Comme ça s'écrit…


Envie d’une femme

Posted in Réflexitude par Laurent Gidon sur 10 octobre, 2011
Tags: , , ,

Parlons politique. Le genre de truc qui plombe les repas de famille. Le genre de truc sur lequel tout le monde a son opinion sans vraiment oser la défendre. D’ailleurs, la seule qui soit autorisée, en public ou en famille, reste cette ânerie facile entendue partout : « Moi j’fais pas d’politique, la politique c’est tous pourris et compagnie, pas question que j’y trempe… »
À cela, une seule réponse : si vous ne faites pas de politique, ne venez pas vous plaindre que d’autres la fassent à votre place.

Ce week-end, on pouvait tous faire de la politique. Ou au moins afficher une opinion en allant voter ou pas aux primaires du PS.
Pour voter, il fallait signer un Engagement de reconnaissance dans les valeurs de la Gauche. Cela signifie-t-il que tous ceux qui ont voter y adhèrent ? Et que tous ceux qui n’ont pas voté adhèrent aux valeurs de droite ? Bien sûr que non !
En revanche, les presque trois millions de votants ont affiché une opinion en la matière avant même d’entrer dans l’isoloir. Et donc fait de la politique à visage découvert. Bravo !
Et il y en avait pour être surpris, voire méfiants et menaçants, comme un Copé montant au créneau contre la mise en danger du vote à bulletin secret.

Ce qui a surpris, c’est le nombre de Français prêts à donner leur opinion ainsi au lieu de rester chez eux et maintenir le flou sur leur absence d’opinion.
Cela vous étonne que des Tunisiens ou des Égyptiens, et maintenant des Libyens, des Syriens, des Yéménites, des New-Yorkais, s’affichent dans leurs rues avec leurs opinions (et parfois avec des armes, hélas) contre le pouvoir ?
Pourquoi s’étonner que quelques Français fassent sans risque ce que d’autres risquent ailleurs ? Il ne s’agit pas de révolution, chez nous, juste de décence : cette décence qui nous empêche de supporter plus longtemps que trop de décisions soient prises sans même qu’on y ait réfléchi soi-même un peu.
Qu’est-ce que ça change ? Ce n’est pas la question.

Ne changeons pas le monde, changeons notre façon de nous voir dans le monde. Changeons notre façon de nous sentir concernés. Changeons nos plaintes et récriminations en opinions que nous saurions défendre. Changeons nos attitudes face à nos opinions. Changeons la résignation en idées.
Voyons-nous comme maîtres de nos destins, responsables de nos choix, engagés sous nos idées. Sinon, seuls les extrémistes et les profiteurs auront l’énergie de nous représenter.
Sachons ce que nous voulons, au lieu de râler contre ce que nous ne voulons pas.
Exprimons ce que nous sommes sans crainte des désaccords, au lieu de n’exprimer que nos désaccords réflexes.
Imaginons, cherchons, tentons, formulons, et puis alors seulement laissons les autres démonter nos opinions : il en sortira peut-être autre chose de nouveau, que ni eux ni nous n’avions oser inventer chacun de son côté.

Et mon opinion dans tout ça ?
La voici : j’ai envie d’une femme à la présidence de la république.
Taxez-moi de sexisme si vous voulez, c’est votre droit.
Mon droit à moi est de croire que, si une hormone intervient dans les décisions du pouvoir, j’ai envie de voir ce que vaut la progestérone après des décennies (siècles ? millénaires ?) de prime à la testostérone. Mon droit est d’avoir envie d’essayer autre chose, au moins en France, et malgré quelques désillusions ailleurs (désolé, Mrs. Thatcher). Traitez-moi de rêveur si j’y crois encore. C’était déjà mon droit en 2007 et je n’ai pas pu le faire valoir. Alors cette fois-ci, merde, ayons un peu envie d’une femme !

Et commençons au moins par en laisser une aller se présenter au premier tour des présidentielles au lieu de, primairement, lui barrer le chemin.

Dimanche prochain, j’y retourne et je vote Martine Aubry… ne serait-ce que pour avoir le choix entre elle, Eva Joly, Corinne Lepage, et peut-être Christiane Taubira.

Advertisements

6 Réponses to 'Envie d’une femme'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Envie d’une femme'.

  1. Silk said,

    Copé…
    J’ai « adoré » sa façon bien à lui de « faire des maths » avec le chiffre de participation d’hier.
    Faisait-il les comptes de la même façon quand il était au Budget ?


    • Pathétique aussi sa façon de dire « Enfin on va arrêter de parler de ces primaires pour se remettre à parler politique » alors qu’on n’a justement parlé que de ça, sauf de ses dadas à lui…

      En fait, je crois que c’était une sorte de parenthèse enchantée pendant laquelle on a pu s’intéresser à des façons de vivre ensemble sans que l’insécurité de l’UMP et l’immigration du FN viennent polluer.

      • Paule said,

        « Mon droit à moi est de croire que, si une hormone intervient dans les décisions du pouvoir, j’ai envie de voir ce que vaut la progestérone »

        Ouh là… Ne jamais se fier au fonctionnement hormonal des femmes, même ou surtout ménopausées ! Crois-moi, y a pas plus bordélique.
        Mais je voterai quand même pour Martine (j’ai bien dit : Martine, gare aux fautes de frappe), même si au printemps prochain, pour rester totalement fidèle “à mon engagement de soutenir les valeurs de la gauche” j’opterai plutôt pour Eva…


      • OK, l’image de l’hormone n’est pas la bonne.
        Pourtant, je n’arrive pas à mieux exprimer ce qui me fait envie chez une politicienne.
        Surtout en ce qui concerne Martine Aubry.
        Je me fous qu’elle soit séduisante, qu’elle soit maternelle, qu’elle soit aussi solide ou aussi compétente qu’un mec. J’ai juste envie que ça change d’approche à la tête du pays. Même si une identité biologique féminine est totalement hors sujet en termes de changement politique, j’ai l’impression tenace que c’est un premier pas visible.

  2. Saoul-Fifre said,

    Une femme présidente de droite en France, c’est pas pour demain en tout cas. MAM s’est faite bénaliser, Lepen j’y crois pas…

    Votre position me remet en mémoire un mien billet de fin 2006 :

    http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/2006/10/04/471-marianne


    • Provocation à 2 balles (je paye à qui ?) : une femme de droite est-elle encore vraiment une femme ? Hein, Mrs Thatcher ?
      Blague à part, je me demande comment les actuelles politiciennes de droite en France se sont débrouillées pour avoir toutes l’air de sous-fifres arrivistes. Elles donnent l’impression d’être là pour la parité ou pour des sujets annexes, mais que les vrais qui font la politique de droite ce sont les mecs. Il nous faudrait de nouvelles Simone Veil ou Marie-France Garaud pour avoir vraiment le choix, non ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :