Comme ça s'écrit…


Ce qui compte, ce qu’on vit

Posted in Réflexitude par Laurent Gidon sur 19 avril, 2017
Tags: , ,

Si j’étais candidat à la présidentielle, je crois que j’en profiterais pour parler de la vie des gens et de ce dont ils ont besoin pour vivre heureux, en parler sans violence de langage, au lieu de me positionner sur les deux seuls grands sujets qui semblent s’imposer : l’économie et l’allégeance à Trump ou Poutine via l’Europe.
Trump ou Poutine ? Je n’ai pas d’avis, j’évacue la question. Reste l’économie. Qui n’a rien à voir avec la vie des gens.
La vie des gens, c’est d’abord le temps qu’ils passent au travail – ou à chercher du travail, ou même à ne pas trouver de travail – et c’est donc un sujet de droit du travail, pas d’économie.
Pareil pour ce que les gens gagnent en travaillant – par exemple évoquer un salaire minimal pour la plus petite durée de travail hebdomadaire et non pour ce qu’on appelle un temps plein – ce qui est encore un sujet de droit du travail, pas d’économie.
Oui, les gens ont besoin de temps et d’argent pour vivre, et si l’économie actuelle ne leur fournit pas ce temps et cet argent, c’est qu’elle ne fait pas son travail. Il faut chercher ailleurs. L’économie n’est qu’un moyen, pas une fin.
La vie des gens, c’est aussi se loger, avoir de la place, de la lumière, au sec, au chaud l’hiver et au frais l’été… ce qui n’est pas non plus un sujet économique. Tolérer que certains vivent dehors ou dans des conditions moyenâgeuses n’est pas une question de coûts ou de moyens : c’est une question de choix moral. Donc de droit. La ramener dans le domaine restreint de l’économie actuelle tue le débat, restreint le choix, escamote les responsabilités et la morale, fait croire qu’il n’y a pas d’alternative : on ne pourrait pas. C’est faux. On peut. Mais on préfère regarder ailleurs.
Parler de ce que les gens vivent à l’école aussi. Oui, les élèves comme les professeurs sont des gens, dont la vie est façonnée par l’école, le collège, le lycée. S’ils y sont malheureux, ce n’est pas une question de moyens ou de budget. C’est parce que l’on a mal répondu à la question : à quoi sert l’éducation nationale ? Ce n’est pas l’économiste qui nous donnera la réponse, ne le laissons pas s’emparer de la question.
Parler aussi de ce que vivent les gens en prison. Oui, les incarcérés et les surveillants sont des gens. Qu’ils soient malheureux en prison n’est pas une question économique, c’est une question de morale, et de droit. Alors que plusieurs pays européens se détournent de la prison comme réponse unique, il semblerait que le sujet ne soit abordé en France que sous l’angle comptable : combien de places, combien ça coûte. Ce n’est pas de cela que vivent les gens.
Parler de l’air que les gens respirent, de l’eau qu’ils boivent, de la nourriture qu’ils ingèrent, de la santé qu’ils perdent, ce n’est pas une question économique. C’est une question d’environnement, de transports, d’agriculture, de soins. Donc de choix et de droit. L’économie n’arrive qu’au second plan, pour nous aider à mettre nos choix et nos droits en œuvre. Pas pour nous limiter a priori.
Si j’étais candidat à la présidentielle, je crois que je mettrais les Français devant leurs vrais choix, leurs vraies responsabilités, leurs vrais droits, leur vraie vie.
Et j’inviterais à se taire tous les économistes qui ont réussi à nous faire croire que leur discipline – tellement compliquée que nous serions incapables d’y rien comprendre, vu qu’eux-mêmes…* – est la seule réponse à la seule question que poserait le monde.

—————————-

Comme je ne suis pas candidat à la présidentielle, j’ai le temps de lire Cet Instant-là, de Douglas Kennedy.

* J’ai eu par mes études, une assez bonne formation en économie, culture fondamentale que j’entretiens et mets à jour régulièrement. Je me permets donc de vous conseiller, outre l’Antimanuel d’économie du regretté Bernard Maris, les Mythologies économiques de Éloi Laurent : vous gagnerez un temps précieux et pourrez vite penser à autre chose.

Supplique à messieurs Sarkozy, Hollande et consorts

Posted in Vittérature par Laurent Gidon sur 25 août, 2016
Tags: , , ,
La chaise vide, notre dernier espoir !

La chaise vide, notre dernier espoir !

Je vous en supplie messieurs qui avez déjà eu le pouvoir et l’avez gâché, ne vous présentez pas à l’élection présidentielle de 2017.
C’est un cri du cœur, un cri de l’âme, entendez-le !
Je sais que vous avez annoncé votre candidature ou que vous vous préparez à le faire. Je connais votre tactique qui consiste à espérer, non pas arriver en tête du premier tour, mais être second, en position d’affirmer « Moi ou le FN, moi ou le chaos ! »
Votre calcul est juste et se vérifiera pour l’un au moins d’entre vous. Pourtant, messieurs Hollande, Sarkozy et consorts (personnes qui partagent le même intérêt dans une procédure), je vous supplie de ne pas poursuivre.
Vous serez élu – l’un d’entre vous le sera – mais sans adhésion, ni à vos idées, ni à vos promesses, et encore moins à votre personne.
Vous allez encore obliger tout un pays à voter contre.
Depuis 15 ans déjà, nous votons contre. Pas tous, certains vous croient, mais la grande majorité d’entre nous a voté «contre pire que vous» à chaque élection présidentielle, et cela tue l’espoir.
Votre persistance mortifère au sommet des appareils et en tête de sondages biaisés nous enferme dans cette situation sans issue.
Faites un geste pour la France, un vrai, je vous en supplie.
Faites le seul geste utile encore en votre pouvoir : ne vous présentez pas.
Retirez votre candidature !
Laissez place, laissez-nous voter pour nos espoirs et non contre le pire.
Retirez-vous avant d’ensemencer encore 5 ans de désespoir.

Si vous restez en lice, je m’engage et j’appelle tous les électeurs qui voteront pour un autre candidat au premier tour à respecter leurs convictions, et donc ne pas voter au second. Ce, quel que soit votre adversaire, même le pire.
Vous serez seul, il n’y aura personne pour voter contre.
Personne d’autre que les quelques derniers croyants de votre religion du pouvoir.

——————

Tout en suppliant à genoux, je lis Le Club des miracles relatifs, de Nancy Huston. C’est de saison.


%d blogueurs aiment cette page :