Comme ça s'écrit…


Are you experienced ?

Posted in Vittérature par Laurent Gidon sur 22 juin, 2011
Tags: , , , , ,

Hier soir, c’était fête de la musique.
Et faut reconnaître, dans le quartier ça a été sa fête !

Mon fils m’a piqué la rallonge à enrouleur pour tirer son ampli au centre du lotissement. Tout les potards au max (rappelez-vous, un ampli c’est On ou c’est rien), et c’était parti à grands coups de médiator sous l’œil ahuri des voisins. Sans parler des oreilles.

Perso, je suis resté légèrement en retrait avec un bon gros sourire banane. S’éclater, c’est un peu une question de moyens et beaucoup une affaire de disponibilité.
Jusqu’à ce que mon fils se tourne vers moi pour me tendre la guitare.
Un indice quant à mon état d’esprit : j’ai touché ma première guitare à Noël dernier…
Devant nous, un parterre de gosses hilares cutés sur le goudron. Moyenne d’âge dix ans. Dopés au Colonel Reyel, avec des dents pleines de bagues. Et une rangée plus lointaine d’adultes outrés. J’entendais leur pensée : « Tu vas laisser encore longtemps ton gamin faire ce raffut ? »

Alors j’ai pris la guitare. Potards au max. Avec pas mal de flanger et un max de reverb. Disto ? What disto ?
J’ai enchaîné les trois ou quatre riffs que je connais. Et surtout je me suis lâché sur une version impro de Interstellar Overdrive, parce que c’est facile et que ça fait un boucan inouï (enfin, inouï en 1966… année de ma naissance d’ailleurs).

Bon, j’admets avoir eu un peu de mal à replacer les power chords de Cocain, mais globalement j’ai été parfait.
Tel quel : je me suis dit que j’étais parfait. Peut-être pas en tant que guitariste, mais en tant qu’être humain.

Et j’ai un scoop pour vous : vous êtes parfaits aussi !
Nous sommes tous parfaits pour éprouver l’expérience de ce que nous devons vivre.
Le monde est parfait tel qu’il est, parce qu’il EST l’expérience (42, bordel !).

Disons que, pour moi hier soir, l’expérience était de me lancer sans filet mais avec ampli devant tous les voisins et de faire preuve d’enthousiasme et d’incompétence à parts égales. J’aurais pu jouer l’adulte et dire à mon fils que non, je n’allais pas le faire, y a des limites. Ou faire durer le truc assez longtemps pour qu’un furieux viennent me désosser l’Ibanez en travers de la gueule avec le Roland en pastille digestive.
Mais non, l’expérience a été ce qu’elle devait être.

En fait, j’ai l’impression qu’il existe au moins deux types d’expérience.
En relation à soi-même.
En relation avec les autres.
C’est schématique, mais ça couvre large. Les deux sortes sont très fortes, sans que j’y mette la moindre hiérarchie. Et, à l’instar d’autres formes d’expression artistique, publier un livre cumule les deux types d’expériences.
D’abord entre soi et soi lors de l’écriture, et chacun vivra l’expérience avec l’intensité qui lui est propre.
Puis en relation avec l’autre lors de l’édition, de la publication et des réactions qui ne manquent pas d’arriver (le manque de réaction faisant aussi partie de l’expérience).

Je me remercie donc de m’avoir fait vivre tant d’expériences d’écriture. Je vous remercie d’avoir démultiplié ces expériences par votre simple existence, gentils éditeurs et lecteurs.
Et je remercie mes voisins, parce que franchement, ils le méritent !

Et vous, are you experienced ?

Patti s'éclate mais Jimi rit !

Advertisements

7 Réponses to 'Are you experienced ?'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Are you experienced ?'.

  1. Silk said,

    Ton expérience de la nuit dernière, l’impression qu’elle t’a laissé, m’a aussi fait penser à toutes « nos » premières fois ! Premier jour dans un nouveau lieu (école, travail), premier examen, « première fois », et tous ces évènements qu’on anticipe mentalement pour une raison ou une autre et qui bien sûr se révèle généralement très différent de ce qu’on a pu imaginer.

    La Fête de la Musique… Ce que j’y apprécie, même si ça doit parfois finir par flinguer un brin les tympans sur la longueur, c’est justement que tout le monde peut s’y coller sans demander d’autorisation et les plus audacieux sans même un réel talent (Je ne parle pas ici de ta propre performance, à laquelle je n’ai pas eu la chance d’assister, mais bien sûr de manière générale 😉 ) : c’est l’intention et l’enthousiasme du partage musical qui compte et tout le monde finit toujours par y trouver quelque chose pour lui plaire.
    Personne n’aura l’idée de venir demander à ce que le son soit baissé, que le style ou le talent du musicien ou du chanteur soit reconnu ou pas.
    Toutes les musiques n’adoucissent sans doute pas les moeurs, mais cette communion musicale d’une nuit permet chaque année depuis près de vingt ans de voir ses contemporains, et souvent, même certains voisins, sous un jour (pourtant largement nocturne…) souvent très différent de l’habituel.
    Et c’est aussi là que je me prends à regretter que la « Musique » soit toujours aussi mal enseigné dans les collèges : la majorité des élèves n’y voient rien d’autre qu’une perte de temps, une source d’ennui… Pourtant, qui n’aime vraiment aucune musique ?


    • Chaque fois est une première fois. Plus on pense maîtriser une action, plus on risque d’être surpris par l’imprévu, ce qui ne ressemblera pas aux autres fois.
      Tiens, ça me donne une idée pour un prochain billet philo…

  2. Kirawea said,

    C’est marrant, je suis justement dans une période où je redécouvre l’importance des premières fois comme puissante source d’enthousiasme de la vie. Et comme « papier carbone » des sensations …

    Cette année au Brise Glace j’ai apprécié un groupe qui s’appelle Zone Libre. Sur la scène à un mètre de moi se tenait Serge Teyssot-Gay, naguère guitariste de Noir Désir, et l’une des guitares qu’il a utilisées portait un autocollant qui disait « Life is too short for guitar solos ». 🙂


    • Au Brise Glace… à Annecy ?

      • Kirawea said,

        Oui M’sieur !


      • Alors… pour ou contre Annecy 2018 ?

      • Kirawea said,

        🙂
        Eh bien tu vas pouvoir te féliciter parce que je fais partie de ceux qui sont plutôt contre à la base mais sans avoir trop creusé le sujet (et donc sans militer, on a sa dignité intellectuelle), et ton article d’aujourd’hui me donne envie d’approfondir.
        De plus je vais pouvoir en discuter avec ma chérie car comme elle travaille à la fédération de pêche elle est encore plus sensibilisée sur les sujets qui touchent à l’environnement (je lui ai d’ailleurs transmis ton billet).


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :