Comme ça s'écrit…


Serial writer repents

Posted in Djeeb par Laurent Gidon sur 14 mai, 2010

C’est la loi des séries. Celle qui dit qu’un écriveur de Fantasy un peu respectueux du lecteur ne peut que lui fournir une trilogie. Tout le monde s’y plie, même le Dieu Vance. Pourquoi pas moi ?

Parce que.
Je n’aime pas l’idée de proposer dans un livre une histoire qui ne se finit pas. Pour cela, j’aime beaucoup KJ Parker dont la trilogie Loredan est constituée de trois épisodes suffisamment disjoints et bouclant chacun leur histoire pour qu’on les lise sans se sentir obligé d’acheter les trois.

Oui, mais voilà : comment écrire plusieurs histoires avec Djeeb sans que cela devienne une truc-logie obligeant les lecteurs à passer à la caisse pour connaître la fin ?
C’est assez simple en fait. Il suffit de regarder comment font les auteurs de policier. Le héros récurrent est leur fond de commerce, mais ils n’ont jamais été assez mufles pour balancer une énigme non résolue. Le héros revient la fois d’après, prêt à relever le gant d’une nouvelle enquête. Il peut même y avoir une sorte de fil rouge chronologique qui permet de suivre l’évolution des personnages d’un épisode à l’autre, sans que ce soit au centre de l’histoire. On trouve ça aussi bien chez Ed Mc Bain que chez Fred Vargas. C’est agréable de les voir changer, ces personnages, tisser des relations, parfois mourir.

C’est ce que j’ai eu modestement envie de faire avec monsieur Djeeb Scoriolis.
Mais ce n’est pas facile, parce que je me suis mis des bâtons dans les roues.

D’abord, Djeeb le Chanceur ne devait pas avoir de suite. J’y racontais donc des trucs pour étayer le personnage, sans me poser la question de comment les traiter après pour les intégrer dans une histoire plus vaste. Comme dans la scène de fumette avec le vieux Herold, où Djeeb donne quelques éléments sur son passé. Sans le vouloir, j’y ai posé les bases d’épisodes à développer plus tard. Donc je ne peux plus écrire n’importe quoi.

Ensuite, j’ai envie d’écrire les Djeeb dans un ordre qui ne soit pas chronologique. On ferait plutôt une sorte de travelling arrière, aussi bien dans le temps que dans l’espace, pour découvrir un panorama de plus en plus large de l’Arc Côtier et de l’histoire personnelle du héros.
Le mouvement s’amorce dès Djeeb l’Encharmeur, la nouvelle de l’anthologie pour les Imaginales, qui décrit une brève aventure de jeunesse tout en livrant certaines clés des confins.
Ah oui, dira le lecteur un peu exigeant, mais alors pourquoi Djeeb n’utilise-t-il pas les informations glanées dans les landes de Skinia pour mener sa barque ensuite, jusqu’à Ambeliane ?
C’est tout le problème. Il faut faire gaffe. Donner des informations au lecteur, mais pas au personnage. Je m’en sors à peu près sur ce coup, mais c’était juste.

Pour Djeeb l’Encourseur, j’ai fait repartir le chrono en avant. L’histoire commence un ou deux ans après Ambeliane. Djeeb a dans les 35 ans. Mais il fallait éviter de trop verrouiller le passé, pour que d’autres histoires puissent venir y prendre place. Du genre Djeeb l’Estoqueur, où l’on retrouve un Djeeb adolescent en pleine formation. Une nouvelle qui sortira dans une anthologie Rivière Blanche. Plus tard.

Et là, autre problème : je maîtrise à peu près ce que j’écris, mais pas l’ordre des publications.
Que se passe-t-il si un lecteur croise une référence à une histoire qui n’est pas encore parue ? Rien.
Rien de grave en tout cas. Il me suffit de l’évoquer sans détails, mais en précisant la conclusion (sans spoiler la chute, si chute il y a) ou l’enseignement que le personnage a pu en tirer. Le lecteur pourra vérifier le reste plus tard, ou pas.

Là, j’entame la rédaction d’un troisième roman. Djeeb a dans les 25 ans, donc marche arrière par rapport à l’Encourseur, mais légère avancée sur l’Encharmeur. Il a déjà fait le coup de pointe à Saarminia et croisé la belle sorcière Angemine Sagamore. Encore plein de sève et d’illusions, il va sans doute les perdre entre Armane et Ragore. Comment vais-je m’y prendre pour expliquer certains points en suspend de l’Encourseur et du Chanceur sans perturber le lecteur qui découvrirait Djeeb dans ce volume ni lasser celui qui a tout lu ? Pas à la façon d’un Christian Jacq qui surcharge ses volumes de résumés et ses pages de « voire tome x » dont l’effet est des plus lourds, non : par petites touches prudentes, qui précisent le tableau ou seulement une zone. On les voit ou pas, ça n’enlève rien. On peut lire les autres histoire, mais rien n’empêche de s’en passer. On peut attendre que tout soit paru pour se les faire dans l’ordre, ou pas. Le lecteur est roi, il est chez lui, il fait comme il veut.

Je sais, ça fait un peu writer en série repenti. Mais c’est une forme de respect pour vous, lecteurs chéris d’amour. Je suis un saint, quoi. Une chance.

A lire avant ? Après ? Bah... comme on veut, c'est du Djeeb !

16 Réponses to 'Serial writer repents'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Serial writer repents'.

  1. Phil said,

    Laurent Gidon, le nouveau Robin Hobb ?

    Et après Djeeb (il faut voir loin), tu gardes le même univers ? A quand les prequels d’une saga parallèle dans l’Arc Côtier ?

    • Don Lorenjy said,

      Je laisserai des fan writers le faire (la consécration, wouaaaa)

      • Lucie said,

        Tu es donc POUR les fan-fictions ? C’est bon à savoir 😉

      • Don Lorenjy said,

        Heu… ça dépend : je touche combien ?
        (serial pognon !)

      • Lucie said,

        Bizarre , si je fais « répondre » ici, ça marche, mais « laissez un commentaire », rien n’apparaît…
        C’était juste pour dire que la fantasy n’avait pas inventé les sagas : http://annoncez.branchez-vous.com/d-sports-loisirs-livres-longueuil-john-galsworthy-la-dynastie-des-forsyte-LPCaZZ21095966

        😉

      • Don Lorenjy said,

        C’est juste WordPress qui t’avait identifiée comme indésirable… toi : un comble !

      • Lucie said,

        Bouhou ! J’espère que le jour où tu en auras marre de ce que je dégoise sur ton blog, tu me le diras 😉

        Du coup, tu vas le savoir que la Dynastie des Forsyte, c’est comme une trilogie de fantasy à rallonge 😉 Il doit y avoir d’autres exemples, dans le même genre, mais dans mon idée, c’est le fait qu’une saga (je pense à Robin Hobb) suit les personnages presque de leur naissance à leur mort, voire dans certains cas (Le Silmarillion !!) des familles sur des générations, des dynasties princières, etc.

  2. Lucie said,

    Ca n’est pas la fantasy qui a inventé les sagas à rallonge ! Regarde : http://annoncez.branchez-vous.com/d-sports-loisirs-livres-longueuil-john-galsworthy-la-dynastie-des-forsyte-LPCaZZ21095966
    (en plus, c’est bon ;))

  3. Travis said,

    Djeeb épisode 54 l’histoire se passe après l’épisode 65 mais c’est pas grave, après il y aura l’épisode 9 qui en fait se passe avant l’épisode 32….
    ça me rappel quelque chose…:-)

    De toute façon on s’en fiche on l’aime comme il est notre Djeeb.

    Sinon pour les publications je viens de lire un article sur un blog. Il est question d’un livre dont le personnage est récurant dans 6 livres qui se suivent (c’est du polar), mais l’éditeur a bien fait les choses il a d’abord publié le tome 5 et ensuite le 4, ce qui fait que l’on connait le dénouement du 4 au début du 5 et comme le 5 est sorti avant le 4 enfin vous me suivez…

    • Don Lorenjy said,

      Encore, quand c’est l’éditeur qui merdoie… Mais pour Djeeb, l’écriveur se met lui-même dedans.
      Heureusement que l’Arc Côtier est vachement plus petit que le Disque Monde.

      • Travis said,

        je veux une carte, et un dragon sinon c’est pas de la fantasy mon bon monsieur

    • Lucie said,

      C’est un peu comme ce qu’a fait Pygmalion avec les séries de Robin Hobb…

  4. silk said,

    Et c’est ainsi que dans quelques décades, un éditeur qui se voudra bien intentionné, souhaitera concevoir une intégrale de l’histoire de Djeeb, peut-être même avec cartes et gravures locales.
    Face à lui, il aura deux camps : les partisans de la chronologie d’écriture et les partisans de la chronologie du personnage…
    Pour éviter une guerre fratricide entre les fans et au « pauvre » éditeur des nuits blanches interminables, il va falloir que tu sois clair sur tes préférences sur la question ! ;-))

    • Lucie said,

      Mais en fait, comme ses préférences vont varier avec le temps, il y aura les lecteurs pour qui il faudra respecter les volontés de l’auteur au moment où il a écrit les romans, et ceux pour qui il faudra écouter ce qu’il a dit longtemps plus tard…

      Ca promet de belles discussions de forum, ça 😉

      • silk said,

        Donc, Gidon serait girouette ?
        Non. Il fera le nécessaire pour Djeeb.
        On en reparle… dans quelques décades. Promis. 😉

      • Don Lorenjy said,

        On ne les tient plus !

        Et le Djeeb de dans 2 ans, vous voulez qu’il parle de quoi ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :