent autrui, elles s’appliquent à tout le monde. Et un jour, elles peuvent aussi s’appliquer à vous. Vous verrez comme elles vous protègent, ce jour là.

Mais une autre chose m’énerve aussi : tous les articles, même celui de Maître Eolas, parlent d’une banale affaire de diffamation. Oui, trop banale, alors que la diffamation ne devrait pas l’être. Je ne sais pas encore quoi en penser, mais que tous les journalistes, et un avocat, trouvent cela banal m’interpelle.

Edit : je rajoute l’avis d’Eric Fottorino, en clôture de son éditorial du Monde : « il faut avoir un haut sentiment d’impunité pour se livrer à des actes indignes d’un Etat de droit. »

Voilà, indignité et impunité.

Publicités

3 Réponses to 'Va peut-être falloir pas trop exagérer… 2'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Va peut-être falloir pas trop exagérer… 2'.

  1. Don Lorenjy said,

    Merci Loïs. Comme le dit Fottorino, plus que les procédures elles-mêmes, c’est ce sentiment d’impunité qui dérange : un dépositaire de l’autorité publique peut tout se permettre, il est couvert.

  2. Don Lorenjy said,

    Et d’ailleurs ce n’est pas tout : http://www.rue89.com/2008/12/01/drogues-faut-il-envoyer-la-police-dans-les-colleges


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :