Comme ça s'écrit…


Jasmin dans ta gueule !

Posted in Non classé par Laurent Gidon sur 17 janvier, 2011
Tags: , ,

L’époque est à la communication. Le plus important, ce n’est pas de faire quoi que ce soit, c’est de trouver la formule qui le décrive de façon communicante. Le billet précédent en parlait déjà, sur un mode sans conséquence. J’y reviens, pour un truc un peu plus lourd.
Depuis trois jours, la presse parle de Révolution de Jasmin pour formuler en deux mots toute la complexité de ce qui s’est produit en Tunisie. Et tous de s’engouffrer dans ce titre facile, qui semble dire tout à la place de rien.
À titre perso, cela ne m’en fait pas bouger une, mais il faut se méfier des titres perso quand on n’est pas directement concerné. Ce matin, j’ai entendu Youssef Seddik s’en indigner sur France Culture. Deux petits mots qui sentent bon le mépris ex-colonial, comme s’il fallait à tout prix qualifier avec des noms de fleurs des combats inscrit dans l’âpreté et la durée, avec des morts.
Pour Youssef Seddik, la révolution à l’œuvre en Tunisie n’a rien de moins que la révolution française (à laquelle on met d’ordinaire des majuscules).
Est-ce que, pour qualifier 1789, les mêmes journalistes auraient parlé de Révolution de Brioche ?

Advertisements

12 Réponses to 'Jasmin dans ta gueule !'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Jasmin dans ta gueule !'.

  1. Lucie said,

    Là, pour le coup, je ne vois pas ce que ça a d’ex-colonial ! On a parlé de révolution des oeillets pour le Portugal, depuis, c’est une habitude. Il y eu la révolution des tulipes et la révolution des roses en ex-URSS (pas vraiment d’anciennes colonies françaises), la révolution du cèdre au Liban… sans oublier la révolution de velours, ça n’est pas une fleur, mais il y a la notion de douceur qui crée l’oxymore…

    Après, je trouve très bizarre qu’on nomme déjà ces événements qui ne sont pas terminés.

    Et je suis d’accord que le sens de la formule est envahissant au point d’occulter l’essentiel

    A propos, pourquoi j’ai reçu la newsletter avec « brouillon auto » ? Et pourquoi as-tu intitulé ton article « Jasmin dans ta gueule » ? Tu l’as aussi, le sens de la formule 😉

    • Lucie said,

      J’avais oublié la révolution de safran 😉

      Sinon, je cite wikipedia :

      De plus en plus d’opposants et de médias se mettent à parler de « révolution de jasmin »[43]. Vingt ans auparavant, le président Ben Ali avait déjà nommé sa prise de pouvoir la « révolution au jasmin »[44]. La fleur de jasmin est en effet le symbole de la Tunisie. Le terme fait aussi écho à d’autres mouvements ayant entraîné la chute de régimes dictatoriaux comme la Révolution des Œillets, au Portugal en 1974 ou la Révolution des roses, en Géorgie en 2003.

      • Silk said,

        En même temps, Wikipédia, suivant les articles, il y a à boire et à manger là-dedans…

        Mazis je suis d’accord que donner un nom à un « évènement » qui n’est pas terminé, est un brin ridicule, pour ne pas dire pire…

      • Oph said,

        C’est surtout ça, oui : donner un nom à une période de l’histoire d’un pays qui vient à peine de commencer et qui, selon toute probabilité, va durer au moins quelques mois.
        Ne peut-on pas attendre de voir comment tout cela va tourner pour le peuple tunisien et pour le monde, avant de commencer à nommer les choses ?

      • Lucie said,

        A moins que, justement, ce nom n’ait été choisi comme un slogan par les gens eux-mêmes…

    • Don Lorenjy said,

      Tu as raison sur tous les points, mais comme je l’écris plus haut, c’est l’avis de Youssef Seddik, qui lui y voit du mépris post-colonial.
      Quand on se dit « bah, c’est pas grave » alors qu’on nest pas concerné, c’est le moment de chercher à comprendre pourquoi ceux qui sont concernés s’énervent. Ou au moins à relayer.
      Et le jeu de mot minable en titre sert à montrer qu’à trop chercher la formule on dit n’importe quoi.
      (sinon, pour l’auto-brouillon, je ne vois pas)

      • Lucie said,

        oui, j’avais bien compris que c’était l’avis de Youssef Seddik, mais je n’ai pas entendu l’émission, et je ne sais pas où lui répondre, du coup, si tu fais le relai dans un sens… 😀

        blagàpart (je peux ?), wikipedia semble dire que l’expression vient d’opposants tunisiens eux-mêmes. Alors bon, à vérifier bien entendu, mais ça serait en réponse à Ben Ali qui avait nommé sa propre prise de pouvoir la « révolution AU jasmin ». Du coup, je ne comprends pas l’indignation de Youssef Seddik. C’était dans quelle émission ? Si je peux l’écouter sur le net, je comprendrai peut-être mieux…

  2. Sylmar said,

    Dans les matins de France Culture du jour, où Fourest s’est indignée (sic) de voir son propos ramené à un discours paternaliste. On dirait que Youssef Seddik a été piqué au vif par les « remises en perspective » de Slama, entre autres. Mais ai-je bien entendu … ?

    • Don Lorenjy said,

      Oui, c’est là. Mais je n’arrive pas à retrouver l’indignation de Seddik dans les écoutes différées.


  3. En tout cas, vu le silence gêné de nos chers gouvernants à propos des évènements en Tunisie, on ne peux quand même pas nier les relents colonialistes de cette affaire.

    A.C. de Haenne

    • Silk said,

      C’est surtout que, comme tant d’autres dirigeants aux méthodes douteuses avant et après lui, Ben Ali a été reçu avec tous les honneurs par L’Elysée. Et vice-versa. Alors, quand ça vire vinaigre, certains se font tout petits dans leurs petites chaussures pour être le moins éclaboussés possible…

    • Don Lorenjy said,

      Il faut faire la part du parler diplomatique normal (« grand ami de la France ») et la prise directe d’intérêt. Je ne sais pas jusqu’où chacun de nos politiques (pouvoirdeux ou oppositionniste) est allé dans la palpation BenAliesque pour expliquer les silences…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :