Comme ça s'écrit…


On dirait des perles

Posted in Vittérature par Laurent Gidon sur 9 décembre, 2016

Hier j’ai fait passer des entretiens de recrutement pour de faux à des Terminales qui préparaient des concours d’entrée en études supérieures et ils étaient tellement bons et attachants que je les aurais tous pris dans mon école de la vie.
Le problème avec la liberté d’expression commence dès que l’opinion de l’autre devient tellement autre qu’elle nous paraît insupportable (imaginez qu’en plus il ait raison, l’horreur !), et par temps de peur cela commence de plus en plus près.
Partager un espoir le multiplie, ce qui est aussi vrai – hélas – pour la peur.
On aimerait bien que les politiques ne soient pas tous des salauds ou des vendus, mais il faudrait alors faire la politique nous-mêmes, ce qui est au mieux fatiguant et au pire salissant.
La fin du pic de pollution est prévue pour ce week-end à Paris, ce qui n’est pas une si bonne nouvelle d’abord parce qu’il ne pue pas qu’à Paris, ensuite parce que la pollution ne disparaît pas, elle se déplace seulement, et aussi parce que cela va donner l’impression qu’on peut repartir comme avant, voir plus vite pour rattraper le temps perdu, au lieu de s’arrêter pour respirer un peu mieux.
Lire un bon livre – un livre qui vous plaît – fait exister un univers dont on regrette la finitude, ce qui incite à lire lentement pour approcher l’éternité.
La sensation d’exister m’appartient : si ça se trouve vous n’avez pas la même, voire pas du tout.
Si vous ne voulez rien faire, dites-vous que moi non plus et ne culpabilisez pas.
Manger ne serait-ce qu’un steak de moins reste beaucoup plus efficace en termes d’environnement que de couper l’eau en vous brossant les dents ou de co-voiturer (continuez de couper l’eau et de partager votre voiture, mais considérez aussi la réduction de steak).
Au commencement il n’y avait rien et il est probable qu’il n’y aura plus grand-chose à la fin.
Noël commence de plus en plus tôt, il y a déjà des galettes des rois au supermarché, je me demande si tu m’offriras des œufs de Pâques à la Saint-Valentin.

Pourquoi monter puisqu’il faudra redescendre (merci Samivel), pourquoi commencer puisqu’il faudra s’arrêter ; questions auxquelles je répondrai seulement par une autre : et le plaisir, mon bon monsieur ?
Grâce aux bibliothèques publiques nous pouvons tous nous octroyer sans risque la découverte de livres dont nous n’avons pas lu la dernière de couverture : délicieux frisson de l’aventure immobile.
La vérité révélée par l’anagramme : de la démocratie = art de la comédie.

S’il m’en vient d’autres je les déposerai ici jusqu’à disposer d’assez de perles pour boucler le collier. Et chacun peu m’aider en déposant les siennes en commentaire. On se donne jusqu’à la fin de l’année ?

—————–

Tout en enfilant des perles je lis Les Lisières d’Olivier Adam, paru chez Flammarion en 2012… et je ne regrette pas ces retrouvailles.


%d blogueurs aiment cette page :