Comme ça s'écrit…


Belle et brève

Posted in Djeeb par Laurent Gidon sur 15 juillet, 2009
Tags: , , ,

Il y a tout juste deux étés, mon cœur a commencé à avoir des ratés. De brefs arrêts, comme un inspiration retenue, suivis de déflagrations anarchiques. Peut-être cela se produisait-il pendant que je jouais au foot avec les enfants ou quand je me faisais tabasser en planche dans les vagues et le vent, mais je le sentais uniquement au repos. Le soir avant de m’endormir, par exemple. Et je ne m’endormais pas.

Pour la première fois, j’ai senti la fin possible.
Pas une fin imprévue, comme un accident, une grosse maladie pourrie ou un méchant qui m’aurait voulu plus de mal que les autres, non. Une fin normale, sans raison, programmée. Mon cœur pouvait s’arrêter, sans que je n’y puisse rien.

En fait, on a tous sans doute une approche personnelle de sa propre mort. Chacun s’en fait une idée. La vôtre je ne sais pas. La mienne en tout cas a changé, avec ces ratés cardiaques. Ça pouvait me tomber dessus n’importe quand, et je le sentais, là, au-dedans, comme une répétition générale. Genre « Tout est en place, on peut mourir quand vous voulez. » Et ça repartait. Jusqu’à quand ?

On a fait des tests, bien sûr. J’ai pédalé comme un hamster dans sa roue, avec des électrodes partout, à m’en faire péter la rate. Le cardiologue m’a rassuré : des extrasystoles, pas plus. Pas grave. J’avais passé quarante ans, c’était tout. J’avais le temps. Jusqu’à quand ?

Jusque là, j’avais cru pouvoir y échapper. Pas intellectuellement : on sait bien qu’un jour on va mourir. Mais émotionnellement, quelque chose de l’ordre de la foi : les autres oui, mais pas moi, j’y crois pas. Pas moi. Sans explication logique. Juste pas moi. La science, je l’emmerde, les millénaires de cadavres empilés les uns sur les autres, la conclusion qui s’impose ne me concerne pas. Pas moi. Et patatra !
Bonjour la révélation.

Depuis, je suis en sursis. Comme tout le monde, mais avant je n’en avais pas une conscience aussi intime. Chaque bégaiement de mon palpitant me le rappelle. Parfois plusieurs fois par jour.

Tout ça pour dire que les premières critiques de Djeeb le Chanceur sont plutôt bonnes.
Nébal, Angua et Bruno Para l’ont trouvé assez bien écrit pour avoir envie d’aller au bout.

Après, le fond, l’histoire… peut-être en attendaient-ils trop : ce n’est qu’un roman pour le plaisir, pas une grande œuvre de Fantasy. Deux au moins l’ont trouvé agréable à lire, ce qui me sauve. Avoir été agréable à quelques-uns de mes contemporains, ça me suffit, le reste peut attendre. Viens, mon cœur, on va danser !

Djeeb Couv low

Advertisements

11 Réponses to 'Belle et brève'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Belle et brève'.

  1. Lunatik said,

    Oulàh… faut que je me magne de le lire, ce Djeeb, si je ne veux pas avoir à féliciter l’auteur à titre posthume :/

  2. Lunatik said,

    Aucun risque (les autres oui mais pas moi): contrairement à toi, j’ai la syntaxe hasardeuse mais le cœur obstinément cadencé.
    Prends soin de toi.

  3. Vinc' said,

    En tout cas le truc qui marque c’est que la couv’ est superbe Oo

    • Don Lorenjy said,

      C’est sympa pour Marc : je lui transmettrai.

  4. Lucie said,

    Oh… Tu as passé 40 ans ? Pourquoi je te vois toujours comme un gamin, moi ? C’est moi qui suis si vieille ? ;o)

    Blague à part, oui, on a de ces moments où on découvre que, où on se dit qu’on a des trucs importants à finir avant, des gens à prévenir, des choses à prévoir…

    Ecrire un roman qui procure du plaisir, ça fait partie des choses que j’aimerais moi aussi 😉 En attendant, va falloir que je lise Djeeb, il est sur ma liste, tu le sais 🙂

    • Don Lorenjy said,

      Bah, tu sais déjà que tu as donné du plaisir à beaucoup, Mme l’anthologiste multi-primée 😉

  5. Lucie said,

    Yep, je le sais, je vais pas jouer les fausses modestes 😉 Mais n’empêche qu’écrire un bon roman, j’aimerais bien. Un roman tout court, déjà 😀

    • Don Lorenjy said,

      La solution qui a marché avec moi : l’écrire POUR quelqu’un. Et prévenir qu’on le fait. On ne veut pas décevoir, n’est-ce pas ? 🙂

  6. Lucie said,

    C’est vrai que ça marche assez pour les nouvelles, ça. Pour les articles aussi, d’ailleurs ! mmm… ça me fait penser que j’ai des dead-lines qui approchent… gasp ! Personne veut me donner une dead-line de roman ? lol !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :