Comme ça s'écrit…


Lettre à Terrence Malick

Posted in Admiration par Laurent Gidon sur 16 juillet, 2011
Tags: , , ,

Cher Monsieur Malick,

Permettez-moi de vous remercier pour votre film The Tree of Life.
Il a déjà été beaucoup écrit à son sujet, vous le savez sans doute, mais peut-être n’avez-vous pas connaissance de ces deux approches (ici et ) qui vous mettront j’espère le cœur en joie. Pour ma part, je ne vois pas l’intérêt d’une nouvelle critique, ni pour vous, ni pour ceux qui ont aimé votre film, encore moins pour ceux qui ne l’ont pas aimé ou ont préféré ne pas le voir.

Alors pourquoi vous écrire plus avant ? Les remerciements étant posés, que me reste-t-il à vous dire ? Peu de chose, sinon partager mon sentiment. Mon épouse a trouvé qu’il s’agissait d’une longue et magnifique prière. Peut-être bien. Magnifique, oui, sans le moindre doute, que ce soit par la simple beauté des images, leur alliance avec la musique, ou certains moments d’une grâce rare. Longue, je n’ai pas trouvé.

Pendant la brève expérience de The Tree of Life, j’ai eu souvent envie de vous dire combien j’appréciais de voir le cinéma utilisé ainsi. Pas seulement pour raconter une histoire. Pas seulement pour faire réagir. Mais bien pour partager, harmoniser, synchroniser en douceur les émotions de l’assistance.
Là où le génie de Cassavetes pouvait heurter jusqu’au malaise, vous avez su trouver et déployer la note qui s’accorde à l’humain. Cette note inclut toute vie, même les ricanants qui brocardent votre « métaphysique de bazar » : ils ne se rendent pas compte que ce qu’il rejettent du film, c’est justement la finesse avec laquelle vous les avez fait sortir de leur condition étroite pour entrer dans quelque chose de plus large. Leur besoin de retourner vite dans leur case et de vous enfermer dans une autre ne vient-il pas de cette réussite ?

Merci donc pour cette expérience. Merci de nous avoir laissé trouver chacun notre lien entre les images, entre les idées. Merci pour votre façon de poser les questions sans asséner les réponses.
D’ailleurs, les avez-vous ces réponses ? Peut-être pas. J’ai plus senti dans The Tree of Life l’espoir d’une réponse que sa quête. Et j’ai même eu parfois envie de vous chuchoter « Oui, n’ai pas peur, la réponse existe, en chacun de nous. »
Car c’est peut-être le vrai sujet de cette lettre : quelle peur ressentez-vous face à l’idée que vous vous faites de Dieu ?
La peur qu’il vous juge ? Abandonnez la, c’est vous-même qui vous jugez, et durement.
La peur qu’il vous abandonne ou cesse de vous guider ? Débarrassez-vous en, faites-vous confiance et suivez votre plus haute aspiration : vous savez où aller.
La peur que tout ceci n’ait aucun sens ? Mais vous savez bien que l’expérience même, acquise et partagée, est ce sens.
Alors, outre ces mercis, je n’aurai qu’un mot de plus : continuez.

Bien à vous,

Laurent Gidon

Advertisements

2 Réponses to 'Lettre à Terrence Malick'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Lettre à Terrence Malick'.

  1. Marco said,

    Et la jeunesse 10 + 2, elle en dit quoi?
    Eh! je découvre un nouveau blog grâce à ton billet (ton « là » – le « ici », je ne le connais que trop;), très intéressant, vraiment.


    • La jeunesse dit qu’elle a préféré rester à la maison. Et comme je ne me sentais ni Brad ni Pitt, je l’ai laissé tranquille.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :