Comme ça s'écrit…


Lettre à François Fillon

Posted in Non classé par Laurent Gidon sur 19 mars, 2010
Tags: , , , , ,

Monsieur le Premier Ministre,

Souffrez que je vous apostrophe, l’heure n’est plus au silence. Désolé si cette lettre vous offusque dans certains de ses termes ; je n’ai pas l’habitude de m’adresser à des hommes tels que vous. Question de niveau. Mais il faut bien s’y mettre.

Pourquoi ? Parce qu’il me semble que les mots ont encore un sens, et je vous fais l’honneur de penser que vous le savez. C’est donc sciemment que vous avez dit, lors d’un meeting de soutien à un candidat régional :
« L’insécurité est un combat permanent. C’est un combat sur lequel personne ne peut faire de triomphalisme, parce que la violence se réinvente en permanence« .

Désolé de vous l’exprimer aussi directement, mais vous manquez de conscience morale. Ou alors, auriez-vous en tête d’attiser la peur de nos compatriotes en espérant récupérer leur voix ? Ce serait mal, vous le savez, aussi mal que de déclarer une guerre au seul but de garder le pouvoir.
Agiter un ennemi à combattre est le plus sûr moyen d’avoir un jour à s’incliner devant lui. Reconnaître la source d’une nuisance, pour la réintégrer dans l’harmonie qu’elle trouble, est une toute autre démarche. Vous le dites littéralement, on ne triomphe pas de la violence. Pas en la combattant. Un maître d’aïkido vous dirait « on ne peut que la détourner pour ramener l’agresseur à la paix ». Mais l’écouteriez-vous ?

L’insécurité a ceci de paradoxal qu’elle progresse à mesure qu’on la combat. Vous le savez aussi, bien sûr. Ce sentiment d’insécurité naît autant, voir plus, des efforts déployés pour rétablir un idéal de sécurité, que des violences effectivement perpétrées.
Ce n’est pas la violence qui se réinvente en permanence. C’est l’instrumentalisation que vous en faites et l’inconscience des politiques qui ont troqué valeurs et idées contre un chiffon rouge. Vous persistez à l’agiter sous les yeux d’un peuple que vous méprisez souverainement. On a la souveraineté qu’on peut.

Maintenant, sans être sondeur, je suis convaincu que le sentiment d’insécurité sur lequel vous fondez toute (TOUTE !) votre politique – que ce soit pour réduire les libertés ou asservir des salariés délibérément mis en danger – cette peur que vous comptez bien nous voir éprouver au quotidien et guider nos votes, cette peur nous ne l’éprouvons pas. Pas tous.
Je sais quelle poids la délinquance et la criminalité font peser sur la société. Sans angélisme. J’entends comme vous les cris des victimes et le rire des truands.
Mais je sais aussi que l’attitude de ceux – plus nombreux que vous semblez le croire – qui s’engagent au quotidien pour l’apaisement, aura toujours plus de réalité que vos discours alarmistes.

Cette anxiété, que vous espérez raviver chez le plus grand nombre, est le dernier carburant de votre pouvoir perdu. Vos gesticulations le montrent, beaucoup plus angoissantes finalement que la délinquance elle-même Reprenez-vous, certains comptent encore sur vous. Et d’autres nous regardent, de loin.
Vos appels à la peur résonnent dans le vide. Quelques esprits en désarrois s’y vautrent encore, mais plus assez nombreux pour pérenniser votre mainmise sur la société.
Vous avez échoué. Vous ne nous avez pas divisés. Vous n’avez pas réinventé la sociologie de la panique en criant à la réinvention de la violence. Vous avez juste dévoilé votre propre  peur de perdre ce pouvoir que certains vous ont accordé, par lassitude.

Monsieur le Premier Ministre, vous êtes le chef du gouvernement des Français. Vous nous devez un peu plus de vision et d’assurance. Vos mots se veulent forts, mais ils sont petits. Ils ne kidnapperont pas les consciences : vous visez trop bas.

Acceptez tout le respect que je dois à votre fonction, ainsi que l’espoir largement partagé d’un retour en dignité.

Laurent Gidon

"Si tu vaincs un ennemi, il sera toujours ton ennemi. Si tu convaincs un ennemi, il deviendra ton ami." Ueshiba Morihei

Publicités

13 Réponses to 'Lettre à François Fillon'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Lettre à François Fillon'.

  1. Lucie said,

    Bravo Lo ! + 1000

  2. Phil said,

    La télé permet de partager la peur des autres. Nul doute que la province tranquille tremblera devant quelques débordements d’île de France d’ici 2012…

    Et si les régions (concept artificiel s’il en est) n’étaient plus là que pour sublimer quelques pulsions d’opposition, laissant au pouvoir faussement affecté le temps de raviver la peur ?

    • Don Lorenjy said,

      La seule circonscription qui vaille en la matière, c’est l’individu et sa capacité à accepter l’autre au lieu de laisser la peur l’en détourner. Non ?

      • Phil said,

        Si.

  3. Syven said,

    Merci pour cette lettre.

    • Don Lorenjy said,

      Il ne la lira pas. Autant la partager avec vous…

  4. Julien d'Hem said,

    \bow

    • Don Lorenjy said,

      Relève-toi, Julien (pas de ça entre nous)

  5. Travis said,

    « Parler me semble ridicule
    Je m’élance et puis je recule
    Devant une phrase inutile »

    Avec la voix de Alain Bashung

    • Don Lorenjy said,

      Bien dit (cette lettre était deux fois plus longue avant que je sorte les ciseaux… mais je n’ai pas réussi à tout couper)

  6. Goofie said,

    La lutte contre l’insécurité passe par le retour de la police de proximité, de la police de quartier.

    C’est en faisant de la pédagogie quotidiennement et non pas en allant faire des raids surarmés dans les cités que l’insécurité sera en baisse.

    Mais le gouvernement trop occupé à brader les services publics pour augmenter les propres salaires ont d’autres préoccuptions.

    J’exècre ces discours populistes des hommes politiques.

    • Don Lorenjy said,

      Les discours populistes ne tiennent que tant qu’ils se sentent écoutés. J’ai peut-être fait trop d’honneur à celui-ci en lui répondant.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :