Comme ça s'écrit…


Dix jeudi je dis deux

Posted in Vittérature par Laurent Gidon sur 22 mars, 2017

L’animateur d’atelier d’écriture est un peu comme le professeur en collège ou lycée : il prépare soigneusement ses interventions pour ne pas se trouver démuni face au groupe.
Là où la comparaison s’arrête, c’est lorsque l’animateur s’aperçoit que toute cette préparation n’a qu’un but, bien éloigné de celui d’un professeur : laisser faire aux jeunes ce qu’ils veulent.
Les aider, même. Leur donner les outils de cette liberté.
Voilà à quoi je me suis préparé, jeudi dernier. Je crois – j’espère – que cela a marché.
Parce que être libre c’est le contraire d’être bloqué dans un schéma, même très personnel.
Être libre c’est le contraire de ne pas pouvoir marcher parce qu’on n’a pas appris à se tenir debout et avancer un pied puis l’autre.
Être libre c’est le contraire de gratter une corde de guitare sans rien en tirer d’autre que toujours la même note. C’est savoir jouer de l’instrument pour interpréter la partition qu’on se choisit ou improviser sans contraintes, surtout techniques.
Être libre, cela s’apprend. Et un groupe qui apprend sa liberté, c’est beau à voir.

Il faisait beau aussi sur la route de Faverges. Pour faire la photo j’ai trouvé une nouvelle façon de ma garer, plus pratique. Le soleil câlinait les montagnes. J’ai failli changer de cadrage pour y faire entrer quelques sommets enneigés.
Mais non, Auggie veille.
Sur le retour, j’ai pris deux auto-stoppeurs à la sortie de Saint-Jorioz. Tentative de conversation :
— Vous venez d’où ?
— Ben… Saint-Jorioz.
Silence.
— Non, mais avant : travail ? Lycée ?
— Lycée.
Silence
— Lequel ?
— Pfff… Lafontaine.
— Ah, mais j’en viens, justement. J’ai animé un atelier d’écriture là-bas. Vous saviez qu’il y a un atelier d’écriture tous les jeudis à Lafontaine ?
Silence.
— Pfff… ouais.
— Et ça ne vous dit pas de participer ?
Silence.
— Vous pouvez nous poser, là ? Merci, au revoir.
La liberté, ça s’apprend.

—————–

En attendant jeudi prochain, je lis Sur les Chemins noirs, de Sylvain Tesson.

Publicités

3 Réponses to 'Dix jeudi je dis deux'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Dix jeudi je dis deux'.

  1. Silk said,

    Tu n’avais pas la wifi à bord…?
    Ils ne pouvaient pas envoyer leur SMS…?

    Certes, la Liberté, ça s’apprend.
    Mais le savoir-vivre aussi. Et il semble que ça se trouve de plus en plus rarement chez les « connectés perpétuels ».
    Un certain savoir-apprendre a sans doute été peu à peu perdu au cours des dernières décennies. Ce qui pourrait expliquer beaucoup de choses… Et pas seulement que des gamins ne savent plus tenir un simple crayon pour écrire ou dessiner, ou parler de vive voix à quelqu’un face à face.
    Mais, pour paraphraser Roger Murtaugh, c’est peut-être aussi juste moi qui suis « trop vieux » pour toutes ces conneries ?


    • Certaines études font état d’une baisse de la capacité de concentration dans la durée (on parle de secondes) due à l’usage des écrans et d’Internet, d’autres d’une augmentation de la capacité d’attention : les gamers seraient capables de suivre l’évolution de 8 à 9 objets alors que la génération précédente plafonnait à 4. Bref, ils apprennent d’autres choses, différemment, et ne manquent parfois que de sens critique ou de recul… un peu comme nous au même âge.

      • Silk said,

        Je ne doute pas qu’ils apprennent « d’autres choses » mais je me pose des questions sur la finalité utile ou pas de ces choses « nouvelles » pour vivre correctement en société.

        Voici une anecdote contée récemment par une amie de la famille dont le petit-fils a fêté l’été dernier ses dix-huit ans.
        Sa fille avait organisé le repas en deux grandes tables dans leur jardin : une pour la famille, une pour son fils et ses amis pour qu’ils puissent « s’éclater » ensemble.
        A un moment, la famille s’est rendu compte que la table des ados étaient bien calme pour un anniversaire.
        En effet, aucun ne parlait : ils étaient tous en train de passer des SMS le nez dans leurs portables…
        J’ai vu la photo que notre amie a alors prise : 15 ados à la mine grise en train de « texter » la tête baissée, concentrés sur le rectangle de lumière à l’intérieur de leurs mains. Pas vraiment une image de fête, non ?
        Ajoute à ça le fait que les estrades ont été supprimées depuis des années dans les écoles, sous prétexte que « ça stresse les élèves envoyés au tableau », et on finit par comprendre pourquoi il existe aujourd’hui des cours particuliers donnés aux futurs bacheliers ou à certains jeunes cadres d’entreprises pour apprendre à pouvoir parler en public.
        Voilà pourquoi ça ne m’a pas étonné que tes auto-stoppeurs n’aient pas été capables d’engager une conversation des plus normales avec un homme qui pourtant est en train de leur rendre service.

        Pour mon sens critique au même âge, tu es loin du compte en ce qui me concerne 😉 : j’ai toujours posé des questions sur tout dès que j’ai su parler (Ca rendait d’ailleurs dingue mon père !) et ai encore aujourd’hui la « sale manie » (selon certains) de pointer les illogismes qui m’agacent dans les comportements ou les « savoirs ». L’argument qu’on m’a parfois opposé à ça est « chacun sa logique ». Mais là, pour déterminer ce qui est de la logique ou pas, on entre en territoire philosophique, une discipline que certains voudraient d’ailleurs supprimer de l’enseignement sous prétexte que ce serait « une matière vieille et inutile ». Pas sûr que si ceci advient soient alors encore améliorés le « savoir-apprendre », et le « savoir-vivre »…

        Ceci dit, je sens bien que je fais l’effet d’être une espèce de vieux râleur, là… Le demi-siècle qui approche sans doute.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :