Comme ça s'écrit…


Que cherchez-vous ?

Posted in Non classé par Laurent Gidon sur 1 février, 2010
Tags: , , , , ,

Ami lecteur qui passe ici pour quelques secondes ou une heure, sais-tu que tu es de plus en plus nombreux ? Attends, je n’ai pas dit « assoulinement nombreux », faut pas exagérer, mais quand même, nombreux, et régulier aussi.
Je pourrais remercier et flagorner, mais s’il y a une chose dont je suis sûr, c’est que tu ne débarques pas en ces lieux mu par la seule intention (louable, certes, mais restrictive) de me faire plaisir. Enfin, merci quand même, mais ce n’est pas la question. La question du jour étant :

Ami de passage, que cherches-tu ici ?

La réponse te regarde, encore que tu peux la partager grâce au cadre commentaire ci-dessous.

Il m’arrive de penser qu’elle me regarde aussi, non pour infléchir le ton ou le sujet des billets en faveur de tes goûts que je devine éclectiques, mais pour me marrer un bon coup.
Chez Assouline, on sait ce que vient faire le visiteur : parler de lui, parfois avec ses potes de passages. Assouline n’est qu’un support, une sorte de chauffeur de bus faisant le ramassage quotidien de son équipe de vanneurs, râleur et cryptofrondeurs. Mais chez moi, alors là, y a de quoi se poser la question.

L’outil statistique wordpress m’avait appris, voici quelques mois (années ?) que nombre d’entre toi venaient ici à la recherche de salopes russes à gros seins. Ce que je comprends. De même que je comprends la déception qui a dû t’étreindre, ami quêteur russomamaire, en découvrant qu’il n’y avait rien dans ces pages qui puisse te redresser le mât. Désolé pour toi, et pour moi aussi d’ailleurs, puisque je me doute que mes bla-blas littéro socialo écolo ne t’ont pas déboité d’un iota de ta traque de poitrail. Alors qu’il y avait matière, crois-moi.

Et toi, ami autre, venu sans l’objectif de te rincer l’oeil ou faire pleurer popaul, qu’est-ce qui me vaut l’honneur ? Y a qu’à demander, et WordPress me répond.

Alors, dans le tiercé de tête, nous noterons comme critère de recherche ayant abouti dans ce petit coin de toile :

  1. bocal à poisson
  2. yann arthus-bertrand
  3. don lorenjy

Pas de doute, être sur le podium ça fait plaisir. Quant au bocal à poisson, je ne sais pas vous, mais moi ça me relativise drôlement la fierté. On ne sait jamais vraiment ce que les gens vous trouvent, mais savoir ce qu’ils vous cherchent donne une idée de l’infini, genre trou avec rien autour. Donc, un bocal à poisson et un photographe d’altitude, loin devant les très quelconques requêtes sur la SF, l’imaginaire, l’avenir de la planète et le très rigolo parcours du wanabee ayant réussi à se faire publier. Djeeb, Aria ou les Blaguàparts n’existent même pas selon vos critères. Ce qui est important pour moi ne l’est pas pour vous, et c’est tant mieux, et c’est tant pis.

Après, il y a des facteurs conjoncturels. Par exemple, la tribune de Desjardins dans Le Monde a suscité nombre de requêtes qui ont été redirigées ici. La polémique, c’est facile, ça tient chaud et ça fait venir du monde. Il m’avait suffit de mettre le nom de notre cher (voire dispendieux) président en titre pour obtenir le même résultat.
Autour de fin mars, le nombre de requêtes concernant la traque des morilles fait également un bond considérable, permettant de conclure que vous savez à quelle époque chasser cette petite sauvage fripée et délicieuse.
Mais – et c’est ce qui m’a valu l’envie de traiter ce sujet aujourd’hui alors qu’il fait -8° dehors – il faut noter l’influence de l’hiver. Au printemps et en été non, à l’automne très peu, mais force est de reconnaître que, dès la chute du thermomètre, la salope russe à gros seins fait son retour triomphant. Je ne sais pas, vous devez l’imaginer lascivement étendue sur une fourrure de zibeline (ce qui, connaissant la taille d’une zibeline, nous donne une salope russe de 30 à 50 cm), la mamelle arrogante toute dressée par le blizzard qui fait frissonner la datcha. Ou je ne sais pas, mais quelque chose dont le froid et la neige seraient responsables.

Donc, je tiens à ne pas m’excuser du fait que vos recherches soient demeurées infructueuses, amis russophiles de l’opulence poitrinaire.
Quant aux autres, oui, vous amis très chers qui peut-être n’avez pas encore été déçus de ce qui peut se trouver en ces pages prétentieusement modestes, je vous invite à jouir de tout ce qui vous est donné dans le vrai monde. Passez quand vous voulez, mais pas trop, dehors il fait beau (et sinon, débrouillez-vous pour qu’il fasse beau, au moins dans les yeux de ceux qui vous croisent). Merci.

Voilà, ça c’est des zibelines : c’est petit, teigneux et ça n’a pas de poitrine.

7 Réponses to 'Que cherchez-vous ?'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Que cherchez-vous ?'.

  1. Azarian said,

    Charmantes petites bêtes… les zibelines j’entends…
    Enfin tu as place 3 fois « seins » et « salopes » tu devrais remonter dans les stats google 😉 (aller hop +1)
    Que viens-je faire ici ? Pour ma part je viens chercher un raisonnement, ou plus exactement un point de vue extérieure qui généralement me laisse un sourire aux lèvres, et qui d’autres parts catalyses mes propres réflexions sur des sujets aussi diverses que l’imaginaire, l’écriture, le dernier film vu, la vie de la zibeline ect…
    Mais j’ai jamais vraiment espéré trouver de la salope à gros seins même Russe (+2 😉

    • Don Lorenjy said,

      Merci de me rassurer : je me demandais s’il ne fallait pas mettre quelques photos de Russes à gros seins (+3) sans qu’on sache si ce sont des salopes ou non (+4) afin de satisfaire les mécontents fourvoyés.

  2. le koala said,

    Je le confesse, le rouge au front. Pour arriver ici j’ai tapé non pas « salope russes à gros seins » (j’en rêvais cependant) mais « accorte bougresse à gros cul et longues jambes ». J’espérais implicitement tomber en un lieu d’érotisme chic, avec plein de jolies photos de donzelles sauvages mais peu farouches, dans une ambiance de safari urbain new-age.
    Puis j’ai commencé à lire tes posts, et me suis dit que non, décidément, il n’y a pas que l’érotisme dans la vie. Il y a aussi les satisfactions de l’esprit.

    Hein… ?
    Ca peut aller ensemble, ça s’apelle de l’onanisme intellectuel. Oui, certes, mais la question n’est pas là.

    • Don Lorenjy said,

      L’onanisme intellectuel présente l’avantage sur toute autre forme de branlette qu’il ne tache pas. Ce qui permet aux surfeurs impénitents de laisser les lieux aussi propres qu’ils les ont trouvés, voire plus intéressants dans le cas de certains commentateurs, dont toi.

  3. Travis said,

    Moi je venais voir des salopes suédoises à gros seins, n’ayant trouvé que des Russes je suis reparti avec un Djeeb. Pas mal au final!!!

    • Don Lorenjy said,

      On peut voir Fran Thelisorn comme une suédoise et lui imaginer une poitrine opulente (mais salope, non !)


  4. […] de régularité. Ils me la rendaient bien. Les habitués des salopes russes à gros seins, des poissons dans un bocal et de la chasse aux morilles sauvages continuent d’atterrir ici au gré de leurs requêtes […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :