Comme ça s'écrit…


Un peu d’élan

Posted in Vittérature par Laurent Gidon sur 28 septembre, 2011

Les mardis et vendredis soirs, je monte à vélo ouvrir la salle d’escalade du village. Pas pour y grimper – l’escalade, c’est plutôt falaise – mais pour m’y suspendre à des prises en résine et surtout discuter avec les copains. Parfois mon fils aîné m’accompagne ; il aime bien redescendre tout seul avant moi.

En cette saison, j’attends que le soir tombe. Je dis aux potes que je file parce que je n’ai pas d’éclairage sur mon vélo. En fait, je guette le coucher de soleil pour descendre dans sa lumière rose. La route à flanc de montagne ouvre des perspectives, loin sur les Préalpes à l’Ouest. Et ça flamboie, rien que pour moi. Petit bonheur.

Le jeu, c’est de laisser filer dans la descente. Accumuler le maximum de vitesse pour rejoindre la maison sans un tour de pédale. Alors il faut prendre des risques dans certains virages, s’interdire le frein. Surtout dans le dernier tournant, à angle droit et sans visibilité au milieu des maisons. Après, il n’y a plus que deux cents mètres à plat et un léger ressaut avant chez moi.

Des mois que j’essaye, des années même : rien à faire ! La dernière petite côte me mange toute la vitesse. Il faut toujours remettre un peu d’élan. Presque rien parfois, un quart de tour sur le pédalier. Ce presque rien qui suffit à continuer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :