Comme ça s'écrit…


Tèk ze paoueur !

Posted in Admiration,Lecture,Réflexitude par Laurent Gidon sur 13 décembre, 2013

En tant que consommateurs, nous avons un pouvoir énorme. Nous dépendons de la nourriture pour survivre et nous rachetons une multitude de produits toutes les semaines (parfois même tous les jours) : les décisions que nous prenons peuvent encourager ou desservir les fabricants et les revendeurs par rapport à l’emballage et à la qualité des produits qu’ils proposent. Nous travaillons dur pour gagner de l’argent, et ce que nous achetons ne devrait pas seulement répondre à nos besoins élémentaires (remplir notre garde-manger) mais refléter nos valeurs. Car, en fin de compte, être client revient implicitement à dire « votre magasin répond à toutes mes attentes, et je tiens à ce que vous prospériez. » Nous pouvons voter contre le gaspillage avec notre portefeuille…

En parallèle avec Les Renards pâles de Yannick Haenel, je lis ce petit livre d’une française qui s’est marié et a fait – deux fois – sa vie aux Etats-Unis : Zéro déchet. Pourquoi « deux fois » ? Parce qu’elle a d’abord vécu le rêve américain de la grande maison, des deux voitures, des virées shopping au mall pour des wagons de bouffe préemballée, des week-end entiers passer à chiner l’objet déco qui ira si bien avec sa nouvelle écharpe, du front botoxé et des lèvres aux collagènes. Et puis basta ! elle a tout envoyé promené.
Avec le même mari et les mêmes enfants 100% américains, elle a pourtant réussi à changer l’essentiel : sa vie.
C’est à dire le temps qu’elle passe à faire ceci plus que cela, l’attention qu’elle porte à ce qu’elle fait, la valeur que prend chaque acte.
Et surtout, elle a remplacé le « je suis bien obligé de… » par « je choisis de… ». Dans ce petit glissement sémantique s’engouffre une toute autre vision du monde et de notre place dans ce monde.
« Choisir de… » c’est affirmer qu’il y a toujours une alternative, que rien n’est verrouillé.
« Choisir de… » c’est admettre sa responsabilité personnelle dans tout ce qu’on vit.
« Choisir de… » c’est se donner le pouvoir, le vrai, au lieu de l’abandonner à des hommes politiques ou des décideurs que – souvent – nous méprisons.
Et vous savez quoi ? À travers le mépris que nous choisissons d’éprouver pour les gens de pouvoir, c’est probablement nous-mêmes et notre abdication quotidienne que nous méprisons.

Tèke ze paoueur, doude !

À l’heure où le monde salue la grandeur de Mandela, il est temps de se rappeler que cette grandeur dort en chacun de nous.

4 Réponses to 'Tèk ze paoueur !'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Tèk ze paoueur !'.

  1. Pierre said,

    Tout à fait d’accord avec cette vision des choses, qui rappelle la responsabilité de chacun dans la vie qu’il se choisit. Je tressaille à chaque fois que j’entends quelqu’un dire « on n’a pas le choix » pour justifier sans trop se poser de questions sa participation au déséquilibre planétaire. On a souvent bien plus de choix qu’on l’imagine, pour peu qu’on fasse l’effort de sortir de logiques binaires…


    • Oui, sortir des logiques binaires, c’est ça : content de voir que cela résonne. Merci.

  2. Kirawea said,

    Idem … L’autre jour j’avais une discussion sur un forum avec une personne qui déclarait que « les américains se marrent bien en nous voyant débattre sans fin sur le travail du dimanche alors que chez eux, tu refuses de travailler le dimanche, tu trouves pas de boulot. » Et quand je lui demande si cet état de fait est souhaitable, de me répondre que c’est comme ça, que la loi de l’offre et de la demande l’impose. Moi qui croyais naïvement que c’était le rôle des états de réguler les marchés pour que les individus ne finissent pas pressés comme des citrons ! Et l’Etat, c’est nous me semble-t-il, tant que nous prenons nos responsabilités d’électeurs.


    • Exactement. Je ne dis pas que l’État ne mérite pas notre confiance, mais qu’il ne faut pas tout lui confier. Voter avec son portefeuille – en évitant les magasins qui ouvrent le dimanche, par exemple – c’est reprendre le pouvoir là où il est : pognon !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :