Comme ça s'écrit…


Me, myself and I

Posted in Djeeb,Réflexitude par Laurent Gidon sur 13 juillet, 2011
Tags: ,

Ce matin, une amie lointaine mais chère m’a appelé pour parler un peu de la vie, l’univers et tout le reste. Elle vient de finir Djeeb le Chanceur et me dit, avec quelques précautions, avoir su lire mon profond mal-être au travers de cette histoire fantasque.

Je ne me rappelle plus mon état d’esprit lors de la rédaction de ce roman. Tout au plus me souviens-je de quelques semaines enfiévrées et de tendinites dues à l’abus de clavier. Mal-être ? Si on me le dis, je prends et accepte.

Il n’y a rien de plus précieux pour l’être qu’une information donnée sur sa personne.
Dans une démarche de recherche de son Soi véritable – seule démarche qui vaille, si vous m’en croyez – l’aide extérieure ne fait pas tout, mais il faut remercier ceux qui vous l’apportent. Spontanément, et quelle que soit la forme de cette aide.
Réussir à être soi, ou plutôt devenir ce que l’on est vraiment, n’est pas une aventure égoïste. C’est même à mon sens la seule forme d’altruisme bien ordonné. Commencer par réaliser l’accord intérieur. Trouver ce lieu intime où le potentiel et l’actuel se rejoignent pour ne faire qu’un, honnête et sincère. Sinon, on se borne à porter des masques, habiter des costumes mal taillés, jouer des rôles mal écrits. Et toute relation s’en trouve biaisée.
Il m’a fallu l’expérimenter longuement pour le comprendre avec suffisamment de profondeur. Le sentir, quoi.

Ai-je progressé dans la paix avec moi-même depuis ce premier Djeeb ? Peut-être, ou pas. L’abandon de Djeeb 3 en cours de rédaction peut en tout cas marquer un pas sur cette voie nécessaire. Il n’y avait plus de plaisir, plus de besoin, peut-être plus de mal-être à exprimer par le truchement d’un personnage dont les couleurs brillantes n’étaient pas miennes.
Je est maintenant ailleurs. Je est débarrassé des oripeaux de l’auteur en mal de lecteurs. Je… suis !
Et vous ?

Être suffisamment soi pour accepter l'autre dans son mouvement

Des lecteurs observateurs auront noté que Djeeb pratiquait une certaine forme d’aïkido. Hasard ?

Advertisements

15 Réponses to 'Me, myself and I'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Me, myself and I'.

  1. Silk said,

    Je comprends parfaitement ce besoin d’être dans un état d’esprit qui permette d’être en accord avec le personnage dont on compte les aventures.
    Mais je dois avouer que le lecteur qui attendait les clés des mystères de l’Arc Côtier que je suis est quand même triste d’apprendre que tu as abandonné Djeeb…


    • J’y reviendrai peut-être.
      Et puis, je peux t’envoyer les 6 chapitres déjà écrits 😉

      • Silk said,

        Dans l’absolu, ce ne serait pas de refus : j’ai beaucoup apprécié que tu m’aies permis de lire la suite de ARIA (Encore Merci !).
        Mais d’un autre côté, si le présent récit n’est pas terminé, j’ai peur de rester sur un sentiment de frustration encore plus intense que si je me contente d’attendre que tu arrives un jour au bout…
        Ce que je te souhaite, non pas en souhaitant que tu retrouves forcément l’état d’esprit exact dans lequel tu as commencé la vie de Djeeb, mais celui qui te mettra complètement en accord avec toi-même et ainsi te permettra de finir ce qui a été entrepris et laissé en suspens.
        Je sais être patient à mes heures… 😉


      • On fait comme ça alors.
        D’autant que du temps, il y en a…

      • Silk said,

        J’espère bien qu’on a encore largement le temps !
        Sinon, ça voudrait dire… que les obsédés de 2012 ont peut-être raison !
        Et ça, ça me ferait bien… aller aux toilettes !
        …Si je puis dire. 😉

      • Oph said,

        Hein, quoi ? Il y a une suite à Aria ? Où ça ?


      • Sur mon disque dur.

      • Oph said,

        J’ai du mal, encore, avec les phrases qui servent, non pas à dire ce qu’elles ont l’air de dire, mais à faire passer un sentiment général (ici, de l’ordre de « moiveumoiveumoiveux »).
        Je me doutais bien que le texte avait des chances d’être sur ton disque dur. 🙂


      • Ah oui, mais ça vaut pas : faut déposer une demande en un nombre d’exemplaires calculé selon une fonction non linéaire de l’âge du capitaine, alors…
        Ou bien tu peux juste regarder ta boîte mail.

      • Oph said,

        Laurent est grand, Laurent est fort, Laurent est généreux. 🙂


      • … et Laurent n’écrit pas que pour se dégourdir les doigts 😉

  2. Kirawea said,

    J’imagine qu’il est presque impossible de ne pas mettre au moins un peu de soi dans le personnage central d’une histoire qu’on invente !

    Je fais le tri dans tout ce que ce billet m’évoque (histoire de ne pas partir dans un de mes délires comme sur le dernier concernant les JO), et en auto-référence sur un des précédents je dirais que ça me fait penser à une chanson très intimiste de Zazie qui s’intitule Si j’étais moi.
    Ce passage-ci pourrait te concerner :
    … ni les pages à écrire
    ni de trouver les mots pour le dire
    ne me feraient peur

    :o)

    • Kirawea said,

      Caramba, j’ai encore raté mon smiley !


      • Partir dans un de tes délires ? Mais si tu ne le fais pas ici, alors où ?
        Il y a du temps et de la place, vas-y…

      • Kirawea said,

        Merci pour cette invitation !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :