Comme ça s'écrit…


Après les municipales, votons aux mondiales !

Posted in Réflexitude par Laurent Gidon sur 9 avril, 2014

Je reçois un appel à signer une pétition pour que des marques françaises payent leur part des dégâts dans la catastrophe criminelle du Rana Plaza, cet immeuble usine qui s’est effondré l’an dernier sur plusieurs milliers d’ouvrières et d’ouvriers du textile au Bangladesh.
Une pétition, c’est super ! Signons, pétitionnons, soyons au moins 100 000. Mais, qui signera ? Ceux qui ont déjà conscience de ce que coûte vraiment les produits low cost ? Ou les autres, les si nombreux autres qui estiment ne pas avoir les moyens d’éviter les bonnes affaires proposées par ces distributeurs au moindre prix ?
Que pèsent 100 000 prises de conscience au regard des millions de clients qui continuent d’acheter les chemises, les t-shirts et les jeans les moins chers possible ? D’un côté, quelques protestataires qui peuvent – au mieux – faire un peu de tort à l’image de marque. De l’autre, des milliards d’euros qui entrent en caisse et incitent les marques et les intermédiaires à faire toujours plus pression sur les fournisseurs pour baisser les prix tout en préservant la marge du distributeur. Benetton, Carrefour ou Auchan auront vite fait leurs comptes. Et le Bangladesh s’en tirera avec quelques roupies et des promesses qui ne valent pas plus. Rien ne changera tant que le pognon – notre pognon – rentrera en caisse.

En même temps, je lis cet article qui annonce un changement de politique agricole aux USA, parce que « La demande pour le bio a crû de façon exponentielle pendant la décennie écoulée. Avec des ventes au détail estimées à 35 milliards de dollars l’an dernier, l’industrie du bio représente une opportunité économique exceptionnelle pour les fermiers, les éleveurs et les communautés rurales. »
C’est Tom Vilsack qui le dit, secrétaire d’État US à l’Agriculture et promoteur de la nouvelle Farm Bill. Cette loi quinquennale définissant la politique agricole et alimentaire du gouvernement fédéral, accorde enfin aux petits et moyens producteurs les mêmes droits qu’aux exploitants céréaliers géants. Mieux : les fermiers voulant se convertir au bio vont être solidement soutenus. Cette loi a été votée avec le soutien des républicains, qui ont pourtant pour règle de saboter systématiquement la politique d’Obama. Pourquoi l’ont-ils votée ? Parce qu’il y a des sous à gagner, plus que ce qu’ils se sont déjà mis dans les poches avec l’agrobusiness destructeur.

Encore une fois, c’est bien le pognon qui fait changer les choses. Et encore une fois, pas forcément celui des plus riches qui arrosent la politique, se font trousser des lois ad hoc, voire déclenchent des guerres pour maintenir leur chiffre d’affaires. Ce qui fait aussi changer les choses, c’est ce que dépensent les plus nombreux, les gens comme vous et moi. Ceux qui choisissent un produit plutôt qu’un autre, un magasin plutôt qu’un autre. Ceux qui expriment la demande, laquelle structure l’offre.
C’est de cette sacro-sainte loi de l’offre et de la demande que découle le monde tel qu’il est. On nous offre le monde que nous demandons.
Alors arrêtons de nous plaindre (ce qui ne veut pas dire cesser d’aider ceux qui en ont besoin, ne plus protester, ne pas signer de pétition), et agissons vraiment, là où nous le pouvons, avec une certaine efficacité. Avec le nombre et les sous.
Pas besoin d’attendre les votations européennes. Votons aux élections mondiales, celles de l’économie réelle : elles sont quotidiennes. Ce sont les seules élections dont les promesses sont immédiatement suivies d’effets.
Faisons entendre nos voix chaque fois que nous faisons nos courses et achetons-nous le monde que nous voulons. Peut-être un peu plus cher, c’est vrai. Et donc en nous posant la seule question qui vaille : qu’est-ce que nous voulons vraiment ?

——————————————————-

Il n’aura échappé à personne que, écœuré par l’enchainement vitrine Poutine de Sotchi / Invasion de la Crimée, je suis resté assez silencieux depuis deux mois. J’en ai profité pour bouquiner. Notamment le très médiatique En finir avec Eddy Bellegueule, qui mérite sans doute autant son succès que sa controverse, et dont j’ai déploré une certaine complaisance dans le détail révulsant (pas le détail sociologique, non, plutôt la très pesante et répétée mention du goût d’un crachat en pleine gueule). J’ai beaucoup aimé Canada de Richard Ford et Autobiographie de Neil Young, j’ai passé un certain avec le Sulak de Philippe Jaenada, dont je veux saluer ici la capacité à faire évoluer certaines de mes conceptions morales, et j’ai à peine haussé un sourcil intrigué devant L’Extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa, de Romain Puertolas.

En ce moment, je lis Et quelquefois j’ai comme une grande idée, de Ken Kesey (oui, l’auteur de…). Tout un programme.

J’ai aussi pas mal écrit, toujours dans le projet Persistance qui a d’ailleurs trouvé un écho étonnant avec le projet de Fabrice Colin, Vers chez les morts, dont vous pouvez trouver une recension ici, quitte à vous donner envie d’y participer.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :