Comme ça s'écrit…


Ici et maintenant

Posted in Vittérature par Laurent Gidon sur 17 juin, 2013

Le soir tombe doucement. Tu es sur la terrasse, Le Roman du Mariage à la main, une pomme et un whisky sur la table (tu aimes ce mélange qui fera hurler les puristes). À l’intérieur, tes enfants regardent Master & Commander que tu leur as enregistré, et tu es secrètement fier qu’ils apprécient ce film aux antipodes de, disons, Pirates des Caraïbes (que tu aimes aussi). Ton épouse travaille. Toi pas : tu as passé deux jours sans écrire la moindre ligne, sans même allumer l’ordinateur. Il fait bon. La journée a été chaude, à faire taire les oiseaux. Ils se reprennent dans cette lumière qui vire au gris. La télé des voisins passe en sourdine par leurs fenêtres ouvertes. Les première chauves-souris vrillent l’air sans un bruit. Il règne une sérénité qui te semble insubmersible malgré la marée de la nuit qui monte.
Le sentiment qui domine, c’est que tu es vraiment bien chez toi, que tu y seras toujours bien, même si la nuit vient tout recouvrir, même si demain le jour revient tout agiter.
Et c’est là que cela te frappe.
L’instant parfait est une illusion. Toujours n’existe pas et ce n’est pas ici chez toi. Ce fauteuil, cette terrasse, cette maison, ce village sous la falaise, cette montagne : pas chez toi. Ce temps qui file, ce monde qui change : pas chez toi.
Ton seul chez toi est intérieur. C’est ton corps et ta tête. Il n’y a que là que tu peux ramener la lumière et le calme. Tout le reste t’échappe. Il faut d’ailleurs le laisser t’échapper pour te concentrer sur l’intérieur.
Tout peut changer dehors, tu seras encore chez toi dedans. Et même…
La fraîcheur te fait frissonner, et tu décides que c’est agréable. Tu ne sais pas quelle heure il est, c’est sans importance, et ça aussi c’est agréable. Il fait trop sombre pour lire, tu acceptes de fermer les yeux.
Tu te replies chez toi et tu t’y sens bien.
Pourtant, ton chez toi s’altère aussi, tu le sens. Ton corps vieillit, il se réveille du pied gauche, il grince, et s’il te gratifie toujours de sensations fabuleuses il te plie aussi de douleurs, parfois, souvent, de plus en plus. Il y a des jours où ton esprit tourne en boucle, des nuits aussi, des idées inconfortables qui se ressassent toutes seules.
Et il faut quand même t’y sentir bien. C’est chez toi, le seul chez toi que tu aies. C’est là qu’il faut faire le ménage, assurer l’entretien en priorité, allumer la lumière. Pas ailleurs.
Ravive l’intérieur, le reste suivra.
D’accord, c’est une philo de bazar. Mais elle t’aide à vivre, et tant pis pour les grincheux : c’est la faute au Bowmore Legend. La pomme n’y est pour rien.

——————–
J’ai pris Le Sermon sur la chute de Rome à la bibliothèque. J’ai failli le rendre au bout de trois pages, mais je crois que j’ai bien fait d’insister. J’en profite pour m’excuser auprès de ceux que la lecture de Djeeb a pu plomber : quelqu’un qui s’écoute écrire, ça peut être pénible, mais on peut aussi aller chercher sous la surface et voir ce qu’il a à dire.

4 Réponses to 'Ici et maintenant'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Ici et maintenant'.

  1. Kirawea said,

    Je salue l’utilisation du mot « insubmersible ». Il est de ceux qui me donnent envie de les caser dans une conversation rien que pour leur sonorité.🙂


    • La prochaine fois, j’essaye de placer Saskatchewan, même si ça risque de nous emmener un peu loin…

    • T. said,

      Insubmersible… Le Titanic, n’était-il pas surnommé l’insubmersible ? Du coup, il suffirait de parler de ce bateau…


      • D’accord… une « sérénité titanesque », alors. ça le fait ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :