Comme ça s'écrit…


Doctor doctor, please…

Posted in Réflexitude par Laurent Gidon sur 7 août, 2015
Tags: , , ,

Docteur, j’ai trop bu, j’ai mal aux cheveux, faites quelque chose, s’il vous plaît soignez-moi, guérissez-moi.
Docteur, j’ai trop bouffé, j’ai trop fumé, j’ai trop rien fait pas bougé, j’ai trop ragé dans ma petite vie énervée, j’ai tout qui se détraque, le cœur, le foie, les artères, les nerfs, même le cancer, alors je compte sur vous, guérissez-moi !
Non, je ne veux rien changer dans ma vie, surtout pas. C’est pour continuer pareil que je vous demande (que j’exige ?) de me soigner.
Réparez-moi, décrassez la machine, relancez-la, qu’elle puisse rouler encore sans changer de carburant.
Allez, faites un effort, y a bien un traitement, un médicament, une pilule qui va m’aider à poursuivre ma route et me saloper de nouveau du haut en bas. C’est tellement bon de se faire du mal en regardant ailleurs.
Allez, docteur, vous voyez bien dans quel état je me suis mis, ça peut quand même pas être de ma faute, pas avec la médecine moderne, le progrès, zut !
Sinon, ça sert à quoi toutes ces recherches pour nettoyer les conduits, faire baisser la tension, calmer les douleurs, faire taire les organes ? Hein, ça sert à quoi si c’est pas à continuer sans se poser de question ?
Moi, c’est ça que je veux. Et pas que pour moi : pour les autres, pour l’économie, pour la planète, pour les générations futures.
Un bon médicament, un cataplasme, de quoi cacher la maladie sous le tapis et éviter les questions qui fâchent. Rester dans ma bulle, préserver mon « mode vie », me cacher que c’est surtout un mode de non-vie.
D’ailleurs, vous le savez bien, cher docteur, et vous aussi cher pharmacien : ce n’est pas en guérissant les malades que vous allez faire fortune. Ce n’est pas en les empêchant de rechuter, ni de s’empoisonner d’une autre manière. Il faut bien que l’industrie vive. L’industrie de la santé a tant besoin de malades, ce serait bête de les guérir.
Le malade, il vaut mieux lui promettre le soulagement. Lui promettre qu’il va pouvoir continuer à être inconséquent, irresponsable, inconscient, pendant le temps qu’il lui reste. On a un traitement pour ça. Cher, mais ça les vaut !
On a un traitement pour tout, bonnes gens dormez (on a aussi un traitement pour dormir).
Comme disait l’autre, on sait bien que le patient va mourir, mais en attendant, il y a du bon business à faire.
Faudrait quand même pas que le patient se prenne en main et se soigne de lui-même. Voire pire : qu’il évite de tomber malade. On a un système à protéger, monsieur ! Une industrie de la santé à faire tourner.
Toutes les autres industries aussi, d’ailleurs. Ces chères industries qui nous offrent un traitement – cher aussi, mais ça les vaut – contre chacun de nos petits désagréments, contre le froid, le chaud, le loin, le bas, le fatiguant… Même contre l’ennui, l’industrie du divertissement, merci.
Alors voilà, monsieur le patient, je vous fais une ordonnance et on se revoit dans quinze jours.
Ah, mais non en fait. On se revoit à la grande messe hypocrito-environnementaliste de la COP 21. Là où les tenants de l’industrie sous toutes ses formes vont nous rédiger une ordonnance censée nous permettre de soigner toutes les maladies de notre environnement sans changer d’un gramme (de CO2 ?) notre mode de vie… pardon, de consommer.

—————–

En attendant la COP21, j’ai lu le dernier Fred Vargas (de la belle ouvrage), le dernier James Salter (hélas, oui : le dernier) sur des routes un peu moins balisées, tout en relisant calmement les Trois chevaux de M. DeLuca.

James Salter par Jean-Luc Bertini

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :