Comme ça s'écrit…


Des magiciennes et des sorciers

Posted in Promo,Textes par Laurent Gidon sur 22 avril, 2010
Tags: , , ,

Demain, je prends le train pour Montpellier. Boulversifiant, non ?

Cela n’a d’intérêt que pour ceux qui voudraient venir voir (et participer) chez Sauramps, pour l’avant-première des Imaginales. À mon humble avis ça vaut le voyage, parce qu’il y aura une grosse descente Mnémos avec Justine Niogret, Charlotte Bousquet, mais aussi Jaworski, Ayerdhal, et le trop discret Alfred Boudry. Sacrées magiciennes du verbe, sacrés sorciers des mots ! Le programme complet est par-là, mais je crois qu’on dédicace le vendredi de 15 à 18, et le samedi de 14 à 19.

Et comme un cat retombe toujours sur ses pattes, j’amortis des coussinets en vous glissant que les Imaginales seront – entre autres – le moment idoine pour découvrir Djeeb l’Encharmeur, nouvelle au sommaire de la très belle anthologie du festival dirigée par Stéphanie Nicot : Magiciennes et Sorciers.

Tenez, puisque vous y tenez, je n’y tiens plus et je vous mets le début, rien que pour vous et parce que vous le valez bien.

Djeeb l’Encharmeur


À Pierre Bottero et à sa magie.

— Du vin, de la musique et des femmes ! hurla Djeeb Scoriolis en pénétrant dans la taverne, son sac de cuir passé sur l’épaule. Et faites diligence : Djeeb le Grand a faim de tout !
Dans la vaste pièce encombrée de dîneurs, le silence se fit. L’assistance se demandait si le braillard n’était pas un peu jeune et chétif pour formuler de telles exigences. Prudence des gens de peu, on attendit d’en savoir plus avant de prendre position : l’or était trop rare à Skinia pour que l’on risquât d’en laisser échapper la moindre poussière. Ici se diluaient l’Arc Côtier et sa civilisation, incarnée par des cités industrieuses comme Askarande, Armane, Clos Moresby ou même la mystérieuse Ambeliane. Les étendues presque désertes des landes de Skinia marquaient la limite intangible entre le monde connu et les confins. Un pays pauvre de tout, mais peut-être riche de possibilités pour un Djeeb qui comptait bien s’y inviter en seigneur.
— Allons, de quoi boire, manger et me réjouir les sens, vite ! Sans quoi, je déchaîne sur vos têtes et celles de vos descendants le courroux de mes imprécations ! Et tout plein de sortilèges aussi, tenez.
La voix mal assurée du jeune homme parlait à rebours de ses ambitions. Alors que deux serveuses gloussaient dans un coin sans faire un pas, un petit bonhomme, qui pouvait être le tenancier aussi bien qu’un commis de cuisine, s’approcha en claquant du torchon. Il se cambra devant Djeeb, plissa ses yeux ridés, le parcourut des pieds à la tête comme on lit une devise inepte et mal calligraphiée, puis siffla :
— Et comment comptes-tu financer tes plaisirs, va-nu-pieds, pour autant que quiconque ici s’abaisse à te servir ? Dans mon auberge, on traite mieux les payeurs que les parleurs.
Le tenancier donc, maître des lieux malgré son pied bot, sa face crochue volée à un lutin vieillissant, et sa taille aussi courte qu’épaisse. Il assura sa pose de matamore en se tournant vers la salle pour bien montrer qui était le patron, et sembla s’agacer du rire des serveuses. Djeeb lança un bref regard inquisi-teur à travers la salle, évalua ses lampes fumeuses, ses tables bancales, ses bancs grossiers, ainsi que le ramassis de paysans terreux, de vendeurs de rien et d’épaves humaines qui y usaient leurs braies, avant de conclure qu’il n’avait guère d’intérêt à sortir le grand jeu. Pourtant, il ne pouvait échapper à sa nature flamboyante. Il se pencha donc vers le patron pour lui glisser à l’oreille :
— Je pourrais m’offusquer de ta question, mais elle me paraît légitime dans ce pays de misère où un mauvais client suffit à vous faire courir à la ruine. Sache que j’ai de quoi payer, et au centuple, les rogatons que tu pourras me servir. Et je sais par avance ce qu’il te faut.
Après un nouveau coup d’oeil sur les deux filles de salle qui attendaient avec intérêt l’issue de la confrontation, Djeeb reprit : « Il se trouve que je connais quelque sort qui ferait fondre d’amour la plus belle des ondines, même pour un petit rien du tout contrefait comme toi. En veine de générosité ce soir, je me sens prêt à t’en céder la formule en échange de ce que tu auras de moins mauvais pour mon palais, mes yeux et mes oreilles. »
Lorsque le tenancier jeta lui aussi un oeil alléché vers la plus rebondie des servantes, Djeeb sut qu’il avait fait sonner la bonne monnaie. Pour finir de faire trébucher son interlocuteur, il suffisait de le libérer de ses derniers doutes. En effet, le vilain bonhomme lui demanda à voix basse, avec autant d’espoir que de soupçon, de lui prouver la qualité du sortilège.
D’un doigt autoritaire, Djeeb lui intima de ne pas bouger pendant qu’il s’approchait, tout sourire, de ses proies en jupons. Ployant la taille en une profonde révérence, il se présenta, majestueux :
— Djeeb Scoriolis, dit aussi le Grand, ou Maître des âmes, et plein d’autres superlatifs encore, connu comme gentilhomme et maître enchanteur de charme partout dans l’Arc Côtier… pour vous servir, Mesdames. Si j’en crois ce plaisant personnage – ajouta-t-il en désignant le maître resté hors d’oreille – vous allez pouvoir prendre votre soirée et profiter d’un repos bien mérité, voire vous livrer à toutes les activités plaisantes que vos coeurs ou vos corps vous dicteront. Il m’a dit se charger de votre tâche à mon endroit – ce que vous regrettez déjà peut-être – et vous souhaite la bonne nuit. Si, vraiment ! Notez bien que vous me le devez un peu. Rien d’extraordinaire : je n’ai fait usage que d’une magie modérée. Vous me remercierez plus tard…

La suite, sous cette couverture (et sous d’autres couettes)

La vraie couverture n'aura pas le logo Fantasy.fr

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :