Comme ça s'écrit…


Jeudi

Posted in Jeudi par Laurent Gidon sur 2 décembre, 2010

Son père fit demi tour et Roy fut obligé de le coller pour ne pas le perdre. Ils avancèrent jusqu’à un bosquet de cèdres et se mirent à creuser un abri dans une congère qui s’était amoncelée derrière les arbres, là où la neige est plus épaisse. Ils étaient déjà protégés du vent et Roy entendait désormais le souffle court de son père.
Et si ça s’effondre ? demanda Roy.
Espérons que ce ne sera pas le cas

David Vann – Sukkwan Island – éditions Gallmeister

Ne pas voir dans ce choix de citation une allusion météorologique, mais plutôt un rappel de l’espoir que nous plaçons dans les générations à venir alors que nous creusons, le souffle court, notre dernier abri.

Les autres citations, chez Chiffonnette.

Advertisements

7 Réponses to 'Jeudi'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Jeudi'.

  1. Gilles G said,

    Il écrit en français, David Vann ?
    (Dans ce cas, son nom a dû lui en valoir un certain nombre)

    (La bonne réponse est : Laura Derajinski)


  2. Nous n’empruntons pas la Terre de nos ancêtres, nous hypothéquons celle de nos enfants…
    Et oui, je garde en tête cette phrase (de je ne sais plus quel chef indien, et puis c’est même pas sûr !) chaque fois qu’on me dit que ça sert à rien, tout ça, que c’est déjà foutu.
    Bravo pour cette très jolie métaphore de notre société. Elle a le mérite de remettre les choses en perspectives.

    A.C.

    • Don Lorenjy said,

      C’est David Vann qu’il faut féliciter.
      En plus, rien n’est jamais foutu : tout se transforme.


  3. En fait, de dire que c’est déjà foutu, ça légitime le fait qu’il fasse n’importe quoi…

    A.C.

  4. Oph said,

    Dernier abri ou pas, j’ai reçu l’enveloppe de Paul Beorn aujourd’hui, et je n’ai qu’une chose à dire (mais très fort) :
    MERCIIII !!!

    J’ai tellement hurlé de joie que quand mon mari rentrera ce soir, la voisine du dessous l’attrapera sans doute pour lui dire qu’elle pense que j’ai profité de son absence pour faire venir un amant.

    • Don Lorenjy said,

      Je ne vois pas de quoi tu veux parler… 😉
      Désolé pour ton mari si j’ai joué l’amant du placard.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :