Comme ça s'écrit…


Le retour du jeudi

Posted in Admiration par Laurent Gidon sur 13 octobre, 2011
Tags: , ,

Sous ce titre pourri, voici le retour de la citation du jeudi.

Je ne sais pas si d’autres blogs continuent, moi j’avais lâché, et ce n’était pourtant pas faute de belles lectures. J’avais juste envie de les garder un peu au chaud, de les laisser mûrir en moi avant de les faire fleurir ici dans une sorte de coming out à venir.
Mais justement : en lisant Limonov (que je n’ai pas encore fini, mais je voulais en parler toutes affaires cessantes), je découvre que Emmanuel Carrère est engagé dans une démarche dans laquelle je peux me reconnaître. Ce n’est pas un détail pour lui, bien qu’il l’évoque en une seule petite phrase placée à peu près au milieu du livre (page 228, si vous voulez savoir où j’en suis), et ce n’est pas un détail pour moi puisque tout ce que j’écris – et même tout ce que je vis –  depuis quelque temps participe de cette démarche.
Mais, foin de fumosités, entrons dans le Carrère :

… l’idée, formulé dans un sutra bouddhiste que m’a fait découvrir mon ami Hervé Clerc, selon laquelle «l’homme qui se juge supérieur, inférieur, ou même égal à un autre homme ne comprend pas la réalité».
Cette idée-là n’a peut-être de sens que dans le cadre d’une doctrine qui considère le «moi» comme une illusion et, à moins d’y adhérer, mille contre-exemples se pressent, tout notre système de pensée repose sur une hiérarchie des mérites selon laquelle, disons, le Mahatma Gandhi est une figure humaine plus haute que le tueur pédophile Marc Dutroux. Je prends à dessein un exemple peu contestable, beaucoup de cas se discutent, les critères varient, par ailleurs les bouddhistes eux-mêmes insistent sur la nécessité de distinguer, dans la conduite de la vie, l’homme intègre du dépravé. Pourtant, et bien que je passe mon temps à établir de telles hiérarchies, bien que comme Limonov je ne puisse pas rencontrer un de mes semblables sans me demander plus ou moins consciemment si je suis au-dessus ou au-dessous de lui et en tirer soulagement et mortification, je pense que cette idée – je répète : «l’homme qui se juge supérieur, inférieur, ou même égal à un autre ne comprend pas la réalité» – est un sommet de la sagesse et qu’une vie ne suffit pas à s’en imprégner, à la digérer, à se l’incorporer, en sorte qu’elle cesse d’être une idée pour informer le regard et l’action en toutes circonstances. Faire ce livre, pour moi, est une façon bizarre d’y travailler.

Emmanuel Carrère, Limonov – P.O.L 2011

Je connaissais l’auteur de nom et de gueule (quelle gueule !), j’avais lu de lui D’autres Vies que la mienne qui m’avait bien plu pour sa musique respectueuse du genre humain mais me semblait un peu à part dans son œuvre, j’avais vu ce téléfilm sur les banlieues qu’il avait scénarisé à grand bruit et ne m’avait pas donné envie de lire autre chose. Et puis il avait parlé de sa maman dans Un roman russe, et comme je parlais un peu de la mienne dans L’Abri des regards je n’avais pas eu envie de le lire (c’est bête, mais c’est comme ça). Alors, qu’est-ce qui me rapproche ainsi de cet auteur à succès, auquel tout sourit ? Juste cette petite phrase où il reconnaît que l’idée de se considérer comme partie temporaire et illusoire du tout se travaille et qu’écrire un livre peut être une façon d’y travailler, même bizarre.
On peut écrire sur tout et pour toutes les raisons. Raconter des histoires, se faire plaisir, devenir une star, faire passer un message, changer le monde… Tout. La seule chose qui me semble devoir être une constante, c’est qu’écrire constitue d’abord un travail sur soi. Plus on a de facilité à écrire, plus ce travail prend d’importance et pourtant plus on a tendance à le négliger : les portes trop grandes ouvertes vous reviennent parfois avec violence dans la gueule.

Presque quelque chose de Lou Reed... (Photo Jean-Paul Guilloteau)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :