Comme ça s'écrit…


Étoiles en mères

Posted in Réflexitude par Laurent Gidon sur 15 juin, 2011

La grande ourse s’obstine à traverser nos nuits de juin juste au-dessus du jardin. Pourtant personne ne la regarde.

Ou alors il faut imaginer une armée d’amoureux discrets, persuadés d’entretenir chacun une liaison secrète avec la constellation. Ils sont là, dans le même silence que moi. Et ils offrent leurs yeux.
La somme de leurs vibrations solitaires crée une énergie que nous rendons aux étoiles. C’est peu, mais c’est le moins que nous puissions faire. Après tout, nous sommes parents.
Cette lumière qui vient frapper ma rétine, ces quelques photons en maraudes, ils ont traversé l’incommensurable depuis leur forge à atomes. Il s’en produit, là-bas, et plus près aussi, des assemblages inédits qui attendent leur plan de montage.

Nous venons tous de là, enfants des étoiles, bouillon recyclé et à peine réorganisé par la vie. Et nous nous dressons, fiers, uniques, assurés de notre supériorité sur la simple matière, en nous demandant « pourquoi tout cela ? ».

Pour nous, probablement. Sinon, ce serait un sacré gâchis d’espace et de temps.

 

Publicités

7 Réponses to 'Étoiles en mères'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Étoiles en mères'.

  1. Oph said,

    De moi à toi, à titre de confidence (quoi, le monde entier peut lire ?) :
    J’adore la Grande Ourse. C’est la constellation la plus facile à repérer, et elle m’a accompagnée dans bien des marches nocturnes parfois pas rassurantes, comme une silhouette maternelle grâce à qui je me sentais moins seule. Maman Ursa.

    Mais je n’ai pas l’orgueil de me demander pourquoi, persuadée que je suis qu’il n’y a de raison, ni à la forme de la Grande Ourse, ni même à notre présence sur ce caillou bleu et brun.


    • Je ne sais pas si l’orgueil vient s’exprimer dans la question « pourquoi ? » ou plutôt dans les réponses péremptoires (perpendiculaires ?) qu’on a pu y apporter…

      • Oph said,

        Pour rester dans le ton : c’est pas faux !

  2. Silk said,

    Pour moi, la Grande Ourse est et restera la Grande Casserole.. ;-).
    C’est ainsi qu’elle me fut décrite étant gamin pour que je puisse vraiment l’identifier au sein de la voûte étoilée.
    D’accord, c’est sans doute moins poétique, mais je n’ai jamais su voir un plantigradre dans ces sept étoiles. Je dois avoir moins d’imagination que je veux bien le croire…
    L’histoire s’est en plus compliquée lorsque une jeune astronome est intervenue en classe (CM2, j’avais 10 ans) et nous a expliqué que les étoiles n’étaient pas toutes à la même distance de la Terre et que les constellations qui semblaient former un tout n’était en fait qu’une illusion.
    Une autre chose qui m’est resté de son intervention est qu’elle nous expliqua que les planètes du système solaire avaient beau être à plusieurs centaines de millions de kilomètres, c’était « la porte à côté » par rapport à la taille de la galaxie et de l’univers… et que la lune était « dans le placard » de la classe où nous nous trouvions ! 🙂
    Cette jeune femme est à la source de ma fascination et de mon intérêt pour l’Espace et ses mystères.

    Ceci étant dit, le « Pourquoi ? » m’a toujours moins interessé que « Qu’est-ce qu’il peut bien exactement y avoir là-haut ? ».
    Et le plus fascinant est quand j’imagine qu’au moment où je contemple la nuit, il y a peut-être, au même moment, à plusieurs centaines de milliards de milliards de kilomètres d’ici, mais « en face de moi », sans rien d’autre que le vide sidéral et un peu de poussière et de gaz entre nous, un être qui ne me ressemble physiquement en rien mais qui se pose les mêmes questions en regardant dans « ma » direction…

    Ceux qui ont peur de la nuit et ne savent pas rester sans veilleuse à leur côté ne savent pas ce qu’ils ratent…!


    • Grande casserole, oui.
      Avec beaucoup d’efforts, j’arrive maintenant à la voir comme un charriot. Mais où est passé le poney ?

      • Silk said,

        C’était Pégase… Il est allé jouer plus loin depuis. 😉

      • Oph said,

        Meu non… C’est un cerf-volant avec trois rubans à sa queue !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :