Comme ça s'écrit…


Avancement

Posted in Non classé par Laurent Gidon sur 8 avril, 2010

Admettons que mon travail vous intéresse.

Cette précaution oratoire prise, voici ce sur quoi je travaille.

L’an dernier, j’avais déposé une demande de bourse d’aide à l’écriture pour un projet de roman prospectif, presque SF. Elle ne m’a pas été attribuée. Cette année, j’ai tenté à nouveau avec un projet beaucoup plus litt gén, voire carrément autofictif, dans le seul but de voir si ça marchait mieux. La bourse m’a été attribuée. Ce qui m’oblige à poursuivre le truc jusqu’à publication.
Oblige n’est pas une formule : j’ai besoin de cet argent ET ce projet est difficile à mener. Il s’écrit au jours le jour, non pas dans la douleur, mais en creusant dans les douleurs. Recherches sur les causes multiples du suicide de mon père, parallèle avec mes propres efforts pour ne pas suivre le même chemin, extension du domaine de la mémoire en interrogeant des proches ou lointains. Je cherche, je parle, je pense, je rêve, j’écris. J’aime ça, mais je ne le voyais pas comme « publiable », plutôt un test envers l’institution régionale. On me paye pour finir, alors que ce truc ne devrait pas avoir de fin. J’avance quand même. Le titre original sonnait comme … et ne pas s’en sortir. Je l’ai récemment changé en Un jour, ça vient.

Le deuxième roman avec Djeeb Scoriolis est achevé et corrigé en collaboration avec Hélène Ramdani. J’attends les remarques du correcteur pro pour donner le dernier coup de fer. Mnémos prévoit la sortie en juin prochain, avec peut-être mise à disposition anticipée pour les Imaginales. Bref, tout semble aller pour le mieux, y a qu’à continuer.
Mais : Djeeb le Chanceur n’est pas considéré chez Mnémos comme un succès suffisant. Djeeb l’Encourseur étant trop engagé pour reculer, il paraîtra. Pour un autre Djeeb, rien n’est moins sûr. Cela dépendra des chiffres, et cela m’échappe totalement (je ne veux pas dire que je ne comprends rien aux chiffres, mais que je ne peux rien y faire). J’ai quand même mis en chantier un Djeeb 3 et un Djeeb 4. Conseil pris auprès d’Hélène, le projet 3 doit passer d’abord. Il opère un retour en arrière et raconte les aventures d’un Djeeb plus jeune, au-delà des Confins. Le processus d’écriture est très différent des deux précédents romans, écrits nez au vent.
J’avais écrit une grosse nouvelle à base de Djeeb pour une anthologie. Elle passait déjà les 60 000 caractères quand j’ai relu la commande, laquelle limitait les textes à 30 000. Je me suis arrêté, avant même de traiter la chute, mais c’est cette trame que je reprends maintenant. L’histoire est déjà donc posée, et le travail consiste à développer les lieux, creuser les personnages, placer des intrigues parallèles, travailler un fin qui ne soit pas une chute mais une ouverture. C’est intéressant, je prends mon temps. Tant pis si le manque de succès confine tout ça dans un carton. Djeeb était devenu pour moi un projet d’élargissement du scope : chaque roman raconte une histoire indépendante, mais l’ensemble ouvre un regard de plus en plus large sur l’univers alentour. Si les parutions cessent, je peux raconter le truc à qui le demande.
Une chose est sûre : en termes de promotion, je ne ferai rien d’autre que me présenter aux dédicaces que l’on me proposera et répondre aux questions qu’on me posera. Histoire de voir si l’abstention gagne ici aussi.

Aria des Brumes n’est quasiment plus disponible. Je crois que Fred d’O’Merveilles détient les derniers exemplaires. J’aurais dû en avoir, mais il paraît que La Poste a perdu le carton avant de me le livrer. J’espère que les agents du tri apprécieront la lecture…
La suite que j’ai écrite ne sera pas publiée chez Le Navire, puisqu’il n’y a plus de navire et c’est triste pour Hélène. J’ai prêté le manuscrit à quelques amis lecteurs qui l’ont trouvé très bien, mais ce sont des amis. J’ai aussi envoyé le fichier à des contacts lointains, qui l’ont lu ou pas, mais ne m’en ont rien dit. D’ailleurs, si quelqu’un le veut, il n’y a qu’à demander.
J’ai commencé l’écriture du tome 3, titré Le Chant sombre. D’abord parce que je n’aime pas laisser des trucs pas finis. Ensuite parce que j’ai une tendresse pour l’univers de mon premier roman, pour ses personnages, pour les possibilités de scénario à exploiter. Enfin parce qu’il me faut un projet à long terme, sans urgence, pour tapoter les jours où je n’ai pas envie de faire autre chose. Donc j’y travaille, détendu, et je chercherai un éditeur quand la trilogie me satisfera.

J’ai mis tout le reste en attente. Presque en sommeil. Il m’arrive de m’endormir en cherchant une méthode de meurtre accidentel pour un polar montagnard que j’ai commencé. Ou j’écris dix lignes d’un roman litt gén qui avance au rythme ébouriffant d’une page par an. Ou je note un truc pour reprendre le projet prospectif qui n’a pas reçu de bourse l’an dernier.

Et je lis plus qu’avant. Merci aux auteurs qui me font ces plaisirs.

Publicités

18 Réponses to 'Avancement'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Avancement'.

  1. Travis said,

    En tout cas bon courage pour ton roman en « litt gen », peut être que l’exercice terminé aura servi d’exorcisme à certaines choses?

    Pour le polar montagnard si j’ai des idées je te les mail sans problème.

    • Don Lorenjy said,

      D’accord : je cherche un truc pour être sûr d’éliminer une personne précise, que ça passe pour un accident, mais sans implication physique directe du meurtrier (pas le droit de le pousser du haut d’une falaise). C’est la difficulté : un sorte de piège préparé à l’avance, mais qui ne fonctionnera que pour une proie définie. On a le droit d’inventer les habitudes de la proie.

  2. Travis said,

    Et puis non tu ne peux pas suivre la même voie, il n’y a pas assez de gens bien sur terre pour que tu nous laisses comme ça.
    Et puis qui va nous écrire du Djeeb et des Blaguàparts?

    Don’t act.

    • Don Lorenjy said,

      Oh, pas de danger : c’est justement pour ne pas me retrouver dans les mêmes conditions que mon père que j’ai engagé la démarche. Mais c’est gentil de m’encourager à continuer, merci.

  3. Travis said,

    HS:
    Je viens de voir ça, tu es arrivé sur terre 10 jours avant Hélène, c’est marrant.

    • Don Lorenjy said,

      Eh oui : 44 ans qu’elle s’épuise à me rattraper… d’autres auraient lâché depuis longtemps, mais elle est d’une énergitude, cette Hélène !

  4. Benedicte said,

    Pour le meurtre, déclencher une avalanche ? Mettre un piège à loup ? Trafiquer le bulletin météo pour faire croire au beau temps alors qu’il va faire un temps exécrable ?

    Sinon, je me demandais récemment si publier un roman de litt. générale pouvait faire décoller les ventes d’un livre de SFFF. Tu vas bientôt pouvoir nous le dire. 🙂 Et donc, plus moyen d’acheter des Aryas des Brumes ? Dommage. On me l’avait chaudement recommandé.

  5. Azarian said,

    Pour le meurtre :
    – un objet familier de la proie laisser près d’un endroit a risque.
    – prescription d’un médicament amplifiant les effets néfastes de la raréfaction d’oxygene en altitude (ex : nifédipine par exemple prescrit pour maladie de Raynaud, hypertension, …) il en existe peut être de meilleur ^^

    Pour la suite d’Aria moi je suis toujours open. Va juste falloir que j achète le premier (tombe bien j arrive a la fin d’Hypérion tome 2) ^^

    • Don Lorenjy said,

      Passe direct par le site O’Merveilles (je n’ai plus un seul exemplaire : tous donnés).

  6. Lhisbei said,

    il y a eu assez de morts chez les auteurs de SFFF cette année non ? donc pour le suicide merci de repasser dans quelques années (une petite centaine d’années, ça me parait bien…nonmaioh) 🙂
    Sinon je veux bien lire la suite d’Aria. je ne suis pas une amie et il m’est arrivée d’être beta lectrice pour un écrivain de litt gen (non encore publié mais je ne désespère pas) après une longue correspondance… (je n’ai pas été complaisante avec son bouquin mais nous avons quand même continué à dialoguer par mail 😉 )

    • Don Lorenjy said,

      Pas de problème, je t’envoie le fichier. Merci pour la proposition.

  7. Travis said,

    Bon pour le meurtre, le meurtrier laisse dans la neige un dvd des bronzés font du ski, et le gars va ensuite dans un chalet visioner le dvd, c’est tellement mauvais qu’il en fait une attaque, et voilà.

    Bon je cherche des pistes plus sérieuses.

  8. Silk said,

    Après plusieurs tentatives dans plusieurs librairies niçoises pour trouver ARIA DES BRUMES, j’ai fini par passer la porte d’une boutique où une vendeuse super sympa l’a trouvé sur son ordi et a bien voulu me le commander. Une semaine plus tard – samedi dernier – je l’avais entre les mains.
    J’en ai débuté la lecture le lendemain soir et, pour le moment, on s’entend plutôt bien… ;-))
    Et là j’apprends que tu as une suite dans un carton et que je risque de ne jamais la connaître ?
    Hmm…
    Il faut que tous ceux à qui le premier tome a plu sachent que le premier opus a un petit frère en attente et le réclame ! Un éditeur finira bien par craquer…

    • Don Lorenjy said,

      Alors ça tu vois, ça fait plaisir ! A moi, et au Navire qui passe souvent par ici.
      Je sais que Montpellier c’est loin de Nice, mais j’y serai dans 15 jours…

      • Silk said,

        Montpellier est effectivement un peu loin.
        Mais si tu passes dans les Alpes-maritimes un jour, fais-le moi savoir : je serai ravi de te rencontrer !

  9. Blue Jam said,

    Bon courage alors !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :