Comme ça s'écrit…


Sur la route du lundi

Posted in Vittérature par Laurent Gidon sur 15 novembre, 2016
Tags: ,
Aucun rapport avec le texte

Aucun rapport avec le texte, mais c’est joli

Au bord de la route qui conduit de chez nous à la ville une pancarte clame en lettres peintes à la main : « Que votre journée soit belle ». Un soleil jaune aux rayons découpés pointus en dépasse.
Ce panneau blanc presque rectangulaire sent la récup’. Il égaye un paysage étrange : d’un côté une zone d’activité comme on en voit de pires, et de l’autre une déchetterie séparée des voies par un ruisseau rectiligne bordé d’arbres.
C’est à l’un de ces arbres que quelqu’un a pris la peine d’accrocher son vœu à la beauté du quotidien.
De sept à dix mille véhicules par jour y sont exposés. Et souvent dans un ralentissement qui décuple l’effet du panneau, à n’en pas douter.
Chaque fois que, comme ce lundi, je suis pris dans le bouchon matinal je remercie ceux qui se sont donnés le mal de nous souhaiter ainsi une bonne journée.
Il a fallu qu’ils s’y mettent à plusieurs. De loin, ce panneau n’a l’air de rien, surtout comparé aux immenses affiches pour les enseignes de la zone. Il mesure tout de même dans les deux mètres de large, doit peser son poids, et une bonne échelle a sans doute été nécessaire pour le fixer en hauteur par de solides colliers qui veillent à ne pas abîmer le tronc de l’arbre.
La pancarte est là depuis des années. Elle a tenue le temps ou a été régulièrement entretenue.
En rentrant ce matin, j’ai vu un autre panneau, tout récent, visible pour ceux qui reviennent au village ou continuent vers Paris. Il y est écrit, dans le même lettrage manuel sur le même fond blanc, mais sans soleil rapporté : « Nous vous souhaitons tout le bonheur du monde ».
La pancarte est cette fois-ci fixée aux branches griffues d’un arbuste jouxtant une grande surface dédiée au matériel de sport à bas prix.
Je ne sais pas combien d’automobilistes passent en remarquant ces panneaux, combien en remercient les auteurs et combien se gaussent de cette inutilité.
C’est en effet gratuit, mais pas inutile.
J’y vois une façon de faire franchir au message les limites de la bulle Internet dans laquelle chacun est enfermé par de savants algorithmes. Encore faut-il regarder de côté par les vitres de l’auto.
Se donner du mal pour faire passer un message alors que l’on n’attend ni reconnaissance personnelle ni même une réponse, voilà qui vient à contre-courant de notre ère du rentable.
Où est la productivité ? Le retour sur investissement ?
Qu’en dirait Donald Trump ?
Ne comptez pas sur moi pour dire du mal du prochain président des États Unis d’Amérique. L’insulter conforterait tous ceux qui ont voté pour lui dans leur choix. Ils n’ont sans doute pas remarqué les panneaux.
Je préfère leur souhaiter une belle journée et tout le bonheur du monde.
Les gens heureux, même à l’encontre de l’air du temps, éprouvent une certaine difficulté à être méchants et sont sans doute plus enclins à tendre la main à leur prochain. N’est-ce pas ?

———————————-

Je ne lis pas que des panneaux au bord des routes, mais aussi Freedom, de Jonathan Franzen. C’est de saison.

 

La saveur douce

Posted in Textes par Laurent Gidon sur 11 octobre, 2016
Tags:

Vienne ce moment de grande fatigue où nous ne pourrons plus opposer aux déchirures du monde que la saveur douce d’un baiser malgré tout.
Ce temps de l’abandon, de n’y plus rien pouvoir, rien qu’un peu de plaisir cueilli au creux de l’autre.
On mêlerait là ce qui palpite au lieu de se livrer à la douleur.
Retrouver l’évidence que la vie se danse, pas à pas, câlin-caha.
Que les mains sont pour rendre la caresse et le fruit.
Les frissons de la nuit sur les corps, la foison de l’envie dans les cœurs,
et puis doubler nos allers simples.
Et danse, et danse, dans ce brouillard dispersé de bourrasques.
L’air clair ensoufflerait nos gorges rauques.
Sous les silences de la mitraille vienne le rire d’un enfant.
Il faudra bien un jour sécher ses larmes, mais elles sécheront, elles sécheront.
Alors il partira plus loin pour voir si lui aussi se lie et se libère.
Les traces de ses pas comme un chemin à lire.
Le sable fin, le sel cristal, chaque vague en reflux lissant ses propres fracas.
Et nous, apaisés, aux lèvres la saveur douce d’un rivage enlacé.
Des mots contre l’oubli de tout ce qui unit au temps des grands clivages.
Un murmure, un miracle.
Vienne la graine qui poussera demain.
Qui nous rendra le goût

saveur-douce

——————

Tout en cherchant ce goût j’ai lu Soleil de nuit, de Jo Nesbø (si quelqu’un sait où trouver au clavier ce ø, merci, ça me facilitera la vie)

Ici est maintenant

Posted in Textes par Laurent Gidon sur 7 octobre, 2016
Tags: , ,

bateau

Des cris, de la fureur et des larmes, loin de chez nous, en approche.
Nous sommes là, aveugles écarquillés, voyants inutiles.
Sans doute faudrait-il que nous cessions de rêver de plus belle voiture et de vacances à l’autre bout de la planète, ou même d’un simple téléphone, le dernier cri.
Mais nous sommes là, tout entiers dans ces rêves.
Peut-être aussi pourrions-nous manger moins de ceci, brûler moins de cela, acheter mieux, et surtout assumer le pouvoir de nos achats au lieu de pleurer sur notre pouvoir d’achat.
Mais nous sommes là, le nez dans le porte-monnaie.
Nous voudrions tant qu’aucun enfant n’ait faim, ni froid, ni peur, ne travaille à la mine, ne brûle au phosphore, ou seulement pleure en classe.
Et pourtant nous sommes là, devant l’écran.
Notre terre retournée vomit sous les intrants, nos bêtes fauchées trop jeunes saignent jusqu’à nos tables, le travail triture nos entrailles, la dette nous fait croire que nous avons mangé le grain de l’an prochain, la peur au ventre.
Nous sommes encore là, de boîte en boîte, coincés, bien adaptés.
Des champs de misère, décharges à ciel ouvert, des virages, dérapages, et toujours des visages qui nous défigurent.
Là, toujours là.
Des bateaux entiers chavirent en mer, surchargés de corps pas encore morts qui espéraient nous rejoindre, des frontières se hérissent et bloquent les survivants, des jungles s’épaississent des rares qui sont passés et nous sont encore trop nombreux, trop dangereux.
Nous en sommes là.
Des bombes fragmentent des enfants, leurs parents, leur rue, leur ville, leur pays, pour que s’équilibrent les pouvoirs de terreur dans une ampleur qui hurle que nous n’y pouvons rien.
Mais nous en sommes, nous sommes là, assourdis.
Seul le réveil nous réveille, pour nous jeter chaque matin dans la machine à croissance, à concurrence, à performance, à surveillance, à invariance.
Nous sommes là-dedans, consentants ou inconscients.
Nous sommes dans tout ce que nous faisons et ne faisons pas, chaque jour, dans tout ce qui participe à ce que rien ne change, ou alors que cela bouge un peu, peu à peu, maintenant.
C’est là. Nous y sommes. Il n’y a plus d’ailleurs.

———–

Pendant que je reste là, je lis L’événement de Annie Ernaux (Gallimard) et Rue des voleurs de Mathias Enard (Actes Sud).

Ce contrebandier de Clint !

Posted in Réflexitude par Laurent Gidon sur 20 septembre, 2016
Tags: , , ,

1999, Clint Eastwood produit, réalise et joue dans True Crime, en français Jugé Coupable.

McCormack-Eastwood

McCormack-Eastwood

Dans une des premières scènes, il séduit une collègue journaliste, personnage joué par Mary MacCormack. La femme, bien que très tentée, finit par refuser l’invitation et laisser la star seule au bar.
En 1999, Eastwood  a 69 ans.
Mary MacCormack n’a elle que 30 ans.
Si elle le repousse, ce n’est pas parce que Clint affiche plus du double de son âge, mais parce qu’il est marié et que ce serait une bêtise. Ce qui ne la sauvera pas puisqu’elle meurt dans la séquence suivante.
Le lendemain, la caméra saisit Clint au lit avec une autre femme d’une trentaine d’années, jouant l’épouse du supérieur de la star.
Plus tard dans le film, Clint entre dans une épicerie où une jeune fille habillée d’un boléro de Skaï noir des plus révélateurs se retourne sur lui et le détaille d’un air gourmand. Elle a la vingtaine mais craque visiblement au premier coup d’œil pour se presque septuagénaire.
Enfin, on découvre l’épouse acariâtre du personnage de Clint, incarnée par Diane Venora, 47 ans à l’époque, donc de plus de vingt ans sa cadette.
Si elle lui en veut c’est parce qu’il ne s’occupe pas assez de leur fille de 5 ans.
Parce que, oui, à 69 ans, Clint n’est pas à la retraite mais demeure un journaliste plein d’allant qui parviendra malgré une cuite sévère à sauver le coupable (qui donc ne l’était pas, désolé si je spoile).
La séquence finale voit Clint tenter encore une passe de séduction sur une vendeuse (incarnée par Lucy Liu, 30 ans à l’époque), laquelle, charmée, ne refuse que parce qu’elle a déjà un petit ami.
True Crime relate efficacement l’enquête expresse d’un journaliste qui tente de sauver un condamné à mort quelques heures avant l’exécution. Pourquoi avoir parsemé le film d’autant de scènes parasites laissant entendre qu’un homme plus que mûr représente le fantasme sexuel de toute femme le croisant ?
Quel message Clint voulait-il faire passer ?
Je ne sais pas. Si cela se trouve, c’est un simple réflexe ancré par un siècle de cinéma, hollywoodien ou non. Comme l’avait dit Virginie Despentes lorsqu’on lui demandait s’il avait été difficile de faire jouer des scènes lesbiennes à Emmanuelle Béart et Béatrice Dalle dans Bye Bye Blondie : elle rétorque en substance qu’il lui aurait été beaucoup plus difficile de leur faire simuler la gérontophilie en les pendant au cou de stars masculines cacochymes rendues irrésistibles par la magie du scénario, ainsi que cela se pratique tant dans le cinéma de mecs. La gérontophilie passant comme plus normale que l’homosexualité.
Et c’est peut-être là le message glissé en contrebande par Clint Eastwood : on vous fait croire n’importe quoi, sans que vous vous en rendiez compte.
Pour que la gérontophilie des starlettes devienne un cliché invisible, il a fallu frapper fort et longtemps.
Mais c’est réussi, on marche, Grace Kelly (1929) craque toujours pour Cary Grant (1904) ou James Stewart (1908), qui sont siiiii craquants avec leur charme grisonnant.
L’inverse ferait rire ou signerait un drame de l’attachement au passé (Sunset Boulevard ou Fedora, sacré Billy !) et ce serait LE sujet du film.
Quand un plan impitoyable montre Clint torse nu, affichant tout l’impact de l’âge sur sa chair, je me dis qu’en tant que metteur en scène il a voulu cela.
Il n’est pas dégoûtant, il est juste très vieux, cela se voit et accentue le décalage avec la fraîcheur de la jeune femme en nuisette allongée sur le lit. Que remarque le spectateur ? Que Clint n’est pas si mal conservé, peut-être.
Et Clint lui-même, habitué des scènes volontiers masochistes, se marre : vous n’avez rien vu de ce que je vous ai montré !
Combien d’autres clichés se sont ancrés en nous, insidieusement, jusqu’à nous sembler évidents ? Des idées naturelles du type « il n’y a pas d’autre solution que le combat à mort contre cette menace » ou « le plus méritant doit l’emporter » ?
Nous baignons dans des mythes qui biaisent nos regards sur le monde, de façon d’autant plus efficace qu’elle est cachée. Et parfois, un raconteur contrebandier nous permet d’en prendre conscience.
Merci monsieur Eastwood, je vous ai reconnu.

————–

Quand je ne regarde pas de film, je lis La Montagne de Minuit, de Jean-Marie Blas de Roblès.

Ce qui vient et ce qu’on en fait

Posted in Promo,Réflexitude par Laurent Gidon sur 4 septembre, 2016
Tags: , , ,

Le passé me semble sujet à caution. C’est ce qu’on se raconte, avec tant de variations subjectives d’un raconteur à l’autre que… Bon, c’est le passé.
Le présent ne dure pas. Malgré la forme du mot « maintenant » – ce qui est en train de maintenir – on ne maintient pas le présent, il nous file entre les doigts, c’est déjà du passé, n’en parlons plus.
Et le futur ? Chassons d’emblée le point Lapalisse : il suffirait d’attendre assez pour que le futur devienne présent. Donc passé. Cela semble idiot, mais j’y reviendrai. Sinon, le futur, c’est ce qu’on en fait. Tous.
Si on y réfléchit, assez peu de d’événements se produisent de façon fortuite. À part la météo, la tectonique, les éruptions solaires, les chutes d’astéroïdes et les pannes (encore que, obsolescence programmée, tout ça)… cela me semble tout, corrigez-moi si je me trompe.
Le reste, la politique, la guerre, l’économie, même l’accident ou la maladie, est de notre fait, directement ou indirectement, personnellement ou globalement. Et peut donc être défait avant de se précipiter dans le présent.

Cette longue introduction pour rappeler qu’il n’y a rien de définitif ni d’inévitable dans ce qui se profile. Nos décisions modifient l’avenir à chaque seconde.
Dans son édito du We Demain n°15, François Siegel rappelle que « Non, la résignation serait notre plus grande erreur. Plus que jamais, l’antidote réside dans notre capacité à bâtir un futur désirable… »
Notre capacité, ou notre envie ?
Depuis quelque temps, des initiatives fleurissent dans le monde de la SF pour inciter les auteurs à inventer des futurs désirables. Il y a eu Contrepoint, le concours des Indés bien sûr, et ce tout nouveau Avenirs Radieux chez Rivière Blanche. En avez-vous croisé d’autres ?
Ne sont-ce que des trucs de Bisounours ? De la littérature marginale et sans poids ? Non. Il nous faut des Houellebecq pour mettre le sel sur la plaie, nous dire là où ça va mal. Mais il nous faut aussi des Éric-Emmanuel Schmitt. Et je ne cite que deux auteurs dont le talent m’a touché, vous compléterez la bibliographie. Il nous faut donner du poids aux histoires qui donnent envie de faire l’avenir au lieu de s’en défier. Décrire l’utopie, ce n’est pas ailleurs et demain, c’est ici et maintenant, sinon demain n’existera nulle part, ou sans nous.

L’avenir n’est pas qu’aux politiques, aux ingénieurs et aux financiers. Personne ne fait rien tout seul, et les politiques, les ingénieurs, les financiers, devront s’appuyer sur énormément de monde pour atteindre leurs objectifs. Faire croire énormément de monde à ce qu’ils proposent. Ou au moins compter que ce monde s’y laisse entraîner, résigné, vaincu par les histoires et les mythes qu’on lui raconte depuis des siècles.
Écrire ou filmer des histoires d’un demain qui donne envie, d’un avenir désirable, ou au moins vivable, voilà ce qui fera évoluer les croyances, les décisions, les actes. Apporter une alternative à ce qui paraît inévitable pour qu’un plus grand nombre de nos contemporains se sentent concernés, acteurs et non esclaves de ce qui vient. Réveiller l’envie de décider et agir.
C’est l’affaire des artistes, auteurs, scénaristes, mais aussi des éditeurs, des producteurs, de tous ceux qui font exister ces histoires à grande échelle, mais encore de ceux qui les lisent ou les regardent et in fine « font le marché ».
Chacun a sa responsabilité. Celui qui invente, celui qui diffuse, celui qui reçoit. Chacun, de son côté et à son niveau d’influence, agit sur ce qui vient. Arrêtons de nous plaindre, et votons par nos actes quotidiens POUR l’avenir que nous désirons. Pas contre.

Et attendre pour laisser l’avenir passer, alors ? Aussi bête que cela puisse paraître, il me semble y voir une forme de présence spirituelle au monde. Attendre, c’est le privatif a- devant le verbe tendre : celui qui attend n’est pas tendu. Il se détend, il regarde passer le temps, ne cherche pas à y imprimer sa marque, fait confiance à la bénignité des choses et des êtres.
Attendre et regarder avant d’agir, au lieu de courir et ne plus pouvoir que réagir avec un temps de retard.

————–

Pendant que je regarde passer le temps, je lis We Demain bien sûr, et aussi La Physique de la Conscience de Philippe Guillemant et Jocelin Morisson.

Quant à vous, lisez Dimension Avenir Radieux, ma nouvelle Sous leurs regards y est, avec plein d’autres utopies. (c’est de la promo, ça ne tache pas)

Supplique à messieurs Sarkozy, Hollande et consorts

Posted in Vittérature par Laurent Gidon sur 25 août, 2016
Tags: , , ,
La chaise vide, notre dernier espoir !

La chaise vide, notre dernier espoir !

Je vous en supplie messieurs qui avez déjà eu le pouvoir et l’avez gâché, ne vous présentez pas à l’élection présidentielle de 2017.
C’est un cri du cœur, un cri de l’âme, entendez-le !
Je sais que vous avez annoncé votre candidature ou que vous vous préparez à le faire. Je connais votre tactique qui consiste à espérer, non pas arriver en tête du premier tour, mais être second, en position d’affirmer « Moi ou le FN, moi ou le chaos ! »
Votre calcul est juste et se vérifiera pour l’un au moins d’entre vous. Pourtant, messieurs Hollande, Sarkozy et consorts (personnes qui partagent le même intérêt dans une procédure), je vous supplie de ne pas poursuivre.
Vous serez élu – l’un d’entre vous le sera – mais sans adhésion, ni à vos idées, ni à vos promesses, et encore moins à votre personne.
Vous allez encore obliger tout un pays à voter contre.
Depuis 15 ans déjà, nous votons contre. Pas tous, certains vous croient, mais la grande majorité d’entre nous a voté «contre pire que vous» à chaque élection présidentielle, et cela tue l’espoir.
Votre persistance mortifère au sommet des appareils et en tête de sondages biaisés nous enferme dans cette situation sans issue.
Faites un geste pour la France, un vrai, je vous en supplie.
Faites le seul geste utile encore en votre pouvoir : ne vous présentez pas.
Retirez votre candidature !
Laissez place, laissez-nous voter pour nos espoirs et non contre le pire.
Retirez-vous avant d’ensemencer encore 5 ans de désespoir.

Si vous restez en lice, je m’engage et j’appelle tous les électeurs qui voteront pour un autre candidat au premier tour à respecter leurs convictions, et donc ne pas voter au second. Ce, quel que soit votre adversaire, même le pire.
Vous serez seul, il n’y aura personne pour voter contre.
Personne d’autre que les quelques derniers croyants de votre religion du pouvoir.

——————

Tout en suppliant à genoux, je lis Le Club des miracles relatifs, de Nancy Huston. C’est de saison.

Bienvenue dans la bande à Basile

Posted in Admiration,Vittérature par Laurent Gidon sur 11 août, 2016
Tags: , ,

Une petite baie de la côte ouest du Cotentin. Le croissant de plage s’étend sur deux à trois kilomètres, face à la Manche d’abord, mais au-delà c’est l’Atlantique et ses tempêtes houleuses. À l’une des extrémités de la baie, un banc de sable lève une vague qui s’ouvre en droites et en gauches intéressantes. Pas tous les jours : il faut que le coefficient de marée dépasse 70. C’est ce que me dit Basile avec son sourire indécrochable.
Basile… Une jeune femme rencontrée sur le parking me l’a présenté comme « le meilleur surfeur de Normandie ». Je lui attribuerais aussi la plus belle moustache. Difficile, moulé comme il est dans une combinaison de Néoprène sans distinction, d’assumer une prestance de dandy anglais. Pourtant Basile y parvient, sans une once d’accent britannique.
Nous ramons ensemble vers la vague. J’ai l’air d’un phoque échoué sur un espar, lui d’un prince caressant l’onde amère. On m’a dit aussi qu’il shape lui-même ses planches – c’est-à-dire qu’il les conçoit, dessine et réalise – et je veux bien le croire. Celle qu’il chevauche ressemble à une Moby Dick de poche. On dirait une longboard lorsqu’il danse vers l’avant et vient en agripper le nez rond de ses deux pieds (les initiés reconnaîtront un hang ten) pendant que la vague casse généreusement sur l’arrière. Mais l’arrière, justement, semble avoir été raboté, aminci, pour filer comme la queue d’une goutte d’eau. Dessous, un effet de papier à la cuve dessine des volutes à dominante d’orange. C’est artisanal, plutôt joli, sans prétention, unique.
Basile ne prend pas la vague : il l’épouse. Une ondulation que mon manque de pratique me pousse à mépriser se lève doucement devant nous. Lui fait « Ho, ho… » sans cesser de sourire, tourne sur place et se coule en deux brasses dans un creux apparu par magie là où il n’y avait rien.
La danse commence. Elle durera quelques secondes, donc une vie de couple féconde qui déposera des graines de bonheur dans le regard de tous ceux qui partagent ce moment. C’est souple, vif, enlacé, intense mais sans brusquerie, cela n’exploite pas mais révèle et magnifie, c’est beau et cela meurt, d’autant plus beau que c’est bref.

L'ami patineur

L’ami patineur

Nous sommes une quinzaine à profiter du spectacle, et des vagues que Basile nous désigne d’un clin d’œil quand il n’est pas le mieux placé. Parfois il échange quelques mots avec un autre surfeur, et je comprends à les entendre qu’il a aussi sculpté cette planche-ci, multicolore et courte comme une savonnette. L’ami de Basile danse également, à sa façon plus vigoureuse, en pompant l’énergie de la vague avec des gestes imitant le pas du patineur… qui n’aurait qu’un patin.
D’autres échangent des saluts lointains, les yeux brillent du plaisir de se retrouver et de célébrer chaque surf comme autant de cadeaux. Aucune hâte ou précipitation, encore moins de compétition. Chacun communie dans ce qu’il a et ce qu’il peut. Un costaud souriant attend la prochaine à mes côtés. Je préfère le prévenir : il m’arrive de faire des erreurs de priorité et il ne doit pas hésiter à me les signaler.
On ne prend pas la vague si quelqu’un d’autre est mieux placé au pic. Mais pour cela, il faut savoir la juger avant que le pic se creuse, justement. Tout un art dans lequel je balbutie malgré ma bonne volonté.
Ici, on me répond qu’il y a en bien assez pour tout le monde et cela me rappelle ce dicton irlandais : quand dieu a créé le temps, il en fait suffisamment. Pour la bande à Basile, les vagues et le temps c’est tout un.
Il me prend de rêver que toute notre belle humanité entre dans la bande. Il y aurait toujours assez de vagues, et de temps, et de tout.

 

———————

Entre deux sessions, j’ai tenté de lire Check-Point de Jean-Christophe Rufin. Tenu en échec, j’ai relu avec ravissement L’Abyssin, du même. C’est bon, un bon livre bien écrit. Très bon.

Question de culture

Posted in Réflexitude par Laurent Gidon sur 27 juillet, 2016
Tags:

Culture chant

Tous les spécialistes l’affirment : même si le système policier et judiciaire permet de déjouer de nombreuses tentatives d’attentat il est impossible de surveiller tous les lieux, toutes les personnes : des candidats au suicide symbolique par meurtre de masse parviendront toujours à perpétrer leur acte terroriste.
La seule solution consiste non à décourager ces candidats, mais à les détourner de ce projet en leur rendant l’envie de vivre parmi nous au lieu de mourir en nous détruisant.
Notre culture de vie contre une culture de mort. Cela peut marcher. Cela doit !
Mais quelle est notre culture, qu’avons-nous envie de partager ?
Est-ce la culture de la course à la consommation, au supermarché, à l’automobile, au smartphone dernier cri, la culture de la star de foot, des fringues et de la frime top swag, du succès facile de la téléréalité ? Cette culture laisse sur le bord du chemin trop de gens qui, au lieu d’espérer en faire partie à force d’efforts et de réussite, ne rêvent plus que de la détruire.
Ou alors, est-ce la culture de la musique, de la danse, du théâtre, de la peinture, de la littérature, de la gastronomie ?
Oui, bien sûr dirons-nous, c’est ça notre culture, regardez tous ces musées, ces expositions, ces concerts, ces théâtres, ces festivals, ces cinémas, ces restaurants…
Eh bien non. Tout cela, c’est du spectacle, de la consommation. Tout cela laisse sur le bord du chemin ceux qui n’ont pas les moyens d’y prendre part, ou d’y prendre plaisir.
Une culture, c’est ce qu’on fait ensemble. C’est faire de la musique, faire du théâtre, faire de la littérature ou de la peinture, faire du sport ou de la cuisine, ensemble. Pas pour viser le succès ou gagner plein de brouzouf, mais juste pour le plaisir de pratiquer. Ensemble.
En 2016, le Ministère de la Culture ne dépensait que 360 millions d’euros à la transmission des savoirs et à la démocratisation de la culture, soit 3 % des 9,4 milliards de son budget.
Réorienter ce budget vers une pratique de la culture par tous me semble être LA priorité nationale. Maintenant. Pas en 2017, pas même à la rentrée de septembre, mais dès aujourd’hui. Cet été, les passages à l’acte se multiplient. Question de saison, ou question de culture et d’abandon ?
Il y faudra des policiers au début, mais si nous pouvions aller là où des Français ne partagent pas notre culture, avec des profs de musique, de dessin, de théâtre, de peinture, de cuisine, d’écriture… et y aller maintenant, combien de candidats à l’attentat retiendrions-nous ?
J’anime des ateliers d’écriture et je donne mon numéro de téléphone à tout fonctionnaire de la culture qui passerait par-là et déciderait que, oui, on peut et on doit.

—————-

Et pendant ce temps, je me cultive avec Check-Point de Jean-Christophe Rufin.

Ce qui s’écrit

Posted in Textes par Laurent Gidon sur 1 juillet, 2016
Tags:

Imaginons un peu que vous ayez écrit quelques romans et nouvelles publiés de façon professionnelle, c’est-à-dire contre rétribution et disponibles en librairie.
Imaginons encore que vous ayez écrit d’autres romans (8 en tout, dans tous les genres, SF, Fantasy, Polar, aventures pour ados, autofiction, littérature sans case…) et beaucoup plus de nouvelles, mais que depuis cinq ans, rien de marquant ne soit publié.
Aucun roman, surtout. L’un d’entre eux a pourtant reçu une bourse de la Région, ce qui vous a aidé à beurrer les épinards mais ne l’a pas empêché d’être refusé par tous les éditeurs auxquels vous l’avez présenté.
Imaginons toujours que vous continuiez tout de même à écrire, non par fierté désespérée, mais parce que c’est vous, votre nature, votre karma même, si vous voulez.
Vous écririez quoi ? Et dans quel but ?
Pendant un temps, vous avez couru plusieurs lièvres, vous disant que dès qu’un livre serait accepté par un éditeur, vous en termineriez un autre du même genre, roman jeunesse sportif par exemple, ou science-fiction non conflictuelle, voire roman noir, pour surfer sur cette onde positive. Les lettres de refus s’accumulant et les années passant, vous êtes contraint à changer de stratégie.
Voire, à abandonner toute stratégie.
À n’écrire que ce qui pousse le plus fort en vous, sans autre objectif que de réaliser (rendre réel) ce qui n’est encore que bouillonnement de neurones.
Depuis quelques semaines (mois ?) ce qui bouillonne a pris la forme d’un roman choral.
Le titre actuel : La Bousculante
Au départ, une réunion qui se passe mal. Quels échos l’onde de choc aura-t-elle dans la vie des différents participants ?
Le récit se développe en une double spirale excentrique autour du moment déclencheur. Comment en est-on arrivé là. Comment chacun réagit après, dans son intimité la plus nue.
Il y a des cris, des pleurs, des coups, des ricanements, du sexe consolateur ou accablant, des tas de choses qui ne peuvent se passer qu’aujourd’hui, dans la société et les rapports perturbés que nous construisons et détruisons avec une constance confondante.
Il y a un style, aussi. Une façon d’entrechoquer actes, paroles et pensées, points de vue et omniscience de l’auteur (c’est moi).
Cela commence ainsi :

Quelques mots et le silence, c’est tout. Cela aura suffi. « Non, ce qu’il nous faut c’est juste changer d’agence. » Celui qui les prononce, Pierre-Alexandre de Rincy, en a l’autorité : pdg du SITeC, la régie mixte qui gère les transports en commun sur la communauté de commune. Changer d’agence ! Il a le droit de le dire, oui. Et pour l’écouter – avec attention, croyez-moi – il y a d’un côté Vincent Néran, dit Vince (qu’il faut prononcer Vinnnns pour lui plaire), patron de l’agence Com’Unique One, Thomas Béranger, le directeur de création de l’agence, et Camille Larue, une rédactrice freelance qui renforce l’équipe créative. De l’autre côté, seulement Charlène Ringot, directrice de la communication du SITeC, qui n’en croit pas ses oreilles et tente de n’en rien montrer pour avoir l’air de toujours gérer, alors qu’en fait…
Changer d’agence. Changer… d’agence !
La tête de Vince lorsqu’il comprend que Rincy ne plaisante pas. La tête de Charlène aussi, en fait, ça lui échappe. Elle n’a pas été prévenue, elle se croit aux commandes, encore. La tête des deux autres, baissée, parce qu’ils voudraient que Vince prenne les choses en main et redresse la situation, c’est lui le patron après tout. Mais Vincent Néran n’est que directeur de l’agence, placé là seulement pour transmettre les décisions, gérer le quotidien et encaisser les chocs. Il n’en peut plus, ce matin. Ce n’est pas qu’une question professionnelle, sa fatigue. Un peu, tout de même. Il pouvait s’attendre à un coup de semonce, juste quelques reproches et la mise en place d’une nouvelle approche stratégique, mais pas cette exécution..
Son problème, c’est ce qu’il croit savoir. Et il croit savoir que le budget des transports publics de l’agglomération est chasse gardée pour Com’Unique. Des accords qui le dépassent, mais sur la permanence desquels il compte. C’est politique. D’où cette impression de sol qui se dérobe, pulvérisé par la remarque de Rincy. Vince voudrait faire quelque chose, il voudrait même en avoir le pouvoir. S’il était honnête avec lui-même,  il reconnaîtrait qu’il ne peut rien parce qu’il ne lui vient même pas la possibilité d’une idée. Il est blanc, vide, sonné. Comme un athée de naissance qui rencontre Dieu : trop dur à gérer.

Si quelqu’un veut s’en faire une idée plus profonde, j’envoie un extrait sur demande.

Loin l’Afrique

Posted in Lecture par Laurent Gidon sur 15 juin, 2016
Tags:


Dans un peu moins de soixante pages, je vais quitter La Ferme Africaine de Karen Blixen. Avec regrets.
C’est par le film de Sydney Pollack que sa musique douce m’a touché pour la première fois. Je n’avais pas vingt ans et la voix de Meryl Streep prononçant «J’avais une ferme en Afrique, au pied des collines du Ngong» s’est glissée en moi jusqu’à ne plus me quitter.
Bien sûr, ce n’était pas la voix de Mme Streep, mais celle de l’actrice qui la doublait en français : Évelyne Séléna. Le charme opéra tout de même.
Dans une bibliothèque, j’avais trouvé un exemplaire du livre et appris par cœur cette première phrase, ainsi que je le faisais pour d’autres œuvres qui m’avaient touché. À vous de retrouver, par exemple, «On m’appelle Ismaël» ou «C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar». Je cite de mémoire, je peux me tromper, donc Google ne vous aidera pas.
Quelle n’a pas été ma surprise de trouver, dans une nouvelle édition, cet incipit : «J’ai possédé une ferme en Afrique, au pied du Ngong.» Je n’y retrouvai pas la musique, ni le rythme, comme si un interprète audacieux avait changé une note sur quatre dans la 5ème de Beethoven et comptait nous séduire avec ça.
Trahison ? Non, bien sûr. Cette traduction nouvelle d’Alain Gnaedig (cité sur remarque de Gilles Goullet, lui aussi traducteur) s’appuie sur le texte original en danois, alors que la précédente provenait du texte anglais réécrit par Karen Blixen elle-même. Mais j’y perds une partie de l’émotion éveillée par le film et entretenue par mon souvenir. J’avais tellement aimé la tendresse dont Pollack avait baigné le couple Streep-Redford. Elle était, pour moi, tout entière contenue dans le phrasé nostalgique de ces premiers mots.
Quant au livre, il m’a étonné par son architecture. Pas de chronologie, mais des mémoires agencées par thème, fragmentées quand rien de plus qu’une page doit être dit sur un sujet, répétitives comme peut l’être un songe insistant. On commence par chercher le film, et puis on se laisse aller à visiter toutes les pièces de la maison, en compagnie de sa maîtresse. Sa franchise surprend. C’était un autre temps, les «nègres» étaient «ses gens», elle tirait sans scrupules autant de servals ou de lions qu’il le fallait pour protéger ses buffles, et la passion n’était que suggérée, jamais étalée, encore moins disséquée.
Que montrons-nous de ce que nous sommes, ici et maintenant ? Où est notre vérité : dans le choc des manifestations, dans l’accueil des réfugiés, dans l’affliction des attentats ? Quelle liberté, quelle égalité, quelle fraternité, dans les slogans et les images publicitaires, dans les thrillers à succès, dans les blockbusters à effets numériques ou les pornos en accès libre ? Que diront de nous les traducteurs du futur ?
Si loin, l’Afrique de la Baronne Blixen.

——————–

Après avoir reposé La Ferme africaine, je vais m’attaquer aux trois premiers tomes de L’Épée de vérité, promesse faite à mon fils.

Page suivante »

%d blogueurs aiment cette page :