Comme ça s'écrit…


Ça reprend

Posted in Vittérature par Laurent Gidon sur 29 mai, 2017
Tags: , ,

Voilà que cela me reprend, un lien transmis par un mail de Télérama, un article, un autre lien, cet article, et la plongée dans l’horreur, la suffocation par procuration. Cela existe, c’est documenté, photographié, filmé, ce n’est pas de la propagande ou du fake news.
Le fait que le prétexte soit la lutte contre pire n’ôte rien à la rage et aux pleurs qui me prennent.

Photo Ali Arkady

J’avais déjà écrit ici qu’une de mes hantises, un de mes poisons, était de savoir qu’en ce moment sur cette terre quelqu’un hurle de souffrance sous la torture d’un de ses frères humains. Un de mes frères frappe, coupe, tord, un autre de mes frères se tord et hurle, quand le bâillon le lui permet.
Ils sont, je suis, humains.

Cela me reprend alors qu’un vent de terre creuse les vagues, juste là, à moins de deux cents mètres. Je me repose après une session de surf, avant la prochaine. Et là-bas, plus loin mais encore ici et maintenant, ça frappe et ça hurle.
Le mot insupportable n’a aucun sens. Je supporte cette douleur lancinante, cette horreur voisine qui s’insère entre deux marées, entre deux vagues, entre deux plaisirs. Je pourrais vomir rien que d’y penser, et retourner surfer tout de même.
Qu’est-ce qui résiste contre la fausse impression de ne rien pouvoir faire ? Qu’est-ce qui résiste en moi contre la pulsion de prendre une arme et de tous les éliminer ?
La part d’enfance, peut-être.
Cette part de moi, de vous, de nous tous, qui peut être contrainte – l’enfant est faible – ou bâillonnée, très abîmée, mais qui suivra de l’œil le premier papillon qui passe, dansera aux premières notes de musique, rira au premier rire, sautera dans la première flaque, qu’importe la peur et la mitraille, les cris, les chairs qu’on torture, l’avenir qui n’existe pas encore mais dépend de notre envie d’y aller voir.
Ce n’est peut-être pas le meilleur de l’homme, pas le plus utile non plus face aux défis du monde, mais c’est en nous ce qui jouera à vivre malgré tout.

Ce qui jouera à vivre.
Mon fils aîné vient de fêter ses 18 ans.
Ce monde lui appartient. Sa part d’enfance intacte aussi.
Nous ramons côte à côte pour plonger dans la vague qui nous soulève. Il la prend avant moi, me passe devant avec un sourire pendant que je freine pour ne pas l’emboutir.
Cette vague lui appartient, je prendrai la suivante et nous rirons encore.
Voilà que ça reprend.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :