Comme ça s'écrit…


Prendre, et rendre

Posted in Réflexitude par Laurent Gidon sur 20 mars, 2012

Dès le tout début, on le ressent, même sans le comprendre. La vie, c’est prendre, puis rendre. Pas moyen d’y échapper.
Avant l’aérobie, à l’époque du tout amniotique, pas de vraie vie à soi, juste prendre, rien à rendre. Mais ça ne dure pas. La première chose qu’on fait dès la sortie, c’est prendre un grand coup d’air, et le rendre en criant. On apprend à la dure.
Toute la vie va continuer ainsi : inspirer et expirer. Ingérer et… exagérer ? Peut-être, mais il faudra toujours exfiltrer d’une manière ou d’une autre. Jusqu’au bout. Et même au-delà, rendre la matière même qui nous a constitué.
On inspire et expire en permanence, comme un pense-bête : n’oublie pas que tu devras tout rendre. Et pourtant, combien oublient ?
Cela me rappelle l’histoire assez futée – où l’ai-je lue ? je ne sais plus – de ce gamin qui passe tout l’été à s’améliorer au Monopoly pour battre sa grand-mère. Elle l’encourage à la ruiner, puisque c’est la règle du jeu. Et il finit par y arriver. Rincée, vidée, la mère-grand, plus une thune. Content, le gamin. Il a compris la première leçon : quand on fait ce qu’il faut pour y arriver, c’est bonheur. Alors la grand-mère dégaine la seconde leçon.
« Aussi riche que tu sois, à la fin de la partie tu remets tout dans la boîte. »
La seule chose que l’on peut garder, c’est le plaisir d’avoir joué. Et même ça, cela se partage sans qu’on en perde une miette.

En temps de campagne électorale, quand certains promettent de garder tout et d’autres de partager plus, chacun peut se situer dans l’histoire du Monopoly et voter en conscience.

2 Réponses to 'Prendre, et rendre'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Prendre, et rendre'.

  1. Silk said,

    Entre ceux qui trichent et ceux qui ne savent pas finir une partie correctement, le rapport entre le Monopoly et la politique de campagnes électorales est peut-être encore plus étroit qu’il n’y paraît de prime abord en lisant ton texte. 😉


    • C’est vrai. Voilà pourquoi je préfère m’attacher aux manières de vivre plus qu’aux règles du jeu.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :