Comme ça s'écrit…


Il va (encore) falloir résumer

Posted in Djeeb par Laurent Gidon sur 27 avril, 2009
Tags: , , , , , , ,

Voilà, ça y est, ça va recommencer.
Ne croyez pas que je me plains, non, non, je suis même plutôt content. Mais je me suis à nouveau fait piéger. Comme pour le premier, je n’étais pas prêt, la flasquitude même, alors que…

Dimanche, je vais acheter le pain et les croissants, et je tombe sur l’ancienne boulangère à la retraite revenue donner un coup de main.
– Alors, qu’elle me dit, toujours dans l’écriture ?
Elle est au courant, j’avais mis une affichette dans sa boutique à la sortie d’Aria des Brumes.
– Oui, toujours, que je lui dis. D’ailleurs, que je lui continue mode réflexe, j’en ai un deuxième qui va sortir fin juin.
– Ah, c’est bien, qu’elle me fait, et ça parle de quoi ?
– …

Un dimanche matin ! Avec pas même un croissant entre les dents ! L’horreur.

J’ai beau me secouer le coma, rien ne vient. Je bafouille un truc, genre « c’est des aventures, un peu de la Fantasy, vous savez ce que c’est ? Vous avez vu le Seigneurs des Anneaux ? Bin, c’est pas pareil… du tout. » J’ai payé et suis sorti la queue basse, en jurant mais un peu tard…

Donc, au boulot. Pour éviter ce genre de désagrément dominical (qui peut tomber aussi un mardi, notez bien), l’auteur un tant soit peu aguerri et professionnel se doit d’avoir en tête un résumé bref de son prochain livre, adaptable aux attentes de tout questionneur qui lui poserait un « et ça parle de quoi ? » tout à trac.

Dans le cas de ce dimanche matin, la boulangère était surtout polie, pas la peine de la gaver avec de grandes iloquences. Un bon petit pitch de l’histoire, et c’est joué.
Genre : « Djeeb le Chanceur, c’est l’histoire d’un artiste aventurier qui voudrait être le tout premier étranger à pénétrer dans la mystérieuse cité d’Ambeliane, juste pour la beauté du geste. Il réussit son coup, tente de visiter les beaux quartiers de la ville en s’appuyant sur ses talents spectaculaires, et tombe dans une invraisemblable série de traquenards. Il va mettre tout le roman à essayer de s’en sortir. »
C’est honnête, ça résume, sans encombrer avec autre chose que l’histoire.

J’aurais pu aussi m’appuyer sur un élément précis, comme : « Djeeb le Chanceur, c’est l’histoire d’un gars tellement épris du beau geste qu’il va aller jusqu’à signer sa propre condamnation à mort. Mais comme il trouve que l’élégance a des limites, il va tout faire pour échapper à cette condamnation, même s’il faut brûler toute une ville pour ça. »
C’est plus teasing, mais ça peut marcher aussi.

Je pourrais même lâcher les chevaux avec : « Djeeb le Chanceur, c’est une grande histoire d’aventure, d’amour et de mort. À cause d’une femme, le héros va être injustement condamné ; par amour pour une autre, il va tenter de survivre ; pour la revoir, il va devoir tuer, risquer de mourir et tout perdre en déclenchant un chaos qui le dépasse. » D’accord, ça grandiloque un rien, mais il y a de ça.

Après, pour ceux qui s’attacheraient au fond du truc plus qu’aux péripéties de surface, je pourrais dire que « Djeeb le Chanceur, c’est une histoire d’ambitions contradictoires. Pour atteindre leurs objectifs, des êtres s’utilisent les uns les autres. Certains arrivent à leurs fins, d’autres pas. Il n’y a pas de gentils, pas de méchants, juste de grands bonheurs et de tout aussi grands malheur qui se jouent sur un coup de destin. »

C’est la vie, quoi. Mais en mieux écrit.

Publicités

13 Réponses to 'Il va (encore) falloir résumer'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Il va (encore) falloir résumer'.

  1. Yap said,

    Et finalement, c’est laquelle des quatre histoires, la bonne ? 😛

    C’est vrai que ça peut être pas mal d’avoir son petit speech pour expliquer son bouquin, quand on est pris au dépourvu. J’ai le même problème pour expliquer mon boulot, quand l’interlocuteur veut en savoir un peu plus que juste « informaticien ».
    La feuille de chou de la boîte avait une fois proposé une réponse-type… impossible à replacer en société.

    … et donc, malgré le succès et la starification, tu continues à acheter ton pain dans la même boulangerie ? Quelle humilité… 🙂

  2. Don Lorenjy said,

    Voilà Yap, merci : l’humilité, c’est ma qualité première, tatafait !
    (et les QUATRE histoires sont bonnes, non mais !)

    (… et au fait, tu fais quoi comme boulot ?)


  3. C’est un recueil de nouvelles, donc ? 🙂

  4. ecaterina said,

    🙂

  5. Don Lorenjy said,

    Loïs, c’est pas bien de faire des blagues dans le fond juste pour faire rire Ecaterina.
    Les nouvelles ne se vendent pas, alors que Djeeb est promis à un succès de librairie sans précédent. C’est tout !

  6. Marco said,

    Arf! très bon… et bien vu… Moi, quelle que soit l’heure de la journée, je n’ai jamais réussi à présenter correctement mon roman de vive voix… J’enchaînais les débuts de phrase, les négations s’empilaient (« ça parle du diable, mais en fait non pas vraiment le diable… et puis ça commence comme un roman policier, mais ce n’est pas un roman policier…et… euh… ») et je voyais le visage de mes interlocuteurs se décomposer. Comme tu le montres bien, l’art du pitch à l’oral, c’est… ben…un art, justement, c’est bien ça le problème.
    (et dis-moi, noble lecteur de « Salammbô », j’espère que ton Djeeb sera plus chanceur avec Ambéliane que Mathô avec Carthage;)

    • Don Lorenjy said,

      Marcooooo ! Toi ici, ça fait plaisir.

  7. Lucie said,

    J’aime bien quand tu grandiloques et que tu lâches les chevaux, moi !

    • Don Lorenjy said,

      Merci.
      (en même temps, il vaut mieux ne pas me voir sur un cheval, ou alors bien le tenir)

  8. Lephauste said,

    Vous me faites tout à coup penser à « Lettres d’amour de Sibérie » de Chris Marker. Il y montre et c’est convaincant, comment adapter trois discours différents sur une seule image. Bon vent à vous, ça aide parfois pour tourner les pages d’un livre.

  9. Don Lorenjy said,

    Tudieu ! Chris Marker ? Voilà qui va sévèrement rehausser le niveau de ce blogounet. Merci à vous.

  10. Azarian said,

    Moi c est la version teasing qui me met l’eau a la bouche sans l’ombre d’un doute !
    Et pour les questions à l’arrache de la boulangère, je suggère de répondre d’abord « je vous balance le résumé pour un pain au chocolat offert » s’il elle dit non l’affaire est gagnée sinon ça laisse toujours le temps de réfléchir 😉

    • Don Lorenjy said,

      Va pour la version teasing alors, si ça te donne envie de le lire.
      Et merci pour le truc du pain au chocolat : pour la boulangerie, c’est grillé, mais je tenterai le coup dans la bijouterie d’à côté.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :