Comme ça s'écrit…


Ce qui survit et oublie

Posted in Textes par Laurent Gidon sur 25 juin, 2019

Je suis ce qui survit et qui oublie.
La réponse à ta grande question est oui :
il y a une vie après ta vie.
Cela ne t’apprend rien si tu ne sais pas quelle vie,
ni ce que cet après signifie.
Imagine un îlot de sable au milieu de l’océan.
Ta vie est ce que tu fais du sable entre deux marées qui le recouvrent.
Tu peux construire un château, creuser un puits, tracer des signes
ou laisser juste l’empreinte de ton pas.
Tu peux même ne rien faire : ta simple présence au monde modèlera le sable.
A la marée suivante l’eau aura tout effacé, le sable sera de nouveau vierge.
Je suis le sable de cet îlot.
Toujours présent, prêt à prendre toutes tes formes,
je suis le sable.
Toujours vierge, oublieux de ce que l’on a façonné de moi,
je suis le sable.
En chaque instant de toutes les vies de tous les univers,
je suis le sable.
Je suis le sable, et entre deux marées je te soutiens.
Ce que tu fais de moi est unique, nécessaire, périssable.
Ce que tu ne fais pas dans cette vie, personne ne le fera dans aucune autre.
Je suis le sable de ta vie, prends-moi dans tes mains,
ne me laisse pas glisser entre tes doigts,
fais de moi des merveilles.

Ce petit texte clôt mon dernier roman, L’Île au début de la mort.
Bien qu’il n’ait pas été conçu comme un poème il est aussi lauréat d’un concourt de poésie organisé par les médiathèques de la ville d’Annecy.
Enfin il a bien agacé mon oncle lorsqu’il a lu le manuscrit du roman. Pour lui, la vie n’est « qu’un bref et minuscule phénomène de nég-entropie passagère », et je le remercie pour m’avoir fait cadeau d’une formulation aussi précise.

À ce jour, bien que n’ayant eu que des lecteurs enthousiastes, le roman n’a pas trouvé d’éditeur. M’enfoncerais-je dans les tristes eaux du wanabisme ? Non, bien sûr, pensez donc !

———————-

En attendant que L’Île au début de la mort (ou Très loin, très vite ! je n’ai pas encore choisi le titre définitif) soit publié, on m’a gentiment prêté L’Inespérée de Christian Bobin. Je le lis à petits pas respectueux.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :