Comme ça s'écrit…


Idiots ou salauds ?

Posted in Réflexitude par Laurent Gidon sur 23 mars, 2020
Tags: , ,

La propagation du virus donne voix à toutes les colères contre le pouvoir.
Ceux qui nous gouvernent savaient et n’ont rien préparé : ce sont des salauds, en plus ils nous mentent.
Ou alors ils n’ont pas su voir, puis se sont trompés, et ce sont des idiots.
Il va donc y avoir une «remise en cause très profonde de l’autorité» selon Jacques Attali, qui nous assure, plein d’espoir et je l’en remercie, que «le pouvoir politique appartiendra à ceux qui sauront démontrer le plus d’empathie pour les autres».

Tant mieux ! Mais je ne vois pas là un problème d’idiots ou de salauds, ni même d’empathie.
Non, le problème c’est le pouvoir : cette fiction à laquelle nous déléguons une bonne partie de ce qui nous incombe.
Pour reprendre les mots de Jacques Attali, il revient à chacun de «faire le meilleur usage de son temps sur cette planète», et en premier lieu de remettre effectivement en cause l’autorité. Mais pas pour la remplacer par une autre, plus juste ou plus humaine.

Avons-nous vraiment besoin d’un pouvoir intelligent et juste (donc ni idiot ni salaud) pour nous dire ce qui est bien ou mal, bon ou mauvais ?
N’avons-nous pas tous les moyens, aujourd’hui comme hier, de mesurer l’impact de chaque geste ?
Est-il suffisant qu’une autorité nous y autorise pour nous vautrer dans le confort, épuiser ce qui peut l’être et polluer tout le reste par notre mode de vie inconséquent ?
L’État est une fiction, la nation est une fiction, l’argent est une fiction, la société et la position de chacun dans cette société sont des fictions, et nous laissons ces fictions régler notre réel uniquement parce que nous y croyons très fort.
C’est confortable d’y croire. Cela crée un tampon de pouvoir entre le réel et chacun de nous. Croire au pouvoir nous décharge de notre responsabilité personnelle.

L’épidémie n’est pas un cadeau. Pourtant, elle nous offre l’occasion de revoir ces croyances, reprendre la main et nous intéresser vraiment à la portée de ce que nous faisons à chaque instant.
Reprendre le pouvoir, ce n’est pas tout s’autoriser. C’est être conscient de chaque acte, voire de chaque pensée, et limiter l’influence des peurs et croyances sur notre perception du réel.
Un virus inhalé ou un placard vide ont plus de pouvoir sur le réel qu’un président ou un décret.
Face au réel nous ne sommes pas seuls – la solidarité n’est pas une croyance, mais une action – et il nous revient de ne pas nous en isoler par la délégation à un pouvoir tampon.

La Boétie nous avait prévenus : ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. Aujourd’hui on ajoutera : ils ne sont puissants que parce que nous croyons en notre propre impuissance.
Il est encore temps de nous relever, et surtout de cesser cette logique sacrificielle qui nous conduit à accuser le pouvoir de tout ce que nous ne voulons pas assumer.

——————–

Pour m’accompagner dans cette nécessaire reprise d’autorité sur moi-même, je lis Vaincre ses peurs et La voie des guerriers du rocher, tous deux aux éditions du Mont-Blanc – Catherine Destivelle (dont je vous reparlerai bientôt si le virus ne nous croque pas)

Quant à ceux qui voudraient profiter du confinement pour lire un de mes romans, y a qu’à demander.

2 Réponses to 'Idiots ou salauds ?'

Subscribe to comments with RSS ou TrackBack to 'Idiots ou salauds ?'.

  1. malyloup said,

    oui Laurent, ce virus est un parcours initiatique qui nous permet (ou pas, c’est selon) de devenir enfin *adulte*
    il était confortable de rester dans l’adolescence mais il n’est plus temps et il faut *choisir* de passer le cap
    merci pour tes mots qui me donnent l’impulsion 🙂


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :