Comme ça s'écrit…


Espoirs de vie

Posted in Réflexitude par Laurent Gidon sur 12 décembre, 2011

J’ai entendu cela sur France Culture ce matin : pour la première fois depuis plus de cinquante ans, l’espérance de vie a reculé en Allemagne. Deux ans de moins en moyenne, 4 pour ceux de l’ex-Allemagne de l’Est. Je n’ai pas encore trouvé confirmation, mais c’est une journaliste allemande qui le dit. Je la crois.
L’idéal allemand de bonne gestion économique, de performance technico-commerciale et de consensus socio-politique accouche d’une réduction de la vie. Beau résultat.
Tout de suite je me demande si les Grecs vivent plus longtemps, par solidarité. Et dans la même seconde, je me dis qu’il y a là un espoir.
Enfin, les chiffres font mentir les chiffres.
Enfin, on voit que la vie productive, économiquement croissante et socialement rigoriste, si belle sur les graphiques comparatifs, ne vaut pas d’être vécue. D’eux-mêmes les Allemands qui sont à la pointe européenne du système se retirent du jeu. Ils nous montrent qu’être plus performant, que produire plus, mieux et moins cher, que réussir à convaincre le reste du monde du caractère hautement désirable de ces produits comme du mode d’organisation qui les a produits, que toute cette démarche de vainqueur de la guerre économique… vous met un pied dans la tombe. Et qu’il vaut mieux trouver autre chose. Ou crever. On s’en doutait un peu, remarquez, mais là, ce sont les statistiques qui parlent.

« Mais, mais, mais… clameront les apeurés, mais tu veux donc qu’on revienne au moyen âge des cavernes, éclairés à la bougie avec des racines bouillies pour toute pitance, hein, c’est ça que tu veux ? »
Si c’est cela qui vous fait peur, il a de fortes chances que vous l’obteniez.
Mais nous pouvons, au contraire, considérer ce signal fort pour ce qu’il est – une incitation à repenser pour chacun les objectifs profonds de sa vie – et peut-être pourrons-nous partager un espoir.
Je n’ai ni leçon à donner ni solution toute faite, juste cet espoir qu’un jour nous passions plus de temps et d’intelligence à nous occuper les uns des autres plutôt qu’à être plus performants ou rentables que l’entreprise ou le pays d’à côté. Je ne sais pas si cela me rallongera la vie, mais ça me la rendra plus agréable.

And then they were dead

11 Réponses to 'Espoirs de vie'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Espoirs de vie'.

  1. Saoul-Fifre said,

    Cela fait des années que je hurle que cette histoire d’espérance de vie en augmentation est une arnaque et que les esprits fort scientifiques me renvoient aux statistiques existantes.

    D’accord, la médecine néo-natale a fait des progrès et on ne meurt plus à la naissance, ce qui les a salement fait remonter, les statistiques. La ceinture de sécurité aussi, parait-il.

    Mais les gens qui meurent vieux à l’heure actuelle, c’est justement ceux qui ont échappé à la sélection naturelle, costauds, actifs, jamais malades, jamais déprimés, menant une vie saine même s’ils s’offraient une roulée après le café et un coup d’gnôle de temps en temps. Ma mère, pour ne pas la citer, 87 ans, 2ième étage sans ascenseur, toute sa tête, se débrouillant seule, crapahutant toujours à pieds…

    Quand cette génération solide sera sous terre, vous allez voir la tronche qu’elle va tirer, la statistique !

    Il y a déjà une tendance qui a commencé à s’inverser, c’est la courbe de l’âge où on n’est plus « en bon état », où on est « inapte au travail », qui baisse le nez.

    Beau slogan que ce système nous promet : « Vivez plus longtemps »

    Mais « en souffrant dans un fauteuil roulant » d:-(


    • Eh oui. Après, qui accusera-t-on ? Nos modes de vie ? Notre environnement dégradé ? Le stress au travail ?
      Tous les facteurs ont la même source, à trouver dans une économie qui fonctionne pour elle-même sans s’occuper de « permettre la vie ».

  2. Tourmalyn said,

    En effet, ce mode de vie ne proposant aucun autre choix est de rigueur dans nos sociétés modernes. Je ne dis pas qu’il n’y a pas d’alternative, qu’il n’est pas possible de faire un pas de côté et de tenter de s’abstraire de ce « directionnisme », mais que cela nécessite une action engagée, un effort à faire en dehors de ce chemin proposé, qui n’est évidemment pas le moins fréquenté 😉
    La machine mise en défaut par elle-même, mais le plus triste c’est que la confrontation à ses propres aberrations, ses propres limites ne provoquera pas sa remise en question : une explication, un détour et hop, elle retombera sur ses pieds… Et puis au fond, même pas, elle ne s’attardera pas à combattre des incohérences telles que celle-ci : une solution détournée, un pansement et le tour sera joué, au suivant !
    Elle trouvera de la main d’œuvre plus jeune, plus efficace pour s’occuper des inaptes à produire, devenus obsolètes de plus en plus tôt, et ironie du sort, dépendants de cette société qui les a fabriqués.
    Décidément, la conclusion du billet est bien plus optimiste que la
    poursuite de ce raisonnement-ci…
    Cependant, avec la volonté et l’organisation « suffisantes », donnons vie à cet espoir de vie ensemble, en meilleure intelligence, les uns avec les autres, et non pas les uns à côté des autres !


    • J’ai lu quelque part : « Ce que tu veux, donne-le et tu l’auras ».
      Alors je fais ce que je peux pour donner de l’espoir.

  3. Francoise said,

    L’espérance de vie est très élevée en France, mais l’espérance de vie en bonne santé, c’est-à-dire sans aucune pathologie chronique ou handicap majeur est bien moindre: 64,2 ans pour les femmes, 62,4 pour les hommes. En Grèce, ces chiffres sont respectivement de 65,8 et 65,4 ans. En Allemagne: 57,4 ans pour les femmes, 55,8 pour les hommes. Le pays où on vit en bonne santé le plus longtemps est la Suède, avec 68,7 et 69,2 ans. Pays connu pour ses lois sociales et son temps de travail réduit. (source Eurostat 2008)
    J’avais écrit un billet sur l’influence de l’économie du fric sur la santé en Grèce: http://fsimpere.over-blog.com/article-21214381.html


    • Je suis sûr que, pour équilibrer le déficit allemand en années de santé, les Grecs vont s’empresser de vivre mieux qu’eux encore plus longtemps et dépasser la Suède… encore que. Non, ce serait rejouer la compétition sur un autre terrain au lieu de siffler la fin du match et se retrouver enfin tous au banquet de la vie.

  4. Lulu said,

    « And then they were dead » .. Ça me rappelle quelque chose mais je ne sais plus quoi …. Pouvez-vous m’aider?
    Et sinon pour ceux qui ont peur de vivre comme à l’age de pierre, il y a toujours les leçons de Bear Grylls ( Man vs Wild) ^^.


    • « And then they were three », de Genesis (1978)

      • Lulu said,

        C’est pas le roman de Agatha Christie? (En français: Les dix petits nègres)


      • « And Then There Were None », mais c’est le titre du film. Je préfère Genesis… en tout cas, c’est ce titre que j’avais en tête.

      • Lulu said,

        Ok !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :