Comme ça s'écrit…


Expression libre

Posted in Réflexitude par Laurent Gidon sur 20 mai, 2011
Tags: , ,

Voilà ce qu’il a dit (c’est traduit, et en plus recopié depuis un site de presse, vous pensez bien que je n’y étais pas) :

« Pendant longtemps j’ai pensé que j’étais juif et j’en étais heureux. Puis j’ai rencontré Suzanne Bier (réalisatrice danoise et juive) et ma joie a passé. Mais ensuite, j’ai découvert que j’étais nazi. Que ma famille était allemande. Et ça aussi m’a procuré un certain plaisir. Comment dire ? Je comprends Hitler. Je pense qu’il a fait de mauvaises choses, oui, mais je peux imaginer sa solitude, dans son bunker à la fin. Attention, je dis seulement que je comprends l’homme. C’est pas vraiment un brave type, mais je comprends de quoi il est fait et je sympathise un peu avec lui. Mais bien sûr je ne suis pas pour la Deuxième Guerre mondiale, je ne suis pas contre les juifs. Je suis de leur côté évidemment, mais pas trop, parce qu’Israël fait vraiment chier. »

Lars von Trier a dit aussi que l’esthétique nazie le passionne. Et en désespoir de cause que, OK, il est un nazi.
Levée de boucliers. Inacceptable, on ne peut pas dire ça, personna non grata… Jusqu’à certains qui affirment sur facebook avoir pu tracer cette idéologie nauséabonde dans l’œuvre de Von Trier, dès Breaking the waves, et se réjouir que l’homme soit enfin pilorisé en compagnie de ses films qui puent.
Ouais.
D’abord, selon moi, on peut tout dire… et en accepter les conséquences. Lars s’est excusé (d’avoir dit ou d’avoir été mal compris ?) et a accepté son éviction personnelle du Festival de Cannes. Prise de conscience, acceptation. Voilà pour la forme.
Pour le fond, je cherche. Je ne sais pas ce qu’il reproche à Suzanne Bier, on va les laisser régler ça entre eux, mais la limiter à sa judéité me paraît stupide. OK, Lars von Trier dit des choses stupides et en pense peut-être. Qui ne le fait pas ?
Comprendre Hitler ? Il n’est pas le premier, et le film La Chute a fait preuve bien avant lui d’une empathie à la fois superbe est nécessaire. Le monstre était un humain, accompagné d’humains, il faut l’accepter et accepter ce que l’on a de commun avec lui. Je comprends Lars.
Israël fait chier ? C’est peu dire, cela remplit les journaux et encombre les programmes d’histoire. Peut-être ne faut-il pas se limiter à l’un des belligérants, et surtout ne pas assimiler les juifs de la Shoah à l’Israël d’aujourd’hui. Le raccourci est bête, facile, digne d’Armadinedjad, mais relève toujours de la liberté d’expression. Une brève plongée dans n’importe quel Café du Commerce en apportera la preuve à tout esprit curieux. OK, Lars von Trier n’est pas plus malin qu’un pilier de comptoir. Je relève seulement que personne ne s’insurge du rapprochement nazi/allemand, comme si tous les Allemands avaient été nazis.
Ce qui m’amène à la passion, que je traduirais plutôt par fascination, pour l’esthétique nazie. Les idées d’Hitler ont-elles suffi à embrigader tout un pays (moins quelques résistants et une forte proportion d’indifférents) ? Je ne crois pas. C’est le pack complet qui a fait le boulot. La voix, le décor, les costumes, la musique… l’esthétique nazie. Cette cohérence totale qui a fait croire à M. Schlutz, honnête buveur de bière bavarois, qu’il serait un peu le maître du monde, ou en tout cas qu’il pouvait le devenir. J’ai eu la chance de jouer un match de rugby a Berlin dans le stade des Jeux Olympiques. J’étais logé dans l’ancien quartier général de Goering. J’ai vécu au quotidien l’effet d’une esthétique qui vous fait vous sentir invincible et vous inféode en même temps à un pouvoir qui vous dépasse. Mais je retrouve la même adéquation d’objectifs et de moyens à Babylone, dans l’Égypte, la Grèce et la Rome antiques, certaines civilisations de l’Amérique précolombienne, certaines périodes dans l’histoire de la Chine et du Japon, et bien sûr à Hollywood entre les années 30 et 50 (tiens ?). Von Trier est plus fasciné par l’esthétique nazie ? OK. Vue son histoire personnelle, je le comprends. L’esthétique totalitaire est fascinante, c’est sa raison d’être.
D’autres s’effarouchent de ses propos ? Je les comprends aussi. Je comprends surtout quelles peurs cela réveille en eux. Être en paix avec ce qui est et ce qui a été demande plus d’efforts que l’indignation réflexe, giclée d’adrénaline de la pensée correcte.
Plutôt que de conspuer ou d’exclure Lars von Trier d’un festival qui l’a déjà honoré, j’aurais envie de me pencher sur l’homme et l’aider à panser quelques blessures encore vives. Sont-elles à l’origine de son œuvre ?
D’où mon envie aussi de le remercier pour ce fardeau qu’il porte et pour les émotions que m’ont offertes ses films, avec une tendresse particulière pour Les Idiots, allez savoir pourquoi…

Edit : voici la conférence de presse en VO, pour que chacun comprenne bien le degré d’ironie, mais aussi de déchirement intérieur dans les propos (un côté fuite en avant pathétique). Notez la fin, pas ou peu reprise ailleurs, où von Trier parle de la tendance à faire les choses à une sacrée échelle que nous avons, « nous Nazis », ainsi que de « solution finale pour les journalistes »…

Publicités

17 Réponses to 'Expression libre'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Expression libre'.

  1. Vordaï said,

    Moi, il me fait penser à quelqu’un dont les films n’ont plus grand chose à dire, et qui le masque comme il peut, mais ça n’est que mon opinion…

    • Don Lorenjy said,

      Peut-être… On peut supposer ce qu’on veut et s’en tenir à ce qu’il dit (ou fait)

      • Vordaï said,

        Oh, j’avais laisser un message mais il doit être passé à la trappe j’ai eu un souci de connection. Oui, je disais justement, que, mais ce n’est qu’une opinion, ben depuis Le Director, il me semble coincé dans son obsession « impuissance/castration », et j’ai l’impression tenace d’une vacuité cinématographique de plus en plus visible, et de gesticulations un peu désespérées, histoire qu’on ne voit pas que le roi est nu. Donc, voilà ce qu’il fait, ben bof quoi… Après c’est et ce n’est qu’une opinion qui est la mienne.

      • Don Lorenjy said,

        Tu as raison.
        Disons que ce qui m’a surpris, ce sont les réactions à ce qui n’est pas une si grosse affaire. Et les discours parfois proches du lynchage.

  2. Oph said,

    Dans le genre « j’arrive au point Godwin et j’en suis fier », au moins, Uwe Boll a le mérite d’être complètement ridicule, et par là même, drôle.

    • Don Lorenjy said,

      En l’occurrence (réponse à une question lors d’une conférence de presse) je crois qu’on est très loin du point Godwin en tant que vérification de la loi de Godwin.
      Quant à la fierté… peut-être. Mais pas que.

  3. Kirawea said,

    La fascination pour l’esthétique totalitaire … Pour avoir découvert très récemment Alain Soral et son parcours, et à peine moins récemment l’écrivain Marc-Édouard Nabe (attention, je n’assimile pas l’un à l’autre, hein !), et l’avoir fait dans les deux cas avec un intérêt qui m’a surpris, j’ai envie de rapporter ça à une fascination plus globale pour tout ce qui est extrême, provocateur, dérangeant …

    En tout cas j’aime bien ton approche de la situation, on a toujours intérêt à aller voir ce qui se cache derrière le masque et à ne pas s’arrêter aux hypothèses les plus faciles.

    • Don Lorenjy said,

      L’esthétique des états totalitaires (le nazisme, quelle extraordinaire direction artistique !) est fascinante parce qu’elle marche, très bien, et à très grande échelle. En foutre plein la vue, c’est le meilleur moyen de galvaniser, de parler aux tripes (surtout si elles ont faim) en court-court-circuitant le cerveau. Au point de vue technique, c’est… fascinant.

  4. Alex Terror said,

    parlons aussi de la question qui a tout déclenché. je la reproduis texto :

    « Parlez-nous de vos origines allemandes et de l’aspect gothique de ce film. De plus, dans une revue danoise, vous avez dit que vous vous intéressiez à l’esthétique nazie. Est-ce que vous pourriez nous en parler plus longuement? »

    relisons ensuite la réponse de LVT… comment ne pas comprendre toute l’ironie et la provocation de LVT à cette question tendancieuse qui contient en soi la réponse de LVT « je suis allemand donc je suis nazi »? ça fait 20 ans qu’on lui parle de sa fascination pour l’esthétique nazie, sans chercher à comprendre, en condamnant à priori. je comprends qu’il en est eu marre, tout en déplorant sa maladresse. et oui, il n’a rien du mec machiavélique qui a fait le buzz, comme certains le prétendent. tu fais bien de souligner sa douleur, ses traumas. je parlerai aussi d’une certaine pudeur mal cachée derrière des élans provocateurs qu’il ne contrôle pas. la marque en soi de quelqu’un de terriblement angoissé.

    la curée à laquelle on assiste, les amalgames qui sont faits dans la presse, tout cela est indigne. beaucoup plus que la sortie de route de LVT, véritable maladresse d’un mec qui n’était pas à sa place, pas apologie du nazisme comme certains l’affirment. le monde n’est que cruauté, LVT a raison. Revoir Europa pour comprendre le fonds de sa pensée.

    • Don Lorenjy said,

      Merci d’avoir fait remonter la question initiale.
      Et d’accord avec toi sur l’exaspération de von Trier, lisible dans sa dernière remarque sur la solution finale pour les journalistes. Pas très malin comme approche (on dirait du Berlusconi), mais révélateur.

  5. Tara said,

    Moi, ce que je vais retenir dans cette histoire, c’est que notre chère liberté de presse, de parler, d’avoir des idées, est une fois de plus malmenée.
    Je ne connais pas Lars, je n’ai vu aucun de ses films et globalement, ce type m’indiffère. Mais que quelqu’un trouve ne serait-ce qu’un point de détail à observer (admirer ?) chez les nazis et il en devient un de facto.
    Et même, à plus petit niveau, rien qu’avec les trois lignes au dessus, je me sens déjà obligée de rajouter que conchie l’idéologie nazie pour ne pas qu’on se méprennent sur mes propos. Il y a là quelque chose qui n’est pas normal. On musèle un peu trop au nom de la tolérance.

    La seconde chose que je vais retenir, c’est ce billet, qui veut comprendre au lieu d’accuser, c’est si rare que ca mérite à minima un commentaire d’encouragement.
    Merci Don.

    • Don Lorenjy said,

      Nous ne sommes heureusement pas si rares à ne pas dégainer la pensée correcte en réaction réflexe à des mots aussi efficaces pour certains que si l’on pressait de boutons ou agitait des chiffons rouges.

  6. Marco said,

    Ah oui, excellent billet. J’avais tout de suite pensé à « La Chute » aussi, quand il parlait de « sympathie ». S’il n’y avait pas eu toutes ces réactions grotesques (que dire de son éviction du Festival, franchement?), je me serais dit: qu’il est lourd dans sa provoc de mauvais goût. Mais là, je me dis surtout: qu’ils sont cons et moutonniers, tous ces medias.

    • Don Lorenjy said,

      Cela devient une phrase automatique dès qu’on parle de Cannes cette année : « le Festival, plombé par les propos inadmissibles de LvT ».
      En disant « indignez-vous ! », Hessel aurait dû préciser un peu plus…

  7. Isa said,

    C’est reposant de lire ce billet. Reposant parce que je voulais soulevé à peu près les mêmes points et que je n’ai pas eu le temps de faire un long billet argumenté, ni le courage de répondre à la polémique que ça pouvait engendrer. Je suis contente d’avoir pris le temps de venir ici pour lire ça 🙂

    (En fait, à l’origine j’étais venue là pour voir si tu serais là aux Imaginales. Tu n’en parles pas ?)

    • Don Lorenjy said,

      Content que ça t’ait plu. Et tu vois, pas de polémique ici : ce blog est troll free.
      Pour Épinal, je n’ai pas le temps (et surtout pas les sous) pour cette année. Amusez-vous tous bien là-bas.

      • Isa said,

        Ce blog est troll free ET tu as su rédiger ce billet avec assez de nuances pour ne pas déclencher de réactions épidermiques. Pour ma part, je n’étais pas sûre du tout d’arriver à exprimer mes pensées aussi clairement.
        Dommage pour Épinal. L’année prochaine, j’espère 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :