Comme ça s'écrit…


La morale, un gros mot ?

Posted in Non classé par Laurent Gidon sur 17 mai, 2009
Tags: , , , ,

Selon un procédé bien éprouvé, je vais parler d’un sujet que je ne maîtrise pas, et sur lequel je n’ai pas grand chose à dire, ce qui se justifie par le fait de n’y avoir aucune légitimité. Vous êtes prévenus, ça va être n’importe quoi.

C’est venu de l’interdiction de l’exposition Our Body. Le truc fait polémique, on en parlait encore sur France Culture ce vendredi, et comme j’étais pour une fois en bagnole, j’ai entendu un peu.
Le meneur de débat posait que l’expo (et son interdiction) devait être analysée selon trois thèmes : le juridique (y a-t-il eu trafic de corps ?), l’art (en est-ce ?), le voyeurisme (ce qui émoustille le spectateur, est-ce condamnable ?). Sans questionner le fait majeur pour moi : le rapport à la mort.

Our Body, ce n’est pas seulement de l’art qui représente le corps, ce SONT des corps.
Qui ont été vivants.
Qui ont été des personnes.
Qui ne représentent rien mais qui sont, ou ont été.
Qui font partie de nous, si l’on se considère un tant soit peu humain.

Vous allez me traiter de sainte nitouche, mais voir mon semblable ainsi exposé, ça me gêne. Comme m’avait gêné la scène de dissection dans Providence d’Alain Resnais. Le corps, non pas utilisé (= rendu utile), mais montré, juste pour provoquer une réaction. Le fait qu’il soit mort n’arrange rien, au contraire. On a beau dire, la mort reste le dernier continent mystère (désolé Bernard). Chacun s’en accommode à sa sauce, avec beaucoup de foi, d’inconscience ou de peur, mais il demeure pour moi que la façon dont une civilisation traite la mort est un bon indicateur de l’état de sa société. Désolé, c’est une position morale.

Peut-on faire de l’art avec la mort ? Pour moi, non. C’est une position morale. Avec la vie, oui. On peut se mettre en spectacle, se faire souffrir s’il le faut. Mais la mort de mon semblable constitue pour moi la barrière. Au-delà, il n’y a plus d’art. C’est ma position morale.

Alors, l’interdiction… Pendant qu’ici et là on débat et polémique sur des données théoriques (esthétisation du mal, champ d’expérimentation, tartuferie…), une institution a tranché. Une interdiction est venue nous rappeler la limite morale que tolère notre civilisation. Là, il n’y a pas de débat : l’autorité siffle la fin de la récré. La morale. Ce que l’on fait avec la mort. La morale. Ce que l’on accepte de spectacularisation à partir de la mort de son prochain. La morale. Ce que l’on respecte, pas forcément naturellement, mais parce que le fait de vivre ensemble nous y oblige. La morale.

Dans cette société où tout peut s’autoriser, à partir du moment où ça rapporte, ce coup de morale m’a fait du bien. Je me suis senti moins seul à souffrir du mal de l’autre. Morale : un gros mot ? N’importe quoi !

15 Réponses to 'La morale, un gros mot ?'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'La morale, un gros mot ?'.


  1. Tu sais que tu es beau gosse quand tu parles sur ce ton ?

  2. Marco said,

    D’accord avec Don Lo, et boum, un moraliste de plus (mais je ne sais pas si ça me rend beau gosse:)

  3. Don Lorenjy said,

    Est-ce que ça fait de nous des moralistes ? Je ne sais pas. Mais on se pose la question, au moins.
    (oui, Marco, tu es beau, merci Loïs)

  4. Azarian said,

    Je ne maitrise pas vraiment le sujet non plus. Mais je suis moins affirmatif sur cette expo. La question de la morale me gene toujours qui est detenteur de la morale ?
    Alors plus pragmatique je dirais est-ce que l’expo. à un interet?
    Un ami qui la vue à Londres y a trouvé un interet anatomique (il est veto.) il n’avait jamais aussi bien vu les organes humains. Quelque part c’est le meilleur moyen de voir l’homme de l’interieur. Bref un interet scientifique selon lui.
    Apres tout doit on interdire les squelettes dans les musees, les momies ? Meme les squelettes dans les eglises d’ailleurs (St Yves promenait son crane dans les rues recemment).
    Si chacun des corps présentés l’on ete avec le consentement de celui qui l’habitait …que dire…
    Evidement il y a le voyeurisme, evidement il y a l’argent… Est-ce que cela justifie la censure ?

  5. Don Lorenjy said,

    Sans maîtriser non plus le sujet (j’ai préambulé comme il se doit), je trouve que tu places mal la question. Le pragmatisme n’a rien à voir : l’utilité de la dissection et du travail sur corps morts n’est plus a démontrer. Cependant hors sujet ici, puisqu’il ne s’agit pas de formation ou d’information, mais d’une exposition artistique. De même que je trouve hors sujet le voyeurisme (le réprouver serait alors du moralisme) et la question du trafic (le problème vient de plus haut).
    Ces gens sont morts. Les exposer ainsi, sans autre justification que la prouesse technique, me paraît… mal.

  6. Azarian said,

    Effectivement, je ne vois aucun intérêt artistique (un autre sujet que je ne maitrise pas vraiment d’ailleurs 😉 ).
    Mais es tu bien sur que ce soit uniquement le but des auteurs ?
    http://www.ourbodytheuniversewithin.com/about_us.html

    • Don Lorenjy said,

      Pognon ?
      (zut, v’là que je fais mon moralisateur)

  7. Sophie said,

    D’accord avec toi, Don Lo. Le respect du corps mort d’autrui est une donnée culturelle depuis la Préhistoire, où l’on s’est mis à enterrer les morts plutôt que de les laisser mettre en pièce par les animaux… Si l’on considère que le corps mort n’est qu’une chose – ce qu’il est d’un point de vue strictement descriptif -, on peut l’exposer comme une œuvre d’art mais on pourrait aussi le recycler pour nourrir les poissons d’élevage ou faire pousser les tomates… Je préfère donc qu’on le considère comme le réceptacle, à traiter avec humanité, d’une humanité qui a fui…

    • Don Lorenjy said,

      Exactement, Sophie : qu’on le considère, ce corps, et non qu’on l’expose pour sidérer les…
      De la considération pour sa matière première, c’est ça qui manque dans cette exposition.

  8. Azarian said,

    Ayant bien considéré t’as sidération pour les citoyens non pas moins cons que les autres qui ont succombé aux morts-vivants. J’ai finalement réussi à en trouvé ayant vu cette satanique exposition présenté dans la capitale de la débauche Londres bien-sur. Plus exactement Greenwich pour remettre les méridiens à l’heure. Espagnols vivant en UK je leur ai appris la controverse Française. Premier étonnement. Ont-ils trouvé l’exposition intéressante ? Plutôt oui. Qu’en ont-ils retenu ? Les comparaisons des organes avec ou sans pathologie notamment (foie, poumon), le système sanguin et son réseau, le cerveau humain en parallèle à celui du cheval, les muscles impressionnants de la cuisse, du cheval toujours, quand seulement quelques ligaments font la liaison avec le sabot.
    Mais enfin ! Ou sont donc les voyeurs que mon bloggeur favoris m’a décrits de son ire moraliste ? Ah si, ils m’ont avoué que oui, il y avait une certaine mise en scène.
    Et le prix que diable ? (je pensais bien pouvoir déceler l’appât du gain)… 12 pounds…Diantre.
    Et la morale dans tous ca ! Voila que Rimbaud me répond : « La morale est la faiblesse de la cervelle. Acquise sans aucune réflexion, elle s’imprime en nous à nos dépens. Elle est un danger si elle n’est atténuée par la pensée raisonnable.» Le bougre il ne mâche pas ses mots.

    • Don Lorenjy said,

      On ne devrait jamais céder au jeu de mots facile, merci de m’avoir remis dans les clous.
      Mon billet ne stigmatisait en rien les supposés voyeurs qui visiteraient cette expo. Mais ce que tu me dis de ceux qui l’ont vu me conforte dans l’idée que le corps mort de mon prochain n’a pas à être exposé. Pas d’ire moraliste là-dessous, juste une conviction, maintenant étayée par le fait qu’aucun de tes amis ne s’est posé de question sur ce qui lui était montré, qui avait été une personne, une vie, une histoire, et n’était plus qu’un objet de curiosité comparative.
      Merci en tout cas d’avoir pris le temps de cette réponse. (quant à Rimbaud, je le préfère en poète qu’en marchand d’armes, et sa vision de la morale me surprend peu)

  9. vala said,

    Je suis d’accord avec Azarian (que je remercie pour le lien qu’il a laissé sur mon blog, suite à mes posts sur le même sujet). Je ne pense pas qu’il s’agisse ici de morale. Je n’ai pas visité cette exposition comme une exposition artistique mais comme une exposition scientifique. C’était de la science. Il s’agissait de montrer à un public qui n’a pas accès à ces connaissances en direct comment se compose et fonctionne un corps. J’ai trouvé cela éducatif. Et donc utile. Je n’ai pas été choquée, loin de là.
    Je pense que le respect vient des gens qui visitent. Si tu y vas en respectant le corps, l’être humain pour ce qu’il est et a été, alors tu visiteras l’exposition avec respect. Mais si tu ne respectes pas l’être humain, alors effectivement ce sera du voyeurisme. C’est à chacun de se positionner et de prendre ses responsabilités.

    • Don Lorenjy said,

      Je comprends cette position, mais je ne suis pas d’accord.
      Il ne s’agit pas d’un contrat avec soi-même (je respecte le mort, donc je suis clean), mais d’un ménage à 3 : le spectateur, le mort… et l’autorité qui remet les choses à leur place. Le spectateur, au spectacle, le mort au souvenir.
      La science n’est pour moi qu’un alibi : d’une part il y a assez d’autres façons de se renseigner sur le fonctionnement du corps humain, et d’autre part se renseigner sur le corps sans rien faire de se renseignement n’est pas éducatif, cela me semble être juste de la curiosité.
      Mais le débat n’est même pas là. Voir de la morale ou pas dans cette situation n’est plus une question personnelle. La société, par le biais de l’institution, a tranché.

  10. Travis said,

    Un réalisateur disait « Chacun sa morale, chacun sa justice » 🙂

    • Don Lorenjy said,

      Je trouve qu’il avait tort. Mais c’est plus une intuition qu’une conviction (je n’aimerais pas me faire imposer une morale contraire à la mienne, encore moins une justice, et pourtant c’est le prix de la vie en société).


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :