Comme ça s'écrit…


Sous un Dieu secondaire

Posted in Textes par Laurent Gidon sur 5 décembre, 2008
Tags: , , ,

Mes activités légèrement rémunératrices (crisis rules, OK ?) me laissant assez peu de temps pour faire autre chose, voici un petit texte écrit pour le jeu presque hebdomadaire du forum A vos Plumes. Je ne me souviens plus des contraintes (il fallait placer des mots, genre « oriel »), et on s’en moque.

Sous un Dieu secondaire

« Le temps me file entre les doigts. Je ne chevauche pas mon âge, il m’a juste pris en croupe. Son galop martèle mon cœur. Une forge vide aux soufflets béants.
Ce que je fais ou rien, même combat. Et ce malheur qui m’entoure ! Chaque soleil se couche rouge sur mes soirs pour se lever ailleurs, plein d’amertumes. Ma nuit : troc de quelques rêves contre retour du jour. Rien n’en subsiste.
Mais je ne suis pas seul. Nous partageons au moins cela. Tous vagabonds de nos vies. Sans but. Sans destin. Libres de faire ou ne rien faire. Et si souvent le mauvais choix. Même chez les plus énergiques, entreprenants, bâtisseurs, créateurs, que d’instants perdus ! À régir ses semblables comme on désherbe. Livrer ses enfants tout crus au chaos tenant lieu d’avenir. Inventer l’usage de mots pour rien ou si peu, « quintessence », « oriel », « transactionnel »… À faire du vent comme à la pompe. Tracer des cartes, suivre des voies, tresser des éloges et se garder de penser au rien vers lequel nous mènent tous nos pas.
Ceux qui croient avancer se trompent : nous coulons. Du sable en grains perdus. Des gouttes, pas plus, échappées, impossibles à retenir. Et le cycle des jours sans fin, jusqu’aux jours sans nous.
L’histoire n’existe que tant qu’on la raconte. Qui témoignera, passé l’arrêté d’extinction ? Lesquels de nos soubresauts agiteront encore la trame des ans ? La dilution, promesse tenue d’avance.
Alors, nous. Ici et maintenant : nous. Sans lendemain ni ambition autres que dérisoires. Nous, sans phare pour élever nos regards. Sans univers hors de nos sens reclus. Nous. Dépassés en tous lieux et en tous temps. Sous l’emprise d’un Dieu secondaire.
Pourtant, il faut une chute. Alors voici : un moment de bonheur, et tout se justifie. »

— Bon alors ? Qu’est-ce que vous en pensez, vous deux ?
— Que tu perds ton temps et le nôtre avec !
— Que tu es dans le rouge, là, côté philo.
— Ah bon… pourtant, j’aimais bien mon « âge qui m’a pris en croupe ».
— Pas mal, mais un peu facile.
— Et puis alors oriel… Pfff ! Où as-tu pêché ça ?
— Dans un futur dico. Bon, rien d’autre à dire ?
— Si. Ce n’est que du nihilisme dégoulinant. Surtout cette histoire de Dieu secondaire, non ! De toi mon fils, je trouve cela très mal venu.
— Et cette chute larmoyante… éloge d’un petit bonheur pour rattraper toutes les horreurs. Ça pue !
— Bref, rien à sauver, selon vous ?
— Mais si… Toute l’humanité, au contraire. Sauf que là, tu t’égares.
— Tiens, tu veux ma carte ? Garantie authentique : le sauvetage total en cinq étapes et vingt et un siècles.
— Laissez tomber. Je vais plutôt écrire autre chose.
— Ce n’est pas une question d’écriture. L’humain, ça s’apprend en le faisant. À l’usage, tu vois ?
— C’est ça, il a raison. Tu dois capter l’esprit. Mais pas le mien, le leur. Descends donc faire un tour. Parce que là, tu nous pompes.
— Peut-être. Après tout, ce n’est pas moi le pro du Verbe. Pourtant, je pense que je ne suis pas loin, question formulation. Il suffirait de retravailler la fin. Une chute qui claque bien, du genre « Aimons-nous et le ciel nous aimera », non ?


Tenez, si vous y tenez : pour lire facilement tous les textes courts mis en ligne sur ce blog, il n’y a qu’à cliquer dans la catégorie « Textes » et hop !

Publicités

3 Réponses to 'Sous un Dieu secondaire'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Sous un Dieu secondaire'.

  1. Denis said,

    Ouais, ben si la contrainte c’était d’ennuyer le lecteur, c’est gagné !

  2. Don Lorenjy said,

    Pas mieux…

    (dis donc Denis, tu ne serais pas en train de virer au troll visqueux ? j’dis ça, je m’en fous, mais je ne voudrais pas que ça te pose problème dans ton ménage)

  3. Scand said,

    Moi j’adore le titre. Après, c’est vrai que… Enfin, c’est pas mal.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :