Comme ça s'écrit…


Citation du jeudi : 1Q84

Posted in Admiration,Jeudi par Laurent Gidon sur 23 février, 2012
Tags: ,

Avec pas mal de retard sur le reste du monde, je lis en ce moment 1Q84 de Haruki Murakami. Ce livre m’intrigue. Son statut de phénomène au Japon et peut-être ailleurs. Son apparente platitude qui pourtant fait émerger, presque de force, des personnages auxquels on peut s’attacher. Ses redondances qui m’interrogent : un éditeur est-il passé par là avec ses ciseaux ? J’ai beau chercher, je ne vois pas – pas encore ? – de glissement entre les descriptions parallèles et répétées de certains éléments de l’histoire. Mais après tout, la plupart des œuvres musicales sont construites sur le retour d’un même thème, alors…

Et puis de toute façon la musique de Murakami me plaît suffisamment pour continuer et avoir envie du tome 2 alors qu’approche la fin du premier. Donc, foin de critique, citons un passage qui m’a fait tilt, surtout au moment où la candidature d’Eva Joly peine à décoller :

… ce n’était ni le lieu ni l’heure qu’advienne la révolution. Ce qu’il gardait en tête, au fond, c’était la révolution en tant que possibilité, ou, plus encore, en tant qu’hypothèse. Aussi était-il persuadé que l’exercice d’une pensée destructrice, anti-système, était indispensable à une société saine. En d’autres termes, comme une épice salubre.

 Haruki Murakami – 1Q84 – éditions Belfond

Merci à tous ceux qui tentent d’épicer le brouet fadasse de la campagne présidentielle.

Vous avez vu ? La prochaine est verte...

Publicités

4 Réponses to 'Citation du jeudi : 1Q84'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Citation du jeudi : 1Q84'.

  1. Kirawea said,

    J’aime beaucoup l’idée, j’applaudis de mes deux hémisphères cérébraux !

    Ça va sembler un peu décalé, mais récemment je lisais un manga dont je suis friand, et dont l’un des arcs (terme utilisé pour désigner un sous découpage de l’histoire étant donné la longueur de l’ouvrage) porte sur le déroulement de l’élection du président d’une puissante association, en vue de remplacer le vénérable et respecté précédent président (mort héroïquement au combat, je te passe les détails). Parmis les nombreux candidats se trouve un personnage manipulateur et sournois, donc détesté, qui par de rocambolesques manipulations finira par remporter l’élection sans la moindre tricherie technique, juste en ayant convaincu l’opinion. Cependant, une fois le résultat dévoilé, il démissionne de son poste tout juste acquis en faveur de la vice-présidente, sa principale rivale dans l’élection, qui le haïssait comme tout le monde. Ce faisant, il promet que si l’association devenait ennuyeuse à cause de sa présidence, il reviendrait y générer le chaos.
    J’ai trouvé l’idée amusante, voire intéressante.


    • La révolution comme menace permanente, c’est cool. Pas besoin de la faire, un peu comme la fessée pour les enfants : il suffit qu’ils y croient.

  2. Travis said,

    Hello Laurent,

    j’ai réservé ce Murakami à la bibliothèque, je l’attaquerais bientôt, curieux aussi du phénomène et de Murakami étant donné que je n’ai pas encore lu cet auteur.

    Je t’en reparlerais et j’attends ton avis sur les deux prochains tomes.


    • Salut Travis, comment va ?
      Pour Murakami, j’avais essayé Le Passage de la nuit, qui m’était tombé des mains au bout de 10 pages (et je ne suis vraiment pas allé voir plus loin). J’ai donc entamé 1Q84 avec appréhension, mais sa petite musique, même répétitive, m’a suffisamment tenu la main pour que je continue dans le tome 2. Pour l’instant, ça va.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :