Comme ça s'écrit…


L’avenir dépassé

Posted in Réflexitude par Laurent Gidon sur 2 janvier, 2019
Tags:

Si comme moi vous avez passé la cinquantaine vous partagez sans doute avec bon nombre d’anciens jeunes de notre génération l’impression que l’avenir c’était l’an 2000 et qu’il n’a pas tenu ses promesses. J’ai encore entendu cette idée récurrente exprimé par Cédric Klapish dans sa Master Class.

Quand nous étions encore jeunes, l’an 2000 c’était les voitures volantes, les rayons de la mort (ah, ça on l’a), la nourriture en pilules (ah, ça aussi), les robots qui font tout à notre place et nous servent encore le café en discutant philosophie, les vaisseaux intergalactiques ou encore bien d’autres choses, chacun peut allonger la liste. Dans cet avenir il n’y avait plus de guerre et nous portions tous de grandes chasubles écrues en déambulant dans un vaste forum permettant à chacun d’apporter sa contribution aux idées sur le monde.

Mais plus l’an 2000 approchait plus nous sentions monter la déception. Rien n’avait vraiment changé depuis les années 80 et même la chute du bloc soviétique n’avait rien arrangé.

La tempête de fin 1999 en France, et le 11 septembre 2001 pour le reste du monde, se sont chargés de nous ouvrir les yeux : notre avenir rêvé était d’emblée complètement dépassé.
La technologie se cantonnait à des détails qui ne révolutionnaient pas la vie. Internet et les téléphones portables existaient, ils étaient en train de modifier nos cerveaux en profondeur, mais ils n’amélioraient pas grand-chose et ne correspondaient pas du tout à l’idée que nous nous faisions d’un avenir rayonnant.

Pour retrouver notre futur de rêve il faut désormais regarder vers le passé.
Nous sommes peut-être la première génération à se dire que la vie de ses enfants ne sera pas meilleure que la sienne. Ils vont devoir faire face à des défis dont la plupart d’entre eux ne sortiront pas vainqueurs.
Même si certains continuent de projeter des missions vers Mars, une bonne part de l’effort scientifique consiste à analyser nos erreurs répétées depuis cinquante ans et tenter d’y trouver des solutions.
Les discours officiels sur le retour de la croissance se heurtent à la nécessité fondamentale de revenir à une consommation raisonnée des ressources et donc à une sobriété choisie avant d’être subie. Pour Jean-Marc Jancovici, nous allons forcément vers une économie décarbonnée et nous y allons d’autant plus vite que nous le refusons.
Les mouvements sociaux ne demandent plus de progrès mais un maintien des acquis face à la perception d’une réalité en constante dégradation.
Dans le monde, des mouvements politiques nostalgiques d’une époque qui a engendré la seconde guerre mondiale sont portés au pouvoirs par des peuples que les autres promesses non tenues n’enchantent plus.
Un nouveau champ de recherche s’intéresse déjà à l’étude de l’effondrement en cours.
Notre avenir est clairement dépassé.

Ou plutôt, il n’est pas tracé.
Nombre de prophéties autoréalisatrices se heurtent à l’inattendu.
Face à l’effondrement annoncé, au moins deux attitudes cohabitent.
Ne compter que sur soi et faire le maximum de réserves pour survivre seul.
Compter sur la solidarité naturelle de l’espèce, non pour ne pas se préparer au choc, mais bien pour l’amortir ensemble.
Cohabitation n’est pas opposition. Rien n’interdit de penser qu’un survivaliste partagera ses denrées amassées contre du savoir-faire complémentaire ou même seulement un peu de chaleur humaine.

Et donc, Joyeux 2019 à tous !

————————————-

En attendant la chute, je lis Swing Time, de Zadie Smith, traduit par Emmanuelle et Philippe Aronson.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :